• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Retiens ta langue...

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Ce texte est le sermon du vendredi prononcé par le Sheikh Muhammad Sa`îd Ramadân Al-Bûtî le 23 juin 2000 en Syrie.

Louanges à Dieu moult fois renouvelées.

Louanges à Dieu à la hauteur de Ses bienfaits et de Son supplément de Faveur. Seigneur, louanges à Toi comme il se doit pour Ta Face honorée et la Magnificence de Ton Pouvoir. Gloire à Toi Seigneur ; je ne suis point capable de Te louer comme il convient ; Tu es Tel que Tu T’es loué Toi-Même. J’atteste qu’il n’y a de divinité hormis Allâh, l’Unique sans associé. Et j’atteste que notre maître et Prophète Muhammad est le Serviteur, le Messager, l’Élu et l’Ami intime de Dieu, le meilleur Prophète envoyé par Dieu. Dieu l’a envoyé au monde entier en guise d’annonciateur de la bonne nouvelle et en guise d’avertisseur. Seigneur, accorde Ta prière, Ta paix et Tes bénédictions, à notre maître Muhammad, ainsi qu’à sa famille, une prière et une paix permanentes et indissociables jusqu’au Jour Dernier. En outre, je vous recommande — ô musulmans — ainsi qu’à mon âme pécheresse la crainte révérencielle d’Allâh — Exalté soit-Il.

Ô Serviteurs de Dieu,

Il y a deux versets dans le Livre de Dieu — Exalté soit-Il —, à la fin de la sourate intitulée Al-Hujurât, si le Musulman les méditait et les mettait en application, cela lui suffirait, et il s’en retournerait auprès de Dieu — Exalté soit-Il — qui serait satisfait de lui, aussi petites soient ses œuvres et aussi réduite soit sa dévotion. Il s’agit de la parole de Dieu — Exalté soit-Il — : « Ô vous qui avez cru ! Que des hommes ne se raillent pas d’autres hommes : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux).


Quel vilain qualificatif que la "perversion" lorsqu’on a déjà la foi. Et quiconque ne se repent pas... Ceux-là sont les injustes. § Ô vous qui avez cru ! Évitez de trop conjecturer (sur autrui) car certaines conjectures sont péché. Et n’espionnez pas ; et ne médisez pas les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? (Non !) vous en aurez horreur. Et craignez Allâh. Car Allâh est Grand Accueillant au repentir, Très Miséricordieux. » [1]

Le Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui — résume la substance de ces versets en une parole concise rapportée par At-Tirmidhî, Abû Dâwûd, Ibn Abî Ad-Dunyâ et Al-Bayhaqî d’après `Uqbah Ibn `Âmir : (Celui-ci) demanda au Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui — : « Comment atteindre le salut ? » Il lui répondit :

« Retiens ta langue, reste chez toi et pleure sur ton péché. » [2]

Notez, chers frères, comment ces deux versets sont délaissés par de nombreux Musulmans de nos jours. Voyez comment cet enseignement éloquent prodigué par le Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui — est désormais étranger à l’ouïe de nombreux Musulmans. Méditez cette parole que le Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui — nous adresse et réfléchissez à ce qu’il affirme. Regardez ensuite la condition de très nombreux Musulmans de nos jours.

Certains d’entre eux imaginent que Dieu — Exalté soit-Il — a fait d’eux les gardiens et les observateurs de la condition d’autrui, sans responsabilité aucune vis-à-vis d’eux-mêmes.


...
 

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Les voici passant au microscope la condition des Musulmans autour d’eux. Non contents de scruter les apparences, ils iront sonder les cœurs.


Puis ils dresseront un bilan avec force affirmation ; ils médiront et bavasseront à propos de la condition de ces gens-ci et de ces gens-là. En revanche, sur leur propre condition, point de commentaire car ils ne sont responsables de rien.

Car Dieu les a investis de la surveillance d’autrui. Quant à se surveiller eux-mêmes, quant à surveiller leurs propres consciences, quant à observer leurs propres comportements avec Dieu, leurs propres manquements vis-à-vis de Dieu — Exalté soit-Il —, cela ne leur traverse pas l’esprit. N’est-ce pas là la réalité d’un grand nombre de Musulmans aujourd’hui ?

Je considère cette réalité en expansion à l’aune de ces deux versets inquiétants du Livre de Dieu — Exalté soit-Il — : « Ô vous qui avez cru ! Que des hommes ne se raillent pas d’autres hommes : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. »[/B]

Que signifie « peut-être » ? Cela signifie que vous ne connaissez pas leur condition, que vous ne connaissez pas leurs secrets. Vous connaissez certaines de leurs affaires apparentes et vous en ignorez certaines. Mais vous ignorez tout de leurs consciences. Ne vous mêlez donc pas de ce qui ne vous regarde pas. N’allez pas porter une responsabilité dont Je ne vous ai point chargés.


« Ô vous qui avez cru ! Que des hommes ne se raillent pas d’autres hommes : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain qualificatif que la "perversion" lorsqu’on a déjà la foi. Et quiconque ne se repent pas... Ceux-là sont les injustes. »

..................

La suite du sermon dans le lien...

http://www.islamophile.org/spip/Retiens-ta-langue.html
 
Haut