• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Sondage alarmant : 4 marocains sur 10 sont tentés de quitter le pays !

ould khadija

fédalien
Contributeur
Blasés par le contexte social et économique, de nombreux Marocains se disent prêts à quitter le royaume si une opportunité s’offre à eux à l’étranger, notamment parmi les plus jeunes.

Une enquête a été menée entre le 10 et le 15 octobre sur un échantillon de 1 000 personnes.

Le constat est alarmant : le Maroc est en train de voir son capital se réduire comme peau de chagrin.

D’après cette enquête réalisée par le groupe Sunergia pour l’Economiste, 4 Marocains sur 10 affirment être prêts à quitter leur pays si une opportunité venait à se présenter.

L’idée fait son chemin particulièrement du côté des jeunes âgés de 15 à 24 ans, dont 59% «cherche à partir», indique le quotidien dans l’édition de ce mercredi.


Ils sont suivis de la tranche d’âge des 35-44 ans (42%) et des 25-34 ans (40%). En revanche, les sexagénaires (65 ans et plus) sont les moins tentés par une expérience à l’étranger : seulement 10% souhaite partir.

L’enquête, rompt également avec une idée préconçue : ce sont bien les femmes, à raison de 5 sur 10, et non les hommes (31%), qui ont le plus envie de quitter le pays.

«Ce pourcentage rompt avec le cliché selon lequel ce serait l’homme qui part et la femme qui reste», souligne Jean Zaganiaris, sociologue et enseignant chercheur à l’Ecole de gouvernement et d’économie de (EGE) de Rabat et à l’université Mohammed VI Polytechnique.

Un départ perçu comme la seule issue possible


«Cela devient inquiétant aujourd’hui. De nombreuses personnes issues de classes relativement aisées, voire très aisées, quittent également le Maroc car elles ne rencontrent pas des conditions de vie satisfaisantes. Cette hausse de l’immigration est à prendre très au sérieux», s’inquiète Jean Zaganiaris.

Cette tendance est sans conteste un coup porté contre le marché du travail marocain, qui se voit privé de nombreux talents et compétences.

En 2014, 17% des diplômés marocains de l’enseignement supérieur émigraient, d’après l'Arab Knowledge Report, élaboré par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Fondation Mohamed Bin Rashid Al Maktoum.

Le constat de Jean Zaganiaris fait écho à des observations formulées par Sébastien Duhaut, consultant chez Altaï Consulting, dans un rapport intitulé «Les dynamiques d’inclusion/exclusion de la jeunesse en zone Méditerranée» (avril 2017), élaboré pour l’Agence française de développement (AFD).

«Les étudiants du supérieur ne sont généralement pas parmi les plus pauvres ou les plus exclus du pays, mais à un certain moment l’émigration apparaît à ces personnes, appartenant plutôt aux classes moyennes, comme une réponse possible au manque d’avenir qu’ils ressentent dans leur pays, voire comme la seule issue», estimait-il.


SOLÈNE PAILLARD
https://www.yabiladi.com/articles/details/71033/quatre-marocains-sont-tentes-quitter.html
 

ould khadija

fédalien
Contributeur
C'est bien connu : les gens croient qu'ailleurs l'herbe est plus verte.

Ce qui est quand même surprenant c'est le % bien plus élevé des femmes désireuses d'aller "ailleurs" ..que celui des hommes.

On peut se poser la question : les raisons économiques sont elles le seul motif qui expliquent ce désir des femmes d'aller tenter leur chance "ailleurs" ?
 
Blasés par le contexte social et économique, de nombreux Marocains se disent prêts à quitter le royaume si une opportunité s’offre à eux à l’étranger, notamment parmi les plus jeunes.

Une enquête a été menée entre le 10 et le 15 octobre sur un échantillon de 1 000 personnes.

Le constat est alarmant : le Maroc est en train de voir son capital se réduire comme peau de chagrin.

D’après cette enquête réalisée par le groupe Sunergia pour l’Economiste, 4 Marocains sur 10 affirment être prêts à quitter leur pays si une opportunité venait à se présenter.

L’idée fait son chemin particulièrement du côté des jeunes âgés de 15 à 24 ans, dont 59% «cherche à partir», indique le quotidien dans l’édition de ce mercredi.


Ils sont suivis de la tranche d’âge des 35-44 ans (42%) et des 25-34 ans (40%). En revanche, les sexagénaires (65 ans et plus) sont les moins tentés par une expérience à l’étranger : seulement 10% souhaite partir.

L’enquête, rompt également avec une idée préconçue : ce sont bien les femmes, à raison de 5 sur 10, et non les hommes (31%), qui ont le plus envie de quitter le pays.

«Ce pourcentage rompt avec le cliché selon lequel ce serait l’homme qui part et la femme qui reste», souligne Jean Zaganiaris, sociologue et enseignant chercheur à l’Ecole de gouvernement et d’économie de (EGE) de Rabat et à l’université Mohammed VI Polytechnique.

Un départ perçu comme la seule issue possible


«Cela devient inquiétant aujourd’hui. De nombreuses personnes issues de classes relativement aisées, voire très aisées, quittent également le Maroc car elles ne rencontrent pas des conditions de vie satisfaisantes. Cette hausse de l’immigration est à prendre très au sérieux», s’inquiète Jean Zaganiaris.

Cette tendance est sans conteste un coup porté contre le marché du travail marocain, qui se voit privé de nombreux talents et compétences.

En 2014, 17% des diplômés marocains de l’enseignement supérieur émigraient, d’après l'Arab Knowledge Report, élaboré par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Fondation Mohamed Bin Rashid Al Maktoum.

Le constat de Jean Zaganiaris fait écho à des observations formulées par Sébastien Duhaut, consultant chez Altaï Consulting, dans un rapport intitulé «Les dynamiques d’inclusion/exclusion de la jeunesse en zone Méditerranée» (avril 2017), élaboré pour l’Agence française de développement (AFD).

«Les étudiants du supérieur ne sont généralement pas parmi les plus pauvres ou les plus exclus du pays, mais à un certain moment l’émigration apparaît à ces personnes, appartenant plutôt aux classes moyennes, comme une réponse possible au manque d’avenir qu’ils ressentent dans leur pays, voire comme la seule issue», estimait-il.


SOLÈNE PAILLARD
https://www.yabiladi.com/articles/details/71033/quatre-marocains-sont-tentes-quitter.html
Ça c'est avant qu'on leur dise que le fuseau
horaire en Europe est GMT+1 ...voire Gmt+2
 
4 Marocains sur 10 affirment être prêts à quitter leur pays .................si une opportunité venait à se présenter.

Moi aussi et le premier je quitterais le Maroc si je peux gagner 3 ou 4 fois plus ...:D

rajoutez-moi dans la liste !!!!
 
4 sur 10

c'est quoi ce sondage ???
c'est pas 9 sur 10
ceux qui veulent rester c'est que les assistés les chabibat les na9abat .....
 
Haut