• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

La purification abu hamid el ghazali

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Voici proposé en partage un article de l'Imam Abu Hamid El Ghazali "La purification et ses secrets",extrait de l'Ih'ya.


Sache que la purification comporte quatre degrés:

Le premier : il consiste à purifier l'extérieur des souillures, des déchets du corps et des cas de rupture de la pureté.

Le deuxième : il consiste à purifier les membres des péchés et des fautes.

Le troisième : il consiste à purifier le coeur des mauvais caractères et des vices méprisables.

Le quatrième : il consiste à purifier le secret intime (al-sir) de tout ce qui n'est pas Dieu - qu'Il soit exalté –

Ce dernier degré constitue le but extrême. Ainsi celui qui possède un puissant discernement aspire à cette finalité. Quant à celui dont le discernement intérieur est frappé de cécité, il ne saisit des degrés
de la purification que le premier.

Tu le vois passer le meilleur de son temps à exagérer le lavage après avoir été à la selle et au nettoyage des habits, croyant, du fait de l'emprise de l'obsession et de l'ignorance, que la purification exigée se limite à cela et ignorant les comportements des anciens qui passaient leur vie dans la purification des coeurs et qui se montraient moins exigeants pour ce qui étaient de l'extérieur. Ainsi on rapporte que 'Umar ibn al-Khattâb a fait ses ablutions mineures avec l'eau d'une jarre chrétienne. De même les anciens n'insistaient pas trop pour ce qui est du lavage des mains, ils priaient à même le sol, marchaient pieds nus et se contentaient des petits cailloux pour l'istijmâr (le fait d'essuyer les parties intimes).

Finalement l'affaire a abouti à des gens qui appellent l'idiotie de la propreté. Ils passent leur temps à orner leurs extérieurs tandis que leurs intérieurs sont des ruines remplies des vices de l'orgueil, de la fatuité, de l'ignorance, de la duplicité et de l'hypocrisie.

S'ils avaient vu un fidèle se contenter de petits cailloux pour istijmâr, marcher pieds nus ou prier à même le sol ou faire ses ablutions mineures dans un petit récipient, ils le fustigeraient, lui appliqueraient le sobriquet d'homme sale et répugneraient à manger avec lui.

Ils ont fait de cette attitude vestimentaire modeste, qui relève de la bonne foi, une saleté et de leur obsession une propreté. Ils ont renversé les rôles et les fonctions en faisant du mal un bien et du
bien un mal. Néanmoins, celui qui vise par cette purification la propreté, sans exagérer dans l'utilisation de l'eau, en considérant que le recours à une petite quantité d'eau est recommandé par les principes de la religion, son attitude n'est nullement répréhensible et son acte est bon. Cela dit, pour connaître les questions se rapportant au souillures et aux cas de rupture de l'état de pureté, on peut se référc aux ouvrages de fiqh, car notre propos dans ce livre vise surtout les règles de convenance.

source:Extrait de « Revification des sciences de la religion »(Ih'ya) de l'Imam al-Ghazâli.
 
Voici proposé en partage un article de l'Imam Abu Hamid El Ghazali "La purification et ses secrets",extrait de l'Ih'ya.


Sache que la purification comporte quatre degrés:

Le premier : il consiste à purifier l'extérieur des souillures, des déchets du corps et des cas de rupture de la pureté.

Le deuxième : il consiste à purifier les membres des péchés et des fautes.

Le troisième : il consiste à purifier le coeur des mauvais caractères et des vices méprisables.

Le quatrième : il consiste à purifier le secret intime (al-sir) de tout ce qui n'est pas Dieu - qu'Il soit exalté –

Ce dernier degré constitue le but extrême. Ainsi celui qui possède un puissant discernement aspire à cette finalité. Quant à celui dont le discernement intérieur est frappé de cécité, il ne saisit des degrés
de la purification que le premier.

Tu le vois passer le meilleur de son temps à exagérer le lavage après avoir été à la selle et au nettoyage des habits, croyant, du fait de l'emprise de l'obsession et de l'ignorance, que la purification exigée se limite à cela et ignorant les comportements des anciens qui passaient leur vie dans la purification des coeurs et qui se montraient moins exigeants pour ce qui étaient de l'extérieur. Ainsi on rapporte que 'Umar ibn al-Khattâb a fait ses ablutions mineures avec l'eau d'une jarre chrétienne. De même les anciens n'insistaient pas trop pour ce qui est du lavage des mains, ils priaient à même le sol, marchaient pieds nus et se contentaient des petits cailloux pour l'istijmâr (le fait d'essuyer les parties intimes).

Finalement l'affaire a abouti à des gens qui appellent l'idiotie de la propreté. Ils passent leur temps à orner leurs extérieurs tandis que leurs intérieurs sont des ruines remplies des vices de l'orgueil, de la fatuité, de l'ignorance, de la duplicité et de l'hypocrisie.

S'ils avaient vu un fidèle se contenter de petits cailloux pour istijmâr, marcher pieds nus ou prier à même le sol ou faire ses ablutions mineures dans un petit récipient, ils le fustigeraient, lui appliqueraient le sobriquet d'homme sale et répugneraient à manger avec lui.

Ils ont fait de cette attitude vestimentaire modeste, qui relève de la bonne foi, une saleté et de leur obsession une propreté. Ils ont renversé les rôles et les fonctions en faisant du mal un bien et du
bien un mal. Néanmoins, celui qui vise par cette purification la propreté, sans exagérer dans l'utilisation de l'eau, en considérant que le recours à une petite quantité d'eau est recommandé par les principes de la religion, son attitude n'est nullement répréhensible et son acte est bon. Cela dit, pour connaître les questions se rapportant au souillures et aux cas de rupture de l'état de pureté, on peut se référc aux ouvrages de fiqh, car notre propos dans ce livre vise surtout les règles de convenance.

source:Extrait de « Revification des sciences de la religion »(Ih'ya) de l'Imam al-Ghazâli.
Doit-on acheter de l'eau distiller qui me semble plus pur ?
 
trempe toi dans la boue comme font tes confrères les cochons
Je n'ais pas de confrères parce que nous sommes tous frères, les cochons son plus propre que les singes tu manques de connaissance

il n'y a pas de cochon dans le Coran, c'est des porcs c'est l'écriture qui compte.

2.173. Certes, Il vous est interdit la chair d'une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu'Allah. Il n'y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

Tu es sûr que tu connais assez le Coran pour intervenir.



Bien à toi mon frère.
 
Haut