• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

[Sujet unique : invocation, douas ...]

tinky

tinky

Moche ou Bekheir hamdullah
salam, bonsoir,

Fatwa. Et si Al Qaradawi avait raison ?

Par Nadia Lamlili

La fatwa d'Al Qaradawi autorisant les Marocains à contracter des crédits à intérêts lui a valu une volée de bois vert de la part des oulémas. Récit d'une bagarre dont l'essentiel est ailleurs.


Il fallait s'y attendre. La guerre en sourdine entre l'Islam officiel made in Morocco et l'Islam satellitaire qui hypnotise les foules depuis le Golfe a fini par éclater. Le clash a été retentissant. En émettant sa fatwa qui autorise les Marocains à contracter des crédits bancaires pour acquérir un logement, Cheikh Al Qaradawi s'est attiré les foudres des oulémas du roi qui n'ont, évidemment, pas manqué cette occasion de lui tirer
dessus. Dans un communiqué, ils ont dénoncé son ingérence dans les affaires des Marocains. Appréciez ce florilège : “L'instance de l'Iftaa est consciente des dangers que recèle ce flux médiatique qui a ouvert les vannes de la fatwa de sorte que le premier venu s'y adonne. C'est d'autant plus inquiétant qu'elle est à présent entre les mains de prétentieux (ndlr-Al Qaradawi) , dont certains ont fait mauvais usage du savoir contre l'intérêt des gens”. Plus loin, on lira : “Le mufti en question a outrepassé les règles de la bienséance et commis de grossières erreurs en matière de savoir et d'éthique, et en premier lieu celle qui consiste à empiéter sur le droit des oulémas du Maroc”. Attendez, ce n'est pas encore fini. Le K.O arrive ! Les oulémas considèrent que cette fatwa ne peut émaner que d'une personne qui, sous le couvert de défendre les autres, agit en réalité pour son propre profit.

Patatras ! Sa Sainteté Al Qaradawi, cheikh connu et reconnu à travers le monde, s'est fait pratiquement insulter en terre marocaine. “Il a commis une faute monumentale en décrétant une fatwa se basant sur un rite autre que le malékisme”, a déclaré Mohamed Yssef, secrétaire général du Conseil Supérieur des Oulémas, au journal Assahra Al Maghribia.

A l'origine, une consultation banale
Pour comprendre les enjeux de cette affaire, il est important d'expliquer le contexte dans lequel la fatwa a été émise. Tout a commencé en août dernier alors que le cheikh était en vacances au Maroc. La jeunesse du PJD, qui tenait son université d'été, l'a alors invité à donner des conférences. L'histoire, comme l'explique Abdelaziz Rebbah, secrétaire général de cette formation, était on ne peut plus “banale”. Un groupe de jeunes Marocains est allé voir le cheikh dans son hôtel et lui a demandé un avis religieux sur les crédits bancaires dans l'immobilier. “Ils étaient tiraillés entre leur conviction religieuse qui interdit l'usure et leur besoin d'acquérir un logement”, explique le Pjdiste. C'est à ce moment précis que le cheikh leur donne le feu vert, citant un avis antécédent, émis par le comité européen de l'Iftaa en faveur de la minorité musulmane d'Europe. Oups ! l'irréparable a été commis. C'est précisément ce bout de phrase qui a déchaîné l'ire des officiels marocains. Pour eux, cela veut dire que le régime marocain est laïc comme en Europe et que les musulmans y constituent une minorité ! La presse socialiste initie la polémique en publiant une mise au point virulente du directeur de Dar Al Hadith Al Hassania. L'affaire grossit. La religion étant une affaire royale, les oulémas s'en prennent à “l'intrus”. On n'en finit pas de décrypter les conséquences désastreuses sur le Maroc. Le politologue Mohamed Darif considère que “la réaction d'Al Qaradawi cautionne tous les mouvements extrémistes”. “Il leur demande clairement de venir se battre au Maroc du moment que ce n'est pas une terre musulmane”, analyse-t-il. Pour lui, cette fatwa est d'autant plus dangereuse qu'elle confirme le point de vue d'Al Qaïda sur le Maroc (le pays du Taghout, de la décadence).

L'usure version halal
Au-delà de ses conséquences politiques, la fatwa dérange même sur un plan religieux. Un membre de l'association des lauréats de Dar Al Hadith Al Hassania estime que les paroles d'Al Qaradawi “n'engagent que lui”. “Le logement n'est pas une nécessité pour que le musulman utilise le hram (l'illicite)”, s'interroge notre source.

Le contraste est spectaculaire. Dans sa fatwa, Al Qaradawi est encore plus progressiste que nos oulémas. Pour la première fois au Maroc, une sommité religieuse valide le recours à un “péché” sous le poids de la contrainte. “Il n'a pas autorisé le principe de l'usure. Mais il a appliqué la règle qui permet l'utilisation de l'illicite en cas de grande nécessité”, explique Abdelbari Zemzmi, imam de la mosquée Al Hamra. “J'ai moi-même validé le principe du leasing dans les crédits bancaires. Mais cette formule n'existe pas encore dans l'immobilier. Les gens sont, de toute façon, obligés de contracter des crédits à intérêts. Alors, pourquoi tout ce bruit ?” s'interroge Zemzmi. Plus logique que ça, tu meurs ! Que doivent se dire nos oulémas officiels devant des milliers de musulmans incapables d'acheter un logement social alors que les conditions d'acquisition sont nettement plus avantageuses grâce au Fogarim et autres fonds d'aide? La formule du Fogarim connaît un succès sans égal car elle permet aux petits travailleurs, y compris dans l'informel, de contracter des crédits. Quand on sait que le taux moyen se situe à 7,27% et que les gens peuvent acheter un logement à partir de 120 000 DH, continuer à brandir le caractère illicite de l'usure est une pure aberration.

Bagarre de hammam
C'est d'ailleurs pour éviter un ijtihad trop laborieux et sûrement trop courageux, que nos fouqaha ont évité de discuter le contenu de la fatwa d'Al Qaradawi. La polémique a porté sur la forme et non sur l'idée d'autoriser ou non le recours à l'usure, aussi modique soit-elle. A part Mohamed Rougui, un alem proche du Mouvement unicité et réforme, résidant actuellement en Arabie Saoudite, aucun autre alem marocain n'a osé braver la tempête des taux d'intérêts dans le système bancaire. Et encore ! Car l'imam en question s'est contenté de manifester son opposition au raisonnement du cheikh, gentiment soit dit au passage, mais sans donner d'alternative. Le problème demeure entier, vu l'absence de banques islamiques au Maroc. “Au lieu de débattre d'une façon constructive, nos oulémas sont entrés dans une dispute de hammam qui a décrédibilisé leurs propos et les a décrédibilisés eux-mêmes”, se désole une source ministérielle. Ne dramatisons rien ! Al Qaradawi non plus n'est pas innocent. Mohamed Darif fait remarquer qu'il a déjà eu des positions hostiles envers le Maroc sur la chaîne qatarie Al Jazeera. En plus, décréter une fatwa aussi pointue suppose une connaissance approfondie du contexte. Or, Al Qaradawi n'est pas marocain. “Et alors ? Abou Malik ne l'était pas non plus”, fulmine notre source ministérielle. Rien à dire.

L'enjeu de toute cette bataille est finalement d'ordre politique. Depuis sa création en juillet 2005, l'instance de l'Iftaa a fait deux sorties : une pour condamner l'enlèvement des deux Marocains en Irak et l'autre pour interdire aux femmes de diriger la prière. A chaque fois, elle réagissait suite à une tempête médiatique. Comme pour protéger une légitimité menacée. “L'a-t-on une seule fois entendue se prononcer sur la hausse des prix du sucre, du transport ou de la corruption dans les élections ?”, se révolte un responsable du PJD. “Cette commission est trop loin du peuple. On ne sait même pas si elle existe. C'est pour cela que les imams du Golfe ont du succès au Maroc”, tonne-t-il. A l'image du dirham, non convertible à l'étranger, l'islam marocain n'en finit pas de se renfermer sur lui-même. Il crie sa hargne face à un golfe tout puissant qui allèche les foules par une monnaie unique : Un islam transcendant les frontières… Mais de quel islam s'agit-il ?







Secteur bancaire. Razzia islamiste

Que se passerait-il si les banques islamiques s'installaient au Maroc ? Un responsable du ministère des Habous sourit : “Vous n'imaginez pas l'importante clientèle qu'elles attireraient !”. La fatwa d'Al Qaradawi pose un problème aux officiels marocains, non pas uniquement au niveau de la forme, mais aussi parce qu'il n'y pas d'alternative aux banques commerciales fonctionnant selon le système occidental. Un système bancaire islamique ? Le Maroc n'en veut pas tout simplement. Il veut protéger le cartel existant mais au-delà, se prémunir contre les financements terroristes. Vu le succès de ce type d'institutions à l'international, une question se pose : et si une banque de chez nous décidait de créer un guichet islamique ?

tawmat
 
J

jdal

Il me paraît avoir raison et la raison n'est pas plus marocaine que qatari.
 
L

lunik

cette manie de dire aux autres ce qu'il faut faire, est tout simplement indécente, les marocains n'ont pas besoin d'etre fatwawisés.
 
M

mohammed.B

Il Ny4a Po D4islam Marocfain Ou Qatari , Par Consequen Les Interets Sont Haram Et Qarwawi Est Un Egare De Premirere Les Oulama De La Sounnah Ont Mis En Garde Contre Lui
 
limadala

limadala

Où suis-je?
j'ai une question:
l'interêt est "illicite". On ne peut donc prêter et demander un rabais pour le remboursement. Mais si on voit les choses autrement à savoir:
j'achete une maison dont le prix vaut 100 000 eur. Je n'ai pas l'argent, la banque se charge de "racheter" la maison et de me la vendre. Du coup comme tout commerce, il y a un bénéfice. La banque devient donc la vendeuse de la maison à qui je paie le prix de la maison. Elle se fait un bénéf et du coup, cela ne tombe-t-il pas dans une affaire de commerce. Là y-a-t-il encore "illicite"?

Que dire alors du commerce; on achete un objet moyennant un rabais que le vendeur se fait.
Le vendeur est-il aussi illicite?
 
zouhir001

zouhir001

je pense, donc je suis
bandes de naif, la religion est universelle, les pseudos oulémas nationaliste ne sont que des corrompus, je ne pensait pas qu'on a different islam selon les pays et les régions, tout cela pour nous diviser et pour assoire leurs pouvoirs....

par exemple ici en europe si il n'existe aucune alternative au crédit classique pour un achat immobilier on fait quoi et surtout comment???

ils m'ont vraiment déçus les "oulémas" du maroc...

qu'ils aillent s'occuper des bordels et des casino ensuite ils pourront la ramener...
 
tinky

tinky

Moche ou Bekheir hamdullah
Il Ny4a Po D4islam Marocfain Ou Qatari , Par Consequen Les Interets Sont Haram Et Qarwawi Est Un Egare De Premirere Les Oulama De La Sounnah Ont Mis En Garde Contre Lui
salam, bonjour,

Tu devrais lire l'article au lieu de raconter n'importe quoi !!!!

tawmat
 
AdybenHatem

AdybenHatem

Salam alaykoum

C'est un sujet qui préoccupent beaucoup les musulmans et c'est justifiable mais obligatoirement,on ne peut se pencher sur la question sans se rapporter aux regles juridiques s'en rapportant...

C'est simple,lorsque je me met en chemin vers l'objectif de comprendre s'il est possible de faire un credit,je trouve des hadiths et des regles juridiques me montrant que l'interdiction de l'usure est comme une forteresse bien gardée et que pour preservée ma foi,j'eviterais de tomber dans cette erreur.

Il y'a une regle juridique en Islam qui est la necessité leve l'interdiction mais ce qu'il faut savoir c'est que cette regle est codifié par d'autres regles,il faut avoir des conditions bien precise pour en beneficier

Une autre regle decoule de celle-ci,c'est repousser l'acte delictueux passe avant l'acquisition des avantages.

Donc comme je n'ai pas de science,et pour me preserver,je suis cette avis générale que l'on peut retrouver aisemment dans la jurisprudence quant a la fatwa de cheikh al Qardawi pour les musulmans d'Europe et du Maroc,s'il a emit cette fatwa,il doit avoir de bonnes raisons donc gardons nous bien de le critiquer,c'est a des savants de le faire,pas a nous...
 
Saife

Saife

le sujet de ribaa dans l'islam un sujet clair c'est haram et c est pas les preuves de coran et sunna qui manque sur ce sujet!


si Al Qardawi dit autre chose cela ne concerne que sa peronn une chose est sur Al qaradawi ne peut jamais justifier son avis sur le coran et sunna mais juste sur sa propre interperation !

donc ca ne concerne que lui même !


mainten sujet banque islamique c est interdit au maroc par le gouvernement de roi afin de proteger leurs interets donc c est justement ca le vrai problem a quand et comment enlever ce boycotte des banques islamiques !
 
J

jdal

Autrement dit, coincé entre les intérêts matériels des uns et la chasse gardée spirituelle des autres, on couche dehors ou on croupit dans un bidonville. Allez admettre après ça que le politique et le religieux n'existent que pour le bien.
 
AdybenHatem

AdybenHatem

Autrement dit, coincé entre les intérêts matériels des uns et la chasse gardée spirituelle des autres, on couche dehors ou on croupit dans un bidonville. Allez admettre après ça que le politique et le religieux n'existent que pour le bien.

Salam alaykoum mon frere

Non,tu n'as pas bien compris,il y'a des regles suivant le cas de la personne,il y'a une difference entre quelqu'un qui veut une maison plus grande et quelqu'un qui dort dehors dans le froid et donc sans ressources...

D'ailleurs c'est pour cela qu'il faut interroger les savants,car la reponse donner peut-etre differente d'une personne a une autre.

Et t'inquiete pas mon frere,Allah ta'ala ne nous veux pas gene et difficulté mais aisance et facilité...
 
Sanzo

Sanzo

VIB
Salam Alaykoum

cette manie de dire aux autres ce qu'il faut faire, est tout simplement indécente, les marocains n'ont pas besoin d'etre fatwawisés.
Pour rappel c'est une question qui lui avait été posé par un marocain, il s'est contenté de lui répondre.

et il n'a rien dis de mal, il a précisé que si, en effet, les banques islamiques sont interdites au Maroc alors il convient de faire comme en occident.

Plutot que de s'en prendre a lui, nos oulamas devraient s'en prendre a ceux qui empechent la creation de ce genre de banque dans un pays ou la thésaurisation atteint 80%

Et ces personnes sont connus, Abdellatif jouahri, president de la banque centrale, oualalou ministre de l'économie etc...

S'en prendre a Qaradawi est tout bonnement absurde.

Wa salam
 
limadala

limadala

Où suis-je?
Je me réjouis de savoir si tous ces oulemas sont locataires ou propriétaires:rolleyes: ?
En tout cas, une chose est sure, c'est qu'eux dorment bien au chaud...
 
K

Karkan

Je me réjouis de savoir si tous ces oulemas sont locataires ou propriétaires:rolleyes: ?
En tout cas, une chose est sure, c'est qu'eux dorment bien au chaud...

Comment on devient un alim ?? Un "savant" ? Est ce un titre officiel au Maroc ? si oui qui le décerne et sous quelles conditions ? Pour toujours ? C'est bien payé ? Par qui ?Peut on nommer son fils après à sa place ? N'est ce pas un titre autement politisé vu l'importance donnée à leurs avis ?
 
AdybenHatem

AdybenHatem

Comment on devient un alim ?? Un "savant" ? Est ce un titre officiel au Maroc ? si oui qui le décerne et sous quelles conditions ? Pour toujours ? C'est bien payé ? Par qui ?Peut on nommer son fils après à sa place ? N'est ce pas un titre autement politisé vu l'importance donnée à leurs avis ?
Salam alaykoum mon frere

Je crois comprendre ou tu veux en venir,je pense qu'il faut dédramatiser le probleme de ceux qui accordent beaucoup d'importance aux savants et ceux qui leur accordent aucune importance ou tres peu...

Si je veux resoudre une équation qui n'est pas a ma portée,qui vais-je interrogé?le mathematicien ou son éleve?
Je vais surement interroger celui qui a recu une formation dans ce domaine qui est diplomé par des ecoles versés dans ce domaine et lui par sa pratique sera me prouver la solidité de ses connaissances.

Pour les savants versés dans les sciences islamiques,c'est pareil...

Si tu as des doutes sur la solidité de leurs connaissances,lis leur etudes et leurs oeuvres,c'est le meilleur moyen d'en avoir le coeur net...
 
incognito

incognito

Dans un système ou l'autre les intérêts reteront chez les mêmes établissements !

La question qu'il faut se poser c'est pourra t-on répondre à tous les besoins en optant uniquement pour le système dit islamique ?
 
Sanzo

Sanzo

VIB
Salam Alaykoum

Dans un système ou l'autre les intérêts reteront chez les mêmes établissements !

La question qu'il faut se poser c'est pourra t-on répondre à tous les besoins en optant uniquement pour le système dit islamique ?
Mais la demande n'a jamais été l'adoption exclusive du systeme financier islamique. Il s'agit plutot de permettre a ceux qui le souhaitent de pouvoir le faire. Beaucoup d'investisseurs en provenance du golfe conditionne leurs investissements a la présence de ce type de banque.

La question qu'il faut plutot se poser c'est pourquoi a l'heure ou la majorité des banques occidentales s'ouvrent aux produits financiers islamique, les banques marocaines, elles, les bloquent de cette façon

Wa salam
 
incognito

incognito

Salam Alaykoum



Mais la demande n'a jamais été l'adoption exclusive du systeme financier islamique. Il s'agit plutot de permettre a ceux qui le souhaitent de pouvoir le faire. Beaucoup d'investisseurs en provenance du golfe conditionne leurs investissements a la présence de ce type de banque.

La question qu'il faut plutot se poser c'est pourquoi a l'heure ou la majorité des banques occidentales s'ouvrent aux produits financiers islamique, les banques marocaines, elles, les bloquent de cette façon

Wa salam

le probléme ne se pose pas dans les pays occidentaux puisqu'opter pour un produit ou un autre ne se base pas sur la croyance !

Les banques internationales s'ouvrent avant tout sur ces produits pour capter une certainee épargne et non pour ses "vertus" !

Tant que dans notre pays la conception de l'intérêt est haram ça sera difficile !
 
Sanzo

Sanzo

VIB
le probléme ne se pose pas dans les pays occidentaux puisqu'opter pour un produit ou un autre ne se base pas sur la croyance !

Les banques internationales s'ouvrent avant tout sur ces produits pour capter une certainee épargne et non pour ses "vertus" !

Tant que dans notre pays la conception de l'intérêt est haram ça sera difficile !
Non je ne suis pas d'accord. Les banques anglaises ou japonaise par exemple mettent aujourd'hui en avant des produits financiers dis islamiques qui repondent aux besoins d'une clientele musulmane.

ce sont bel et bien des produits financiers qui visent a capter une epargne certes, mais elle vise a capter l'epargne de clients qui attendent que le produits aient justement certaines "vertus"

Wa salam
 
Haut