Syrie : deux familles de jihadistes demandent leur rapatriement en France

Le gouvernement français refuse de rapatrier ses ressortissants, jihadistes et épouses, affiliés à Daesh. Il n'accepte de ramener les enfants qu'au "cas par cas". Un juge des référés du tribunal administratif de Paris va pourtant examiner ce mardi 2 avril les recours en urgence déposés par deux femmes retenues avec leurs enfants dans le camp de Roj au Kurdistan syrien pour contraindre l'Etat français à les rapatrier, a appris l'AFP auprès de leurs avocats.

Les deux femmes ont chacune trois enfants, âgés de un an et demi à huit ans. Me William Bourdon et Me Vincent Brengarth, qui assurent conjointement la défense de ces deux femmes, ont déposé deux référés-liberté pour que la justice administrative oblige le ministre des Affaires étrangères à "procéder au rapatriement de ces deux familles afin de faire cesser l'atteinte grave et manifestement illégale au droit de la vie des enfants mineurs détenus". L'audience doit se tenir à 15h devant le tribunal administratif de Paris.

 
qu'on rapatrie les enfants.
elles doivent être jugées sur le lieu où elles ont participé à un régime criminel, pour que leur culpabilité éventuelle soit établie.
en France il n'y a aura plus aucune preuve, aucun témoin de leurs actes.
 
Haut