• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Scandale des rémunérations : et si les anciens présidents montraient l’exemple ?

mam80

la rose et le réséda
Modérateur
Parmi les revendications qui ont déjà fleuri et vont fleurir sur les cahiers de doléances de ce grand débat voulu par Emmanuel Macron pour tenter de gagner du temps et d’enrayer la colère d’un peuple jusqu’alors ignoré, il en est une qui risque de s’adresser à quatre hommes.

Quatre hommes qui coûtent à la nation dix millions par an. L’un d’entre eux a reçu de l’État plus de 85 millions d’euros au titre de sa retraite, selon les chiffres calculés par l’ancien député socialiste René Dosière, qui a aussi évalué ce que nous coûte ce dernier à 2,5 millions d’euros par an ! Eh oui, Valéry Giscard d’Estaing, à la retraite depuis 38 ans, coûte à la France 6.849 euros par jour ! À l’heure où les gilets jaunes demandent plus de justice sociale et plus de justice tout court, n’est-ce pas un privilège de trop ?

Ils sont donc quatre anciens présidents de la République – Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande – à bénéficier des rivières de diamants de la part de la nation qu’ils ont été appelés à diriger.

Le général de Gaulle auquel ces quatre hommes se réfèrent sans sourciller avait, lui, décidé de refuser de bénéficier de cette manne… républicaine. Ne serait-ce pas un signe important de solidarité que ses quatre successeurs encore en vie décident, à leur tour, d’abandonner leurs droits à cette rente à vie, dont le montant est une insulte à ce que touchent nos paysans et les plus modestes de nos retraités ? Et si, par bonheur, Emmanuel Macron n’est pas réélu en 2022, il sera le plus jeune retraité de France puisqu’il n’aura que 44 ans… Faudra-t-il que la République lui verse une pension hors-sol pendant une cinquantaine d’années ?

Pourquoi ces anciens Présidents bénéficient-ils d’avantages aussi faramineux ? Comme une quinzaine de gendarmes chargés d’assurer la sécurisation de leurs résidences. Comme des locaux meublés et équipés. Comme un secrétariat de sept collaborateurs pendant les cinq premières années, nombre qui se réduira à trois jusqu’à leur mort ! J’allais oublier la voiture et son chauffeur !

René Dosière estimait que, chaque année, VGE coûtait ainsi 2,5 millions d’euros, Sarkozy 2,2 millions et Chirac 1,5 million. De l’argent dont ils n’ont pas trop l’usage, au vu de leurs revenus ordinaires.

Quant à Hollande, le jeune retraité, il touche, depuis mai 2017, 5.184 euros comme ancien locataire de l’Élysée, plus 6.208 euros comme ancien député, 3.473 euros comme ancien conseiller référendaire de la Cour des comptes et 403 au titre de diverses fonctions secondaires. Mais ce n’est pas fini, car la générosité de Marianne étant apparemment sans limite, le trésorier du Conseil constitutionnel va lui verser, à vie, un chèque de 12.000 euros bruts. Soit, au total, 27.000 euros par mois. Retraite nette annuelle de M. Hollande : 324.000 euros. Autant dire des broutilles auxquels nous devons rajouter tous les frais des nounous gendarmesques, des secrétariats, du chauffeur et de la voiture, etc. Ces chiffres donnés par l’iFRAP (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) ne sont, hélas, pas contestables et montrent combien, en fin de compte, la politique rapporte gros.

On peut donc comprendre la colère populaire qui ne concerne pas que ces parachutes dorés puisque Marianne réserve d’invraisemblables privilèges à des milliers de fonctionnaires dont certains sont rémunérés 300.000 euros par an, des députés, des sénateurs, des présidents de commission, etc.

Alors, Messieurs les présidents de la République, faites un geste : abandonnez au Trésor public vos scandaleux avantages sonnants et trébuchants.

http://www.bvoltaire.fr/scandale-des-remunerations-et-si-les-anciens-presidents-montraient-lexemple/?mc_cid=f6bd315d55&mc_eid=fc20a6a4fe

mam
 
On peut donc comprendre la colère populaire qui ne concerne pas que ces parachutes dorés puisque Marianne réserve d’invraisemblables privilèges à des milliers de fonctionnaires dont certains sont rémunérés 300.000 euros par an, des députés, des sénateurs, des présidents de commission, etc.


mam
Ce n'est pas un hasard, les salaires sont élevés pour une simple et bonne raison @mam80 : Limiter la corruption. Tout simplement. Paye mal les fonctionnaires, la corruption pointera le bout de son nez.
 

mam80

la rose et le réséda
Modérateur
Ce n'est pas un hasard, les salaires sont élevés pour une simple et bonne raison @mam80 : Limiter la corruption. Tout simplement. Paye mal les fonctionnaires, la corruption pointera le bout de son nez.
mais ils sont déjà corrompus
il n'y a qu'à regarder les notes de frais de nos députés

<Retraites, frais, déplacements : le budget de l'Assemblée nationale explose
- Selon un document confidentiel consulté par Le Parisien ce jeudi, les dépenses du Palais Bourbon ont largement augmenté par rapport au budget prévisionnel 2019. En cause : les retraites des députés, les frais de secrétariat ou les déplacements des élus et de leurs collaborateurs.

Selon un document confidentiel du parlement, consulté parLe Parisien , les dépenses de l'Assemblée nationale ont largement dépassé les prévisions du budget 2019. Le Palais Bourbon devra ainsi, selon le quotidien, puiser dans ses réserves près de 47 millions d'euros l'an prochain - sur un total de 318 millions d'euros -, contre 28,4 millions d'euros prévus à la fin de l'année 2017.

» LIRE AUSSI - Le coût de fonctionnement de l'Assemblée nationale fait polémique

«Les charges prévisionnelles de l'exercice 2019 sont supérieures à la dotation de l'État et aux recettes propres de l'Assemblée», pointe ce document cité par Le Parisien. Le quotidien relève notamment l'acquisition de l'Hôtel de Broglie en 2016 pour 63 millions d'euros. En décembre 2017, les députés avaient voté à une large majorité en faveur de la conservation de ce site de 7 000 m² où seront aménagés des bureaux-couchettes et des espaces de travail pour les élus et leurs collaborateurs.

La réforme des retraites mise en cause
D'autres dépenses sont pointées du doigt par ce rapport: la hausse des frais de secrétariat, le régime de retraites, les charges de représentation des commissions des Affaires étrangères, des Finances et de la Défense ou encore les déplacements des députés du fait de l'augmentation des voyages en avion et de leurs tarifs. Concernant les retraites des députés - une des causes principales causes de la hausse des dépenses -, elles avoisinent les 67 millions d'euros pour l'année 2018 et devraient augmenter de 11% l'an prochain. En cause: le renouvellement sans précédent de l'Assemblée nationale lors des dernières élections législatives, ainsi que la revalorisation des pensions au 1er janvier prochain.

Mais le document consulté par Le Parisien fait surtout apparaître les effets pervers de la réforme des retraites votée l'an dernier. Car si la baisse des pensions ne touchera que les futurs retraités, la réduction de l'assiette des cotisations est d'ores et déjà entrée en vigueur. Un déficit aggravé que l'Assemblée nationale doit aujourd'hui combler grâce à une subvention interne d'équilibre d'environ 40 millions d'euros.

Taxis, équipement numérique et frais postaux
Le document interne du parlement met également en avant une case obscure dénommée «Autres charges». Elles augmenteraient de près de 160%, passant de 16 à 60 millions d'euros, entre le budget initial 2018 et celui prévu l'an prochain. Parmi ces charges figurent les frais de comptabilité, les frais postaux ou de taxi, le téléphone, ou encore l'équipement numérique des députés et de leurs collaborateurs (tablettes, ordinateurs et connexion Wi-Fi).

.../...
 

mam80

la rose et le réséda
Modérateur
suite et fin

Contacté par Le Parisien, le premier questeur de l'Assemblée nationale, Florian Bachelier, dit «assumer totalement» ces dépenses qui sont, pour la plupart, «des dépenses d'investissement nécessaires à la modernisation de l'Assemblée et à l'efficacité du travail des parlementaires». «Elles se substituent à des frais de papier ou de photocopies», selon lui.
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/09/27/25001-20180927ARTFIG00331-retraites-frais-deplacements-le-budget-de-l-assemblee-nationale-explose.php>

<
En plus de leurs indemnités, les députés vont avoir 900€ par mois en plus pour se loger à Paris
Nouvelle décision de l’Assemblée Nationale pour améliorer les « conditions de vie » des députés : allouer à certains d’entre eux une enveloppe de 900€ par mois pour qu’ils puissent se loger à Paris. Une solution pour mettre fin … à la précarité !
Si les députés de la région parisienne sont évidemment exclus de la réforme, cela pourrait concerner près de 220 députés. En effet, en plus des bureaux équipés, l’Assemblée dispose d’un hôtel avec une cinquantaine de chambres pour loger les députés en déplacement. Reste 220 députés à loger. Du moins hypothétiquement, car entre 2012 et 2016, le taux moyen de présence à l’Assemblée, mesuré lors des votes, était de 23 %. Soit 3 députés sur 4 qui ne se déplacent pas pour les votes.
Dans ces conditions, l’allocation d’une énième enveloppe pour les députés revient tout simplement à augmenter leurs rémunérations, déjà pharamineuse au regard du salaire moyen des salariés français. En effet, en plus des 7100€ brut par mois de traitement, les députés ont une indemnité représentative de frais de mandat de 5570€ brut. Ajoutez à cela 900€ d’« APL parlementaire », on atteint près de 13500€ à la disposition des « représentants de la Nation » chaque mois !

Au delà du salaire déjà énorme dilapidé par les députés, il faut comparer ce qui apparaît comme une APL parlementaire au maximum que peut percevoir le tout-à-chacun avec des Aides Personnalisées au Logement, dont le plafond est autour de 400€. Soit moins que la moitié que la nouvelle enveloppe des grabataires du palais Bourbon. Vous parliez de moralisation de la vie politique ?
http://www.revolutionpermanente.fr/En-plus-de-leurs-indemnites-les-deputes-vont-avoir-900EUR-par-mois-en-plus-pour-se-loger-a-Paris>

mam
 
suite et fin

Contacté par Le Parisien, le premier questeur de l'Assemblée nationale, Florian Bachelier, dit «assumer totalement» ces dépenses qui sont, pour la plupart, «des dépenses d'investissement nécessaires à la modernisation de l'Assemblée et à l'efficacité du travail des parlementaires». «Elles se substituent à des frais de papier ou de photocopies», selon lui.
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/09/27/25001-20180927ARTFIG00331-retraites-frais-deplacements-le-budget-de-l-assemblee-nationale-explose.php>

<
En plus de leurs indemnités, les députés vont avoir 900€ par mois en plus pour se loger à Paris
Nouvelle décision de l’Assemblée Nationale pour améliorer les « conditions de vie » des députés : allouer à certains d’entre eux une enveloppe de 900€ par mois pour qu’ils puissent se loger à Paris. Une solution pour mettre fin … à la précarité !
Si les députés de la région parisienne sont évidemment exclus de la réforme, cela pourrait concerner près de 220 députés. En effet, en plus des bureaux équipés, l’Assemblée dispose d’un hôtel avec une cinquantaine de chambres pour loger les députés en déplacement. Reste 220 députés à loger. Du moins hypothétiquement, car entre 2012 et 2016, le taux moyen de présence à l’Assemblée, mesuré lors des votes, était de 23 %. Soit 3 députés sur 4 qui ne se déplacent pas pour les votes.
Dans ces conditions, l’allocation d’une énième enveloppe pour les députés revient tout simplement à augmenter leurs rémunérations, déjà pharamineuse au regard du salaire moyen des salariés français. En effet, en plus des 7100€ brut par mois de traitement, les députés ont une indemnité représentative de frais de mandat de 5570€ brut. Ajoutez à cela 900€ d’« APL parlementaire », on atteint près de 13500€ à la disposition des « représentants de la Nation » chaque mois !

Au delà du salaire déjà énorme dilapidé par les députés, il faut comparer ce qui apparaît comme une APL parlementaire au maximum que peut percevoir le tout-à-chacun avec des Aides Personnalisées au Logement, dont le plafond est autour de 400€. Soit moins que la moitié que la nouvelle enveloppe des grabataires du palais Bourbon. Vous parliez de moralisation de la vie politique ?
http://www.revolutionpermanente.fr/En-plus-de-leurs-indemnites-les-deputes-vont-avoir-900EUR-par-mois-en-plus-pour-se-loger-a-Paris>

mam
Tout le monde sait bien que la question des priviléges régaliens n'a jamais été réglé.

Il faudrait mettre les députés et les sénateurs au smic pour, enfin, le voir augmenter.
 
On a décapité un roi et on a mis au pouvoir des tas de petits rois qui n ont rien à envier à Louis ou Napoléon
La vengeance de Louis XVI d'outre-tombe est terrible.
Le Peuple a tué le Roi, les roitelets de France asphyxient le Peuple. Surtout le VGE qui sans honte se rendait à l'Elysée à pieds mais n'hésite pas à s'en mettre plein les poches. Les diamants de Bokassa n'ont pas suffi apparemment.
 

Mohammad

hein + hein = euh
VIB
C'est injuste, rageant, mais c'est normal aussi; de part leur fonction, les anciens présidents ont eu à fâcher pas mal de monde et avoir à assumer leurs sécurités est un minimum. Leur pension par contre pourrait être ramené à la hauteur d'un parlementaire (+/- 6000 euros).

Je trouve aussi qu'il faudrait relever l'âge minimal pour prétendre accéder aux plus hautes fonctions (minimum 55 ans) et pouvoir justifier d'une certaine expérience de dirigeant, qu'elle soit politique ou dans le secteur privé (patron de pme). Il faudrait enfin disqualifier les candidatures d'anciens lobbyistes.
 
Haut