Le ramadan et autres jeûnes

Le ramadan et autres jeûnes

Extrait du livre « La voie du musulman » d'Abou Bakr Al Djazairi, Revu par Al Futuhat pour Assabyle.coM

Le jeûne

Jeûner en arabe signifie s'abstenir, se retenir de... Appliqué à la religion, jeûner a pris le sens de renoncer, par piété, au boire, au manger, aux relations sexuelles et à tout ce qui est considéré comme étant susceptible de rompre le jeûne depuis l'apparition de l'aube jusqu'au coucher du soleil.

Historique du jeûne

Le jeûne a été prescrit pour la communauté musulmane comme il l'a été aux peuples précédents.

Dieu dit : Croyants ! Le jeûne vous est prescrit, comme il l'avait été aux confessions antérieures. Ainsi atteindriez-vous à la piété.

Ce fut un lundi du mois de Cha'bane de la 2 année de l'hégire (624 Ap JC) qu'il fut institué.

Mérites du jeûne et ses profits :

Son mérite a été reconnu par les hadiths du Prophète qui a dit : « Le jeûne préserve de l'enfer, tel un bouclier au combat » (Rapporté par Ahmad).

« Celui qui jeûne un jour pour l'amour de Dieu, sera éloigné du feu, de la distance parcourue en 70 années » (Boukhari et Muslim).

« L'invocation de celui qui jeûne sera exaucée chaque fois qu'il rompt son jeûne (le soir) » (Rapporté par Ibnou Maja).

« Une des portes de Paradis est appelée « Porte de Rayâne » - La Porte des Rafraîchissements. Seuls ceux qui jeûnent la franchissent. Il sera dit : Où sont ceux qui jeûnaient ? Il se lèveront alors et entreront. Aucune autre personne ne la franchira. Elle sera refermée à jamais » (Abou Sunni et Abou Naïm).

Avantages du jeûne

Avantages spirituels :

Le jeûne exerce l'homme à l'endurance, fortifie sa volonté, lui enseigne l'autodiscipline et lui en facilite l'application ; il crée en lui la crainte de Dieu et la nourrit, et surtout la piété qui est le fondement du jeûne. Dieu ne dit-il pas : Ainsi, atteindriez-vous à la piété ?[Sourate Al Baqarah 2:183].

Avantages sociaux :

Quand aux profits sociaux, le jeûne habitue la communauté à l'organisation et à l'union, à l'amour de la justice et à l'égalité. Il suscite en elle la pitié et la charité, la préserve de la méchanceté et de la corruption.

Avantages physiques :

Du point de vue de la santé, le jeûne assainit les intestins, régénère l'estomac, débarrasse le corps des produits résiduels et soulage de l'embonpoint.

Le Prophète a dit : « Jeûnez, vous acquérrez la santé ! » (Ibnou Sunny).


Les différents jeûnes

Le jeûne est tantôt louable, tantôt blâmable, et tantôt interdit.

Jeûne louable :

1 - Le jeûne du jour de, 'Arafat : (9ème jour de Doul-Hijja) pour les non pèlerins.

Le Prophète a dit : « Une absolution de deux années, une année antérieure et une année ultérieure, est accordée à celui qui jeûne le jour d'Arafat, et une absolution d'une année passée à celui qui jeûne le jour d'Achoura (le dixième jour de Muharram) » (Rapporté par Muslim).

2 - Le jeûne du jour de 'Achoura.

Le Prophète a dit : « Dieu remet les péchés d'une année passée à quiconque jeûne le jour d'Achoura » (Rapporté par Muslim).

Le Prophète jeûna ce jour-là et recommanda de le jeûner en disant : « Si je suis encore vivant l'année prochaine, et si Dieu le veut, je jeûnerai aussi le 9ème de Muharram ».

3 - Le jeûne des six jours du mois de Chawal.

Le Prophète a dit : « Qui jeûne Ramadan, puis le fait suivre de six jours du mois de Chawal est comme celui qui a jeûné toute l'année » (Une bonne action est rétribuée au décuple. 30 jours de Ramadan plus 6 jours de Chawal = 36 jours multipliés par 10 = 360 jours. L'année de l'Hégire comptant 360 jours, celui qui fait ce jeûne aura la récompense de toute une année) (Rapporté par Muslim).

4 - Le jeûne de la 1ère quinzaine de Cha'bane.

‘Aïcha a dit : « Je n'ai pas vu le Prophète jeûner un autre mois que celui de Ramadan, et je ne l'ai pas vu jeûner plus de jours qu'au mois de Cha'bane » (Boukhari et Muslim).

5 - Le Jeûne de la première décade de Dhoul-Hijja.

Le Prophète a dit : « Il n'y a pas de jours où les bonnes œuvres sont mieux agréées de Dieu autant que les 10 premiers jours de Dhoul-Hijja. Même le Jihaad ? Lui dit-on. Même le Jihaad, répondit le Prophète , sauf dans le cas d'un combattant qui part avec toute sa fortune pour le Jihaad et qui n'en revient pas.» (Rapporté par Boukhari)

6 - Le jeûne du mois de Muharram.

Interrogé sur le meilleur mois de jeûne, après Ramadan, le Prophète répondit : « C'est Muharram ! » (Rapporté par Muslim) .

7 - Le jeûne des jours de pleine lune, c'est-à-dire le 13, 14 et 15ème jour du mois lunaire.

Abou Dharr a dit : « Le Prophète nous a recommandé de jeûner les trois jours de pleine lune de chaque mois, à savoir : les 13ème, 14ème et 15ème jours. Ces trois jours de jeûnes équivalent au jeûne de l'éternité » (Rapporté par An Nassa'i).

8 - Le jeûne de chaque lundi et jeudi.

On rapporte que le Prophète jeûnait constamment pendant ces deux jours. Interrogé à ce sujet, il répondit : « Les œuvres sont soumises à Dieu tous les lundis et jeudis. Le Seigneur pardonne tout musulman (ou croyant) à l'exception de deux personnes en discorde. Il dit « Ajournez ces deux-là ! » » (Rapporté par Ahmad).

9 - Jeûner un jour sur deux.

Le Prophète a dit : « Le jeûne le plus agréé de Dieu est celui de Daoud. La prière la plus agréée de Dieu est celle de Daoud. Il dormait la moitié de la nuit, veillait le 1/3, puis il se recouchait le 1/6. Il jeûnait un jour et rompait son jeûne le jour suivant » (Boukhari et Muslim).

10 - Le jeûne pour le célibataire qui n'a pas les moyens de se marier.

Le Prophète a dit : « Quiconque est capable de se marier, qu'il se marie ! C'est le meilleur moyen d'empêcher les regards et les organes sexuels de commettre des actes immondes. Celui qui est incapable de se marier, qu'il jeûne. Cela émousse son ardeur » (Rapporté par Boukhari).

Jeûne blâmable :

1 - Le jeûne du jour d'Arafat pour le pèlerin. Le Prophète le lui interdit.

2 - Le jeûne du vendredi uniquement. Le Prophète a dit : « Le vendredi est un jour de fête. Ne jeûnez pas pendant ce jour à moins qu'il ne soit précédé ou suivi d'un autre jour de jeûne » (Rapporté par Bazzaz).

3 - Le jeûne du samedi uniquement. Le Prophète a dit : « Ne jeûnez le samedi que lorsqu'il est inclus dans votre jeûne obligatoire. Si vous ne trouvez rien à manger ce jour-là qu'une écorce de vigne, mâchez la pour rompre le jeûne » (Auteurs des Sunnan).

4 - Le jeûne de la fin de Cha'bane. Le Prophète a dit : « Quand c'est la moitié de Cha'bane cessez de jeûner » (Auteurs des Sunnan).

Remarque : La critique de ce genre de jeûne n'est qu'un simple avertissement d'une sauvegarde, mais ce qui suit est complètement interdit.

Jeûne interdit :

1 - Le jeûne ininterrompu pendant deux jours de suite ou plus. Le Prophète (Saluts et bénédictions d'Allah sur lui) a dit : « Ne poursuivez pas le jeûne sans interruption » (Boukhari). Il (Saluts et bénédictions d'Allah sur lui) a dit aussi : « Gardez-vous de poursuivre le jeûne » (Boukhari et Muslim).

2 - Le jeûne du jour de doute qui est le 30 Cha'bane. On ne sait s'il fait partie du mois de Cha'bane ou de Ramadan.

Le Prophète a dit : « Qui jeûne le jour du doute, désobéit au Prophète Aboul-Qassim » (Rapporté par Boukhari).

3 - Le jeûne continu toute l'année. Le Prophète a dit : « Que Dieu n 'accepte pas le jeûne éternel de celui qui le fait » (Rapporté par Muslim). Il a dit aussi : « Qui jeûne éternellement ne bénéficie ni de la récompense ni du jeûne, ni de celle de sa rupture » (Ahmad et An Nassa'i).

4 - Le jeûne de la femme mariée, sans le consentement de son mari, s'il est présent.

Le Prophète a dit : « Que la femme se garde de jeûner un jour, en dehors de Ramadan, sans que son mari, étant présent, n 'y ait consenti » (Boukhari et Muslim).

Jours dont le jeûne est interdit :

1 - Le premier jour des deux ‘Aids (Fitr et Idh'ha). ‘Omar a dit : « Le Prophète a interdit le jeûne de ces deux jours : le jour de ‘Id Al Fitr et celui où vous mangez la viande de vos sacrifices » (Rapporté par Muslim).

2 - Les trois jours de « Tachrik ». C'est-à-dire les trois jours qui suivent le premier jour de ‘Id Idh'ha à Mina.

Le Prophète fit annoncer par un crieur public à Mina : « Ne jeûnez pas ces jours, ils sont des jours de boire, de manger et de plaisir conjugal ».

Dans une autre version, il a dit encore : « .. et d'adoration. »

3 - En période de menstrues et de lochies.

Les doctes sont unanimes sur la nullité du jeûne de la femme en cet état.

Le Prophète a dit : « N'est-ce pas que la femme, en état de menstrues, ne doit ni prier ni jeûner ? » (Rapporté par Boukhari).

4 - Le malade qui craint pour sa santé ne doit pas jeûner. Dieu dit : Ne vous suicidez pas, Dieu est plein de compassion pour vous[Sourate An-Nisa 4:29].



Obligation du jeûne de Ramadan et ses mérites :

Le Coran et la Sunna ont instauré l'obligation du jeûne de Ramadan. L'unanimité de la communauté musulmane l'a confirmée.

Allah dit : En ce mois de jeûne, Ramadan, fut révélé le Coran, Lumière éclairant la voie aux hommes et témoignage éclatant de Vérité et de Salut. Quiconque d'entre vous, verra poindre le croissant, jeûne tout le mois[Sourate Al Baqarah 2:185].

Le Prophète a dit : « Les fondements de l'Islam sont au nombre de cinq : - L'attestation qu'il n'y a de divinité qu'Allah ! et que Muhammad est Son Prophète. - L'accomplissement de la prière, de la Zakat, du Pèlerinage et du jeûne du mois de Ramadan » (Boukhari et Muslim)

Il () a dit aussi : « Les anses de l'Islam sont de trois sortes. Quiconque néglige l'un d'eux est un mécréant manifeste et mérite la mort. Ce sont : L'attestation qu'il n'y a de divinité qu'Allah, l'accomplissement de la prière rituelle et le jeûne du mois de Ramadan » (Rapporté par Abou Ya'la).

Mérites de Ramadan :

Le mois de Ramadan a des mérites exceptionnels, confirmés par les hadiths, et dépassant les autres mois. Le Prophète a dit : « Les cinq prières rituelles, la prière du vendredi jusqu'au vendredi suivant, le jeûne du mois de Ramadan jusqu'au Ramadan prochain, tous ont un effet absolutoire si on évite les graves péchés » (Rapporté par Muslim). Il a dit aussi : « Qui jeûne le mois de Ramadan avec foi en comptant sur la récompense divine, ses péchés lui seront pardonnes » (Boukhari et Muslim)

Le Messager d'Allah a dit : « J'ai vu en songe un homme de ma communauté, haletant de soif. Toutes les fois qu'il se présente pour boire à un bassin, il en est chassé. Son jeûne de Ramadan est venu étancher sa soif » (Tabarany). Puis : « La première nuit de Ramadan, tout démon, tout djinn rebelle est enchaîné. Toutes les portes de l'enfer sont fermées, aucune ne s'ouvre. Toutes les portes du Paradis sont ouvertes, aucune ne se ferme. On appelle : Ô toi qui veux du bien, accours ! Ô toi qui veux faire du mal, cesse ! Cet appel est renouvelé chaque soir, et chaque soir Dieu sauve de l'enfer un certain nombre de croyants » (Tirmidy).

Mérite des bonnes œuvres pendant le mois de Ramadan :

Vu le mérite de Ramadan, toute bonne œuvre accomplie en cette période acquiert une valeur exceptionnelle, telle que :

1 - La charité.

Le Prophète a dit : « La meilleure charité est celle accomplie pendant Ramadan » (Rapporté par Tirmidy).

De même: « Qui donne à quelqu'un de quoi rompre le jeûne, bénéficie d'une récompense égale à celle de celui qui jeûne sans la diminuer » (Rapporté par Ahmad et Tirmidy).

Ou encore: « Qui donne à manger ou à boire à quelqu'un qui jeûne, d'un bien licitement acquis, les anges ne cessent de prier pour lui durant Ramadan. L'archange Gabriel prie pour lui la nuit du Destin. Le Prophète était le plus généreux des humains et plus encore en Ramadan, quand Gabriel venait le voir » (Rapporté par Boukhari).

2 - La prière de nuit de Ramadan.

Le Prophète a dit : « Quiconque se lève pour prier pendant les nuits de Ramadan, avec foi et en comptant sur la récompense divine, Dieu pardonne ses fautes passées » (Rapporté par Boukhari et Muslim).

Le Prophète veillait les nuits de Ramadan. A la dernière décade, il réveillait toute sa famille, ceux qui étaient capable de prier, grands et petits. (Rapporté par Muslim).

3 - La lecture du Coran.

"Le Prophète redoublait la récitation du Coran, pendant le mois de Ramadan. Gabriel descendait réciter avec lui." (Rapporté par Boukhari).

"Pendant les prières de Ramadan, le Prophète prolongeait plus que d'habitude ses récitations. Houdheyfa fit la prière avec lui une nuit. Le Prophète lut les sourates : La Vache - La Famille d'Imran et Les Femmes. Il s'arrêtait à chaque verset comportant une menace pour demander protection. Il fit ainsi deux rak'a et voici que Bilal vint lui annoncer la prière de l'aube » " (Ahmad et An Nassa'i).

Le Prophète a dit : « Le jeûne et la prière de Ramadan intercéderont pour l'homme le Jour de la Résurrection. Le jeûne dira : Seigneur ! Je l'ai empêché de boire et de manger pendant le jour. Le Coran dira : Seigneur ! Je l'ai empêché de dormir la nuit. Accepte notre intercession pour lui ! » (Ahmad et An Nassa'i)

4 - La retraite spirituelle.

Elle consiste à garder la mosquée dans un esprit de dévotion pour plaire à Dieu.

Le Prophète a fait la retraite la dernière décade de Ramadan et ne cessa de la pratiquer, jusqu'à sa mort. Il dit : « La mosquée est le refuge de tout homme pieux. Dieu a promis à celui qui y fait sa retraite de lui accorder sérénité et miséricorde, de le faire traverser le « Sirate » - pont jeté sur l'Enfer -pour le faire parvenir à Sa Grâce, au Paradis » (Rapporté par Tirmidy).

5 - La 'Omra - petit pèlerinage.

C'est la visite de la Maison Sacrée de Dieu pour y accomplir les tournées rituelles et la marche entre Safa et Marwa (Deux tertres de part et d'autre de la vallée entre lesquels le pèlerin doit marcher sept fois. C'est une survivance de la course faite par la mère d'Ismaël à la recherche de l'eau pour son enfant).

Le Prophète a dit : « Une ‘Omra pendant Ramadan, vaut un grand pèlerinage en ma compagnie » (Boukhari et Muslim).

« La 'Omra est absolutoire durant le temps qui la sépare de la 'Omra suivante » (Boukhari et Muslim).


Comment établir le 1er Ramadan ?

Ramadan s'annonce par l'un des faits suivants :

1 - Quand le nombre de jours du mois de Cha'bane, précédant Ramadan atteint 30 jours. Le 31ème est sans aucun doute le 1er Ramadan.

2 - Quand le croissant est visible la veille du 30 Cha'bane, c'est le début de Ramadan et il faut jeûner.

Allah dit : Quiconque parmi vous verra poindre le croissant, jeûnera tout le mois[Sourate Al Baqarah 2:185].

Le Prophète a dit : « Jeûnez et rompez votre jeûne à la vue du croissant. S'il est voilé par les nuages complétez Ramadan à 30 jours » (Rapporté par Muslim).

Il suffit, pour confirmer l'entrée de Ramadan, le témoignage de deux ou même d'un seul homme honnête. Le Prophète avait accepté l'attestation d'un seul.

Mais pour la rupture du jeûne, il est exigé le témoignage de deux personnes. Le Prophète ne s'était pas contenté d'un seul témoin. (Tabarany et Darakatni)

Remarque : Quiconque voit le croissant de Ramadan doit jeûner, même si son témoignage est récusé. Mais s'il l'aperçoit la veille de la rupture du jeûne, et que son témoignage a été refusé, il doit continuer de jeûner quand même.

Le Prophète a dit : « On jeûne quand tout le monde jeûne, on rompt le jeûne quand tout le monde le rompt, on célèbre la fête du sacrifice le jour où tout le monde la célèbre » (Rapporté par Tirmidy).


Conditions du jeûne

L'obligation du jeûne incombe à ceux qui jouissent de leurs facultés mentales.

Le Prophète a dit : « Sont déchargés de toute responsabilité : le fou jusqu'à ce qu'il récupère sa raison, l'homme endormi jusqu'à ce qu'il se réveille, et le jeune jusqu'à la puberté » (Ahmad et Abou Daoud).

La femme ne doit pas jeûner en période de menstrues ou de lochies.

Le Prophète a dit : « N'est-ce pas que la femme en état de menstrues n'accomplit ni prières, ni jeûne ? » (Rapporté par Boukhari).

Le jeûne en voyage

Il est permis au musulman en voyage, parcourant une distance permettant le raccourcissement de la prière (80 km environ), de rompre le jeûne et de le remettre à plus tard.

Allah dit : Celui d'entre vous, qui se trouve malade ou en voyage, jeûnera plus tard un nombre égal de Jours[Sourate Al Baqarah:185].

Si le voyageur peut soutenir le jeûne, sans trop de peine, il lui est plus avantageux de jeûner. Si cela le fatigue, il vaut mieux le rompre.

Du vivant du Prophète rapporte Abou Saïd Al Khudri, quand nous partions au Jihad, quelques uns d'entre nous jeûnaient, mais nous ne nous critiquions pas. Celui qui se sentait capable de jeûner trouvait plus avantageux de le faire, celui qui en était incapable estimait plus salutaire de rompre le jeûne. (Rapporté par Muslim).

En cas de maladie

S'il est possible et sans trop de peine de poursuivre le jeûne, quand on est malade, on jeûne, sinon on le rompt.

Si on espère la guérison, on l'attend pour accomplir le jeûne manqué. Autrement, on fait l'aumône pour chaque jour manqué à raison d'un 1/2 litre de blé (ou l'équivalence en nourriture).

Allah dit : A ceux qui ne peuvent jeûner qu'avec difficulté, incombe, en expiation, la nourriture d'un pauvre[Sourate Al Baqarah 2:184].

Le vieillard :

Quand on prend de l'âge, ou qu'on n'a plus de force pour jeûner, on donne en contrepartie une aumône d'un 1/2 litre de blé également pour chaque jour de jeûne manqué.

Ibn ‘Abbas a dit : « Le vieillard est autorisé à renoncer au jeûne, en cas de difficulté, moyennant une nourriture au pauvre, sans plus d'obligation » (Darakatni et Hakim)

Femme enceinte et nourrice

Quand la femme enceinte craint pour sa santé ou pour son fœtus, elle est autorisée à rompre le jeûne et à l'accomplir ultérieurement quand elle n'aura plus d'empêchement. Dans ce cas, si elle est aisée, elle accompagne son jeûne d'une aumône d'un 1/2 litre de blé, ce qui consolide mieux son jeûne et augmente sa récompense.

La même règle s'applique à celle qui allaite son enfant et qui craint pour sa santé ou celle de son bébé. Ceci est dans le cas où elle ne trouve pas de nourrice, ou, la trouvant, son enfant n'accepte d'autre sein que le sien.

Cela est déduit du verset susmentionné qui dit : A ceux qui ne peuvent jeûner qu'avec difficulté, incombe en expiation, la nourriture d'un pauvre[Sourate Al Baqara 2:184].

Deux remarques

1 - Qui, sans excuse valable, retarde de réparer son jeûne manqué jusqu'au Ramadan suivant, doit en expiation, nourrir un pauvre pour chaque jour retardé.

2 - Quand un musulman meurt, ayant à sa charge un nombre de jours à jeûner, son tuteur doit acquitter cette dette à sa place. (Boukhari et Muslim)

"Ma mère est morte, dit un homme au Prophète . Elle a un mois de jeûne non accompli. Dois-je le faire pour elle ? Oui, dit le Prophète . La dette envers Dieu est plus digne d'être acquittée" (Boukhari et Muslim).

Règles fondamentales du jeûne

1 - L'intention

C'est la ferme résolution d'accomplir le jeûne en signe de soumission à Dieu et avec le dessein de demander Sa Grâce, car « tout acte dépend de l'intention qui l'inspire ».

Quand le jeûne à un caractère obligatoire - tel que Ramadan - l'intention doit être formulée (intérieurement) la nuit avant l'aube.

Le Prophète a dit : « Le jeûne de celui qui n'a pas manifesté l'intention de jeûner dès la veille, est nul » (Tirmidy)

Mais s'il est surérogatoire, l'intention est acceptée même après l'aube, même après le lever du soleil, à condition de n'avoir rien mangé, rien bu.

‘Aïcha a dit : « Le Prophète entra un jour chez moi et dit : Avez-vous de quoi manger ? Non lui dis-je. Alors, je jeûne, dit le Prophète » (Muslim).

2 - L'abstinence

C'est éviter tout ce qui rompt le jeûne, c'est-à-dire le boire, le manger et le rapport sexuel.

3 - La durée d'abstinence

C'est toute la journée, de la pointe de l'aube au coucher du soleil. S'abstenir la nuit et manger le jour n'est pas du jeûne.

Dieu dit : Observez le jeûne jusqu'à la nuit[Sourate Al Baqarah 2:187]

Actes louables du Jeûne (Sunnah)

Il est louable de :

1 - Hâter la rupture du jeûne dès le coucher du soleil. Le Prophète a dit : « On ne cesse d'être dans la bonne voie tant qu'on s'empresse de rompre le jeûne » (Boukhari et Muslim).

Anas a dit : « Le Prophète a toujours accompli la prière du Maghreb (pendant Ramadan) après avoir rompu le jeûne, même par une gorgée d'eau » (Tirmidy).

2 - Rompre le jeûne, avant la prière - du Maghreb - par des dattes, sinon par de l'eau.

Il est souhaitable que le nombre des dattes soit impair : une, trois ou cinq ou sept ou plus mais toujours en nombre impair.

Anas a dit : « Le Prophète rompait le jeûne en prenant des dattes avant de prier, sinon quelques gorgées d'eau » (Tirmidy).

3 - Invoquer Dieu au moment de la rupture du jeûne. Le Prophète le faisait en disant : « Seigneur ! C'est pour Toi que j'ai jeûné. J'ai rompu mon jeûne en goûtant de Ton bien Veuille agréer notre œuvre. Tu es Celui qui entend tout, dont la Science est infinie » (Abou Daoud).

Ibn 'Omar disait : « Par Ta miséricorde qui s'étend à toute chose, je T'implore de pardonner mes fautes » (Ibnou Maja).

4 - Le repas de fin de nuit (Sahour).

C'est celui qu'on prend après la moitié de la nuit ou au petit matin avec l'intention d'accomplir le jeûne.

Le Prophète a dit : « Ce qui distingue notre jeûne de celui des gens de Livres, c'est le repas de fin de nuit » (Rapporté par Muslim).

« Prenez le repas de fin de nuit, il est toute bénédiction » (Boukhari et Muslim).

5 - Retarder l'heure de ce repas jusqu'à la fin de la nuit. Le Prophète a dit : « Mon peuple se portera bien tant qu 'il hâtera la rupture du jeûne et retardera le repas de fin de nuit » (Ahmad).

Ce temps commence à la moitié de la nuit pour se terminer avant l'aube de quelques minutes.

Zaïd Ibn Thabit a dit : « Nous avons pris le repas d'après minuit avec le Prophète . A peine qu'il eût fini, il se leva pour accomplir la prière du matin. Après combien de temps ? Lui demanda-t-on. Le temps de lire 50 versets, dit Zaïd » (Boukhari et Muslim).

Remarque : Qui doute de l'heure de l'aube, peut continuer à manger jusqu'à certitude. Dieu dit :Mangez et buvez jusqu'à ce que l'on voit se détacher sur le fond noir de la nuit la lueur de l'aube naissante[Sourate Al Baqarah 2:187].

Une personne vint dire à Ibn ‘Abbas : « Je mange. Mais quand je doute de l'heure, je m'abstiens. Mais non, lui dit Ibn ‘Abbas, mange tant que tu doutes, jusqu'à ce que tu ne doutes plus ! »

Malik juge que celui qui mange doutant de l'heure de l'aube, doit refaire son jeûne. Ce n'est qu'une simple réserve de sa part. L'unanimité est de poursuivre son repas jusqu'au commencement certain de l'aube.

Actes à éviter en période de jeûne

Tout en étant autorisés, ils peuvent conduire à l'annulation du jeûne. Il faut éviter :

1 - D'exagérer le rinçage de la bouche et l'aspiration de l'eau par le nez au moment des ablutions.

Le Prophète a dit : « Aspire profondément de l'eau, à moins que tu ne sois en jeûne » (Auteurs des Sunnan).

Le Prophète l'a déconseillé de peur d'avaler de l'eau et de rompre le jeûne.

2 - D'embrasser (avec un désir charnel), c'est un excitant capable de rompre le jeûne par l'émission du liquide prostatique ou entraîner au rapport sexuel, nécessitant une réparation expiatoire.

3 - De fixer longuement le regard sur sa femme avec désir.

4 - D'évoquer des images concernant la sexualité.

5 - De toucher une femme avec la main ou une partie du corps.

6 - De mâcher du chewing-gum de peur de laisser glisser des débris dans l'estomac.

7 - De goûter une sauce (pour voir si elle est suffisamment assaisonnée).

8 - De se rincer la bouche sans nécessité en dehors des animions

9 - D'enduire les paupières de kohol le matin. L'après-midi il n'est pas décommandé.

10 - De pratiquer une saignée - par l'emploi de ventouses ou autres - la crainte de perdre ses forces et finir par rompre le jeûne.

Les actes annulant le jeûne

Le jeûne est annulé par :

1 - L'arrivée à l'estomac d'un liquide par le nez, l'œil ou l'oreille gouttes, par l'anus ou par le sexe de la femme (lavement) (Ces cas annulatoires font l'unanimité de tous les docteurs. Il n'y a pas un de ces cas qui ne soit étayé par le Coran, la Sunna ou par l'analogie « l'Ijmaa »).

2 - Tout ce qui parvient à l'estomac à la suite d'un rinçage exagéré de la bouche, d'une aspiration de l'eau pendant les ablutions.

3 - L'émission de sperme suscitée par le regard continu, ou imagination, par le baiser ou le toucher.

4 - Le vomissement provoqué. Le Prophète a dit : « Qui vomit volontairement, doit refaire son jeûne ».

5 - Le jeûne est annulé également en cas de contrainte à manger, à boire ou à accomplir l'acte sexuel.

6 - Boire et manger, croyant qu'il est encore nuit, puis il se révèle le contraire.

7 - Boire et manger en pensant que la nuit est tombée, alors qu'il fait encore jour.

8 - Boire et manger par inadvertance, puis continuer à le faire, pensant que, le jeûne étant rompu, on n'est plus obligé de l'observer, et on continue ainsi jusqu'à la nuit.

9 - Avaler un solide, non nourrissante, tel que perle ou ficelle. Ibn ‘Abbas a dit : « Le jeûne est annulé par ce qui entre et non par ce qui sort » (Ibn Abou Chou'aïb)

C'est-à-dire par ce qui arrive à l'estomac, et non par ce qui sort du corps ;tel que sang et matières vomies.

10 - L'intention de rompre le jeûne, même sans boire ni manger.

11 - Renier sa foi annule aussi le jeûne, même si on y retourne. Dieu dit : Si jamais tu donnes un associé à Dieu, tu seras privé du bénéfice de tes œuvres et tu seras perdant[Sourate Az-Zoumar 39:65].

Tous ces actes annulent le jeûne et obligent à le refaire sans toutefois exiger de réparation expiatoire.

L'expiation est nécessaire en deux cas

1 - Dans le cas d'un rapport sexuel volontaire, sans contrainte. Abou Horeyra rapporte ce qui suit : « Un homme vint trouver le Prophète et lui dit : - Me voici perdu ! - Qu'est-ce qui te fait perdre ? Lui dit le Prophète . - J'ai usé de ma femme en Ramadan, répondit l'homme. - As-tu de quoi affranchir un esclave, lui dit-il. - Non dit l'homme ! - As-tu de quoi nourrir 60 pauvres ? dit le Prophète . - Non plus, dit-il. L'homme s'assit. A ce moment on apporta un grand panier de dattes au Prophète . - Prends ces dattes et distribue-les aux pauvres, lui dit-il. - A qui les donner, y a-t-il de plus dénués que moi ? répondit l'homme. - Le Prophète fit un large sourire et dit : - Va les donner à ta famille ! » (Boukhari et Muslim).

2 - Dans le cas de boire et de manger sans motif valable, le jeûne est annulé et exige une expiation d'après Abou Hanifa et Malik qui la justifient par ce qui suit : « Un homme vint dire au Prophète : J'ai rompu volontairement mon jeûne. Le Prophète lui ordonna d'affranchir un esclave, ou de jeûner deux mois consécutifs, ou de donner à manger à soixante pauvres ».

Actes autorisés pendant le jeûne

Il est permis :

1 - De se frotter les dents avec l'« Arak » (ou siwak).

2 - De se rafraîchir avec de l'eau froide quand il fait chaud, soit en se baignant, soit en s'en aspergeant.

3 - De boire, manger et d'avoir des rapports conjugaux pendant les nuits de Ramadan.

4 - De voyager, pendant Ramadan, dans un but exempt de péché, même en sachant que ce voyage nécessiterait la rupture du jeûne.

5 - De se faire soigner par toute sorte de médicament licite, à condition qu'il n'atteigne pas l'estomac, tel qu'injection faite pour le soin et non pour la nourriture.

6 - De mâcher un aliment pour un bébé qui ne peut s'en passer et qui ne trouve pas une autre personne pour le servir. Néanmoins, il faut se garder d'en avaler.

7 - De se parfumer ou encenser ses habits.

Tous ces actes sont autorisés, car rien n'a été signalé pour les déconseiller.

Actes excusables

Il est toléré :

1 - D'avaler sa propre salive, même abondante.

2 - De vomir involontairement des aliments ou des humeurs à condition, qu'une fois arrivés à la bouche, de n'en rien retourner à l'estomac.

3 - D'avaler une mouche malgré soi, et sans le vouloir.

4 - De subir l'effet de la poussière de la rue, des usines, de la fumée des combustibles et de toute vapeur inévitables.

5 - De se trouver le matin en état de « janaba » (à la suite d'un rapport sexuel), même si on passe toute la journée en cet état.

6 - D'émettre du sperme pendant le sommeil. Le hadith déjà cité stipule que la responsabilité de l'enfant, du fou et de l'homme endormi est dégagée.

7 - De boire et de manger par mégarde ou par oubli. L'Imam Malik juge qu'il est nécessaire de refaire le jeûne quand il est de caractère obligatoire par précaution et de ne pas le recommencer quand il est surérogatoire.

Le Prophète a dit : « Quand celui qui jeûne boit ou mange par mégarde, qu'il poursuive son jeûne. C'est Dieu qui l'a nourri et qui lui a donné à boire » (Boukhari et Muslim). Il a dit aussi : « Qui rompt son jeûne par mégarde, en Ramadan, n'a pas à le refaire, ni à subir d'expiation » (Darakatni).

Réparation expiatoire

C'est le rachat de la faute commise en disgression à la loi divine. Quiconque enfreint cette loi par un rapport sexuel volontaire, par le boire ou le manger pendant le jour de Ramadan, doit expier son péché par l'un des moyens suivants :

- Par l'affranchissement d'un esclave croyant, ou le jeûne de deux mois consécutifs, ou la nourriture de soixante pauvres qui reçoivent chacun un « mod » de grains (contenance de deux mains = 1/2 litre environ).

Cette expiation a été ordonné par le Prophète à celui qui vint se confesser à lui d'avoir usé de sa femme pendant Ramadan.

Cette réparation est répétée autant de fois que la faute est commise. Par exemple : celui qui commet un jour le rapport sexuel, puis qui mange un autre jour, doit deux expiations.

Philosophie de l'expiation

Cette expiation a pour but d'empêcher que la loi ne soit traitée à la légère et profanée. Elle purifie l'âme du fidèle des suites laissées par le péché volontaire.

Elle doit être accomplie selon la règle et l'esprit de la loi, en quantité et en qualité pour atteindre son effet salutaire et effacer les traces du péché dans l'âme.

Cette réparation est inspirée de la parole divine qui dit : Les bonnes œuvres effacent l'effet des mauvaises[Sourate Houd 11:114] et de la parole du Prophète qui a dit : « Crains Dieu partout où que tu sois. Fais suivre la mauvaise action par une bonne, qui l'efface, conduis-toi correctement envers ton prochain » (Rapporté par Tirmidy).
 
Haut