• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Radicalisation : les dérives d’un rapport d’état

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Le 26 juin dernier, les députés Eric Diard et Eric Poulliat présentaient un rapport d’information sur les services publics face à la radicalisation. Fruit des travaux d’une mission d’information créée le 2 octobre 2018, ce rapport est très inquiétant. Mais l’inquiétude n’est pas là où on l’attendrait. Mizane.info a pris connaissance de l’intégralité de ce rapport. Retour détaillé sur les dérives d’une doctrine d’état.

Depuis la vague d’attentats qui a frappé la France en 2015, les Français savent que leur pays est une cible potentielle du terrorisme d’organisations comme Daesh.
La perspective que des Français aient pu être embrigadés pour commettre des attentats dans leur propre pays a ouvert une brèche dans la conscience publique.
Le risque de subir de nouvelles frappes a justifié des orientations sécuritaires, des décisions politiques, et des mesures législatives prises dans le cadre de l’état d’urgence dont on sait aujourd’hui qu’il fut le théâtre de nombreuses dérives.

Comment comprendre les motivations des « djihadistes » ? Comment prévenir leur passage à l’acte ? Est-ce seulement possible ?

Toutes ces questions légitimes hantent l’esprit des politiques, des législateurs et des chercheurs qui se sont penchés sur le sujet.

L’un des mots-clés de cette hantise est le terme désormais consacré de « radicalisation ».

Le mot désignerait le processus qui mènerait un individu à devenir progressivement violent dans ses opinions et ses rapports sociaux jusqu’à basculer, à terme, dans une fuite en avant criminelle.

La radicalisation dans les services publics : une non réalité statistique

Investi et introduit dans la langue médiatique en usage sur la question de la violence, la radicalisation est une notion réservée quasi-exclusivement à la désignation de la violence dite djihadiste ou islamiste. Tout comme le terrorisme.

Il y a là un choix politique que nous avons traité dans le passé et sur lequel il faudra sans doute revenir.

Pour identifier la radicalisation, il faut la connaître pour ce qu’elle est, afin de la distinguer de ce qu’elle n’est pas.

Aussi, la rédaction et la présentation du dernier rapport d’information sur les services publics face à la radicalisation devait revêtir pour le public le plus grand intérêt.

Que nous apprend donc le rapport des députés Diard et Pouillard ?

Premier élément factuel et catégorique : la radicalisation n’est pas une réalité statistique dans les services d’état étudiés par le rapport à savoir la police, la gendarmerie, l’armée (tous corps confondus), les pompiers, etc. A l’exception notable des prisons, pour des raisons évidentes tenant à la criminalisation des détenus, les cas désignés sous le vocable de radicalisés sont rares, de l’aveu même des auteurs du rapport.

Cet élément central devrait être suffisant à prouver en quel sens le contenu du rapport est éminemment orienté, les propositions émises par les députés Diard et Pouillard ne relevant pas d’une prescription qui découlerait elle-même d’une description.
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Un flou sémantique permanent

C’est d’ailleurs tout le problème de ce rapport. Sur la question de la clarification de la radicalisation, il ne nous fournit rien. Rien de précis, rien de certain.

« Plusieurs interlocuteurs entendus par la mission ont rappelé qu’il était particulièrement difficile de définir ce qu’était la radicalisation.
Lors de son audition, M. Sébastian Roché, directeur de recherche au CNRS, a constaté que le terme de « radicalisation », comme celui de « terrorisme », connaissait de multiples définitions dans le domaine des sciences sociales et qu’elles dépendaient souvent de l’énonciateur », reconnaissent les deux rapporteurs.

« Si elle est entrée dans le langage courant, la notion de radicalisation est en fait ambiguë (…) pour qu’il y ait radicalisation violente, il faut qu’il y ait d’abord radicalisation et le passage de l’une à l’autre obéit à des critères que nul ne maîtrise réellement. »

Les rapporteurs ont néanmoins opté pour un choix.

Celui de Romain Seze qui définit comme « radical » l’engagement qui, « à partir d’une posture de rupture vis-à-vis de la société d’appartenance, accepte au moins en théorie le recours à des formes non conventionnelles d’action politique éventuellement illégales, voire violentes ».

Nous ne commenterons pas ici cette définition dans laquelle pourrait aisément entrer un engagement radical de type communiste (rupture avec le capitalisme), anarchiste (rupture avec l’état), ou écologiste (rupture avec le modèle de société consumériste).

Relevons seulement que l’absence de définition stable, solide, de la radicalisation, c’est-à-dire une définition claire et évidente, suffisamment du moins pour faire consensus, pose un problème majeur dans la mesure où cette notion va faire l’objet d’un discours et de décisions à destination de la société française.

Un amalgame dangereux et contre-productif !

Concernant le discours, l’incompréhension de sa réception, relevée par les auteurs, témoigne de la confusion de la notion de radicalisation.
« En dépit de nombreuses communications, séances de formation ou de sensibilisation, la notion de radicalisation est encore mal cernée par nombre d’intervenants locaux.

Ce sont ainsi 60 % des répondants à la consultation nationale des élus locaux organisée par vos rapporteurs qui répondent “ non ” à la question : “ Globalement, diriez-vous que vous disposez de tous les éléments d’informations qui vous sont nécessaires pour saisir le phénomène de radicalisation ?” ».

Ce flou et cette confusion vont faire de la radicalisation une notion extrêmement dangereuse, comme nous allons le voir, car elle se prête à l’interprétation de tout un chacun et à la suspicion permanente.................................................

 
Haut