• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Les villes canadiennes qui attirent les immigrants

K

Kabbi

Combien de fois nous entendons les futurs immigrants se poser la question avant même de débarquer dans leur nouveaux ''chez eux'' au Canada :

'' Quelle endroit choisir pour élire son domicile? ''

Quoi de normal que de se poser la question, surtout que la majorité immigrent vers un endroit ou ils n'ont jamais mis les pieds. L'inconnu en personne.

De ce fait, lors de notre recherche sur la ville dans laquelle nous allons débarquer, nous nous préoccupons de certains éléments (ou critères) essentiels, qui diffèrent bien sure d'un immigrant à un autre, car tout le monde ne valorise pas de la même façon les différents aspects de la vie qu'il inspire à vivre; mais qui à la fin converge à la même finalité : le bien être et la qualité de vie tant convoités.

La société, la santé, l'économie, l'environnement, l'éducation, l'innovation et le logement, voilà principalement ce que cherche un immigrant avant de s'installer et un immigrant intelligent est celui qui s'informe bien comme il faut avant d'emboiter le pas. Certes que les statistiques restent que des chiffres, mais ce sont des chiffres qui ''parlent''. De plus les multitudes témoignages des immigrants sont des éléments essentiels pour se faire une idée de son futur endroit ou vivre, mais à prendre avec modération, car il a été dit plus haut à chacun sa façon de concevoir le bien-être de lui-même.
Ces 3 dernières années, à chaque avril je vous livre la fameuse étude annuelle (faite pas Moneysense magazine) sur les meilleures villes ou il fait bon de vivre au Canada, (bon ce n'est pas la peine de vous rappeler que la meilleure reste toujours Ottawa ). Aujourd'hui le Conference Board du Canada a émis son deuxième rapport évaluant la capacité d'attraction des villes canadiennes.

Les six villes les mieux classées au palmarès sont :

Ottawa (au chapitre de l'innovation et de l'éducation),

Waterloo (pour l'excellence de sa haute technologie en éducation et dans les affaires)

Calgary (premier rang dans la catégorie de l'innovation et le deuxième dans la catégorie du logement)

Richmond Hill, (résultats supérieurs dans les catégories de l'éducation et de l'innovation)

Vancouver (par son climat enviable et d'un dynamisme de sa population)

St. John's (excellents résultats dans les catégories de la santé et de l'environnement).

Désolé les Montréalais et Torontois, mais vous ne figurez pas sur la liste :)


Pour les intéressés je vous laisse savourer le rapport et on se donne rendez-vous en avril prochain in cha allah pour l'édition 2010 de l'étude annuelle de Moneysense magazine sur les meilleures villes ou il fait bon de vivre au Canada (quoique nous avons notre petit idée sur la meilleure ville ! )

Bonne lecture :

http://www.conferenceboard.ca/press/newsrelease/10-60f.aspx
 
K

Kabbi

News Releases 10-60F

Six villes canadiennes sur 50 réunissent l’ensemble des qualités qui attirent les immigrants

Ottawa, le 13 janvier — Calgary, Waterloo, Ottawa, Vancouver, St. John’s et Richmond Hill ont ce que les immigrants recherchent quand ils choisissent l’endroit où ils éliront domicile, affirme le deuxième rapport du Conference Board du Canada évaluant la capacité d’attraction des villes canadiennes.

« Les villes qui ne réussiront pas à attirer de nouveaux venus auront de la difficulté à rester prospères et dynamiques, explique Mario Lefebvre, directeur, Centre des études municipales. Ces six villes occupent les premières places, toutes catégories confondues, ce qui nous permet de penser qu’elles présentent l’ensemble des qualités nécessaires pour attirer des immigrants. Même s’il est difficile d’imaginer un groupe plus diversifié de villes, chacune a des qualités particulières qui en font une ville aimant auprès d’éventuels nouveaux venus, du Canada et de l’étranger. »

L’étude Villes aimants II : Comparer le pouvoir d’attraction de 50 villes canadiennes analyse et compare les caractéristiques qui rendent les villes canadiennes attrayantes auprès des travailleurs spécialisés et des populations mobiles. On y compare le rendement de ces villes en fonction de 41 indicateurs regroupés en sept catégories : la société, la santé, l’économie, l’environnement, l’éducation, l’innovation et le logement.

La difficulté que pose l’évaluation du pouvoir d’attraction général d’une ville tient au fait que tout le monde ne valorise pas de la même façon les différents aspects de la vie urbaine. Pour chacune des sept catégories, nous avons déterminé des facteurs de pondération. Pour les immigrants ayant un diplôme universitaire, la catégorie de l’éducation est celle qui compte le plus (21 p. 100) dans leur choix d’une ville où s’installer, suivie des catégories de la société (20 p. 100), de l’innovation (19 p. 100) et de l’économie (13 p. 100). Pour les immigrants sans diplôme universitaire, la catégorie qui l’emporte de loin sur toutes les autres est celle de l’économie (33 p. 100), suivie de la catégorie de la société (20 p. 100).

« Quand ils choisissent un endroit où vivre, les immigrants détenteurs d’un diplôme universitaire préfèrent les villes dont les résultats au chapitre de l’éducation et de la société sont supérieurs. Ceux qui n’ont pas de diplôme universitaire valorisent davantage la vigueur économique d’une ville, précise Mario Lefebvre. Toutefois, notre étude montre qu’une ville qui réussit à attirer un certain type d’immigrants réussit en fait à tous les attirer. C’est pourquoi les responsables des politiques doivent faire attention lorsqu’ils conçoivent des politiques qui ne visent à attirer que les diplômés universitaires. »

Résultats généraux

Les six villes les mieux classées au palmarès avec une note globale de A — Calgary, Waterloo, Ottawa, Vancouver, St. John’s et Richmond Hill, Ont. — sont parfois petites parfois grosses, situées dans différentes régions du Canada, et incluent aussi bien des centres urbains que des banlieues. Plus précisément,
les solides résultats de Calgary dans la catégorie de l’économie n’ont rien de surprenant étant donné le rendement de la ville à ce chapitre depuis les dix dernières années, mais Calgary occupe aussi le premier rang dans la catégorie de l’innovation et le deuxième dans la catégorie du logement;

• la réputation mondiale dont jouit Waterloo pour l’excellence de sa haute technologie en éducation et dans les affaires est bien méritée. Classée première en éducation, la ville de Waterloo affiche aussi de très bons résultats dans les catégories de l’économie, de l’innovation et du logement;
• Ottawa tire profit d’un secteur public solide et hautement scolarisé. La capitale du pays excelle au chapitre de l’innovation et de l’éducation et, mis à part la santé, s’en tire bien dans l’ensemble des autres catégories;
• Richmond Hill, au nord de Toronto, connaît une rapide croissance et est devenue la deuxième ville la plus diversifiée du Canada. Une main-d’œuvre fortement scolarisée contribue à ses résultats supérieurs dans les catégories de l’éducation et de l’innovation;
• Vancouver jouit d’un climat enviable et d’un dynamisme qu’elle doit à sa population jeune, diversifiée et multiculturelle;
• St. John’s a atteint un niveau de productivité très élevé qui dépasse même ceux de Calgary et d’Edmonton. La ville enregistre aussi d’excellents résultats dans les catégories de la santé et de l’environnement.
 
K

Kabbi

Quatorze villes ont obtenu la note de « B » au classement général et, de par leurs résultats, Edmonton, Victoria, Markham, Vaughan, Kingston, Oakville et Guelph sont systématiquement dans la première moitié de ce groupe. Toronto reçoit aussi une note globale de « B ». Elle est handicapée par de piètres résultats dans les catégories de la santé et de l’environnement (un nombre insuffisant de médecins pour un tel bassin de population et de trop nombreux jours où la qualité de l’air est mauvaise), mais elle prend la tête de toutes les villes dans la catégorie de la société, en particulier pour la forte proportion d’habitants nés à l’étranger et d’habitants employés par le milieu culturel. Globalement, la région métropolitaine de recensement (RMR) de Toronto remporte cinq des 14 premières places. Entre 2001 et 2006, elle a attiré 35 p. 100 des immigrants au Canada (environ 85 000 par an), mais ce succès est partiellement mitigé par les départs vers d’autres villes canadiennes (environ 25 000 par an). London, Halifax, Lévis, Regina, Québec et Burlington reçoivent aussi des notes de « B ».
Au total, 21 villes obtiennent des notes de « C », dont trois des plus gros centres urbains du Canada : Winnipeg, Montréal et Hamilton. Malgré une note globale de « C », Mississauga — avec sa forte proportion d’immigrants — récolte un « B » pour son pouvoir d’attraction auprès des immigrants détenteurs d’un diplôme universitaire. Quatre des villes en banlieue de Vancouver — Richmond, Burnaby, Coquitlam et Surrey — ont reçu des « C », comme la ville voisine d’Abbotsford. En général, les banlieues de Vancouver sont à la traîne aux chapitres de la santé et de l’économie. Sherbrooke, Gatineau, Kitchener, Barrie, Saskatoon, Moncton, Brampton, Kelowna, Thunder Bay, Peterborough, St. Catharines et Sudbury récoltent aussi des notes de « C ».

Le groupe des « D » réunit neuf villes de petite et moyenne tailles — quatre en Ontario (Oshawa, Brantford, Windsor et Cambridge), quatre au Québec (Longueuil, Saguenay, Trois-Rivières et Laval) et Saint John, au Nouveau-Brunswick. En plus d’avoir bien souvent des économies éprouvées, sept de ces neuf villes présentent une faible croissance démographique et les deux autres un déclin de leur population (Saint John et Saguenay). Ces neuf villes sont aussi celles qui récoltent les pires résultats dans les catégories de l’innovation et de l’éducation.

Résultats par catégorie

Société — Les plus grosses villes du Canada sont celles qui enregistrent les meilleurs résultats dans cette catégorie où Toronto et Montréal volent la vedette avec les deux seuls « A ». Les banlieues de Toronto obtiennent aussi de bons résultats, tout comme Vancouver et Victoria.

Santé — Dans cette catégorie, qui mesure surtout l’accès aux soins de santé par habitant, ce sont les villes de petite et de moyenne tailles qui dominent. Seules les villes de Kingston et St. John’s obtiennent un « A ». Vancouver et Québec sont les deux seules grandes villes à se classer parmi les dix premières. Les villes de banlieue, qui s’appuient généralement sur les services offerts par le centre urbain, sont celles qui ont le plus de chemin à faire dans ce domaine : dix des 12 dernières villes du classement sont voisines de Toronto, de Montréal ou de Vancouver.

Économie — Même si les classements sont établis d’après des données de 2006 et donc antérieures à la récession, le Conference Board s’attend à ce que les villes qui présentaient alors de fortes économies se redressent et affichent les meilleurs résultats après le ralentissement. Calgary, Edmonton et Vaughan sont les seules à remporter un « A » dans cette catégorie. L’économie solide d’Edmonton en fait une ville particulièrement attrayante auprès des immigrants sans diplômes universitaires. Cinq villes de la banlieue de Toronto se retrouvent parmi les 10 premières de la catégorie, aux côtés d’Ottawa et de Waterloo.
 
K

Kabbi

Environnement — Sept des huit villes de la Colombie-Britannique étudiées dans ce rapport remportent un « A » et se retrouvent dans le peloton des dix premières, en raison principalement de la qualité de leur air et de leur doux climat. Montréal est dernière au classement et Longueuil pas très loin. Mississauga, Burlington, Vaughan et Oakville récoltent aussi un « D ».

Éducation — Les « villes universitaires » de Waterloo et de Kingston dépassent de loin leurs homologues et remportent les deux seuls « A ». Les villes de petite et moyenne tailles dominent les résultats pour le nombre d’enseignants par étudiant. Notamment, quatre petites villes de l’Ontario (Burlington, Waterloo, Peterborough et Guelph) raflent tous les « A » pour cet indicateur.

Innovation — Calgary, Richmond Hill et Ottawa obtiennent des « A » pour l’innovation. Les villes dont les économies reposent largement sur la fabrication ou les ressources ne s’en tirent généralement pas si bien dans cette catégorie.

Logement — Les villes de petite et moyenne tailles sont habituellement celles qui remportent les meilleurs résultats dans cette catégorie. Cela tient en particulier à l’abordabilité des logements. La ville de Lévis, en banlieue de Québec, est en tête et cinq autres villes du Québec se retrouvent parmi les dix premières. C’est tout le contraire pour les huit villes de la Colombie-Britannique étudiées où les prix des logements sont habituellement très élevés. En conséquence, ces villes, se retrouvent dans la moitié inférieure du classement et cinq d’entre elles, dont Victoria et les villes de la vallée du bas-Fraser, obtiennent un « D ».

Cette étude a été financée par 15 organisations municipales et régionales de partout au Canada. Le rapport complet (de 120 pages) est disponible en anglais sur le site de la bibliothèque électronique du Conference Board e-library au coût de 225 $.
source:

http://www.conferenc...ase/10-60f.aspx
 
akheddam

akheddam

●[●ЖΣΨ
Merci pour les informations .

allah i7fdek.
 
lalamenana

lalamenana

Merci bcp KABI
c'est tres interessants comme sujet et ta facon d'eclaicir les choses, mais je me demende pourquoi les nouveaux immigrants choisissent MONTREAL comme ville d'atérissage????
salam
 
K

Kabbi

Merci bcp KABI
c'est tres interessants comme sujet et ta facon d'eclaicir les choses, mais je me demende pourquoi les nouveaux immigrants choisissent MONTREAL comme ville d'atérissage????
salam
Généralement la plupart cherchent une sorte de sécurité. Le fait d’arriver dans un nouveau monde fait peur (une façon de parler bien sure), et afin d’apaiser ce sentiment de d’aller vers l’ ‘’inconnu’’ les gens cherchent un petit réconfort le temps de bien se ‘’mettre dans le bain’’.
Donc ils cherchent là ou se trouvent leur compatriote, là ou la majorité s’installent (un peu comme dit le slogan ‘’ menna men Nass’’ ‘’faisons comme tout le monde’’).
Ajoutant le coté linguistique : vu que le Français est parlé par les compatriotes et étant donné que Montréal est dans une Province Francophone et que l’anglais fait défaut à beaucoup de nouveaux arrivants, le choix parait limpide : Montréal.

J’avais posé la question et voici des exemples de réponses dont la majorité reflète ce besoin de recherche de ‘’zone de confort’’ :

‘’ A mon avis, la seule chose qui peut pousser un émigrant marocain d'aller autre part qu'à Montréal est le fait d'avoir de la famille ou un ami. ‘’

‘’Une chose importante déja est que l'avion atterit à Montreal donc c'est plus facile pour les nouveaux arrivants de faire leur formalités à Montreal. En plus Montréal est francophone et la communauté marocaine y est importante. C'est plus sécurisant quand on arrive dans notre nouveau pays.’’

‘’ prends en considération l'assistance de quelqu'un’’
 
K

Kabbi

4 ans plus tard, le conférence Board livre la nouvelle version 2014 des villes les plus attrayantes au canada:

http://www.conferenceboard.ca/e-library/abstract.aspx?did=6478


Bonne lecture!






Six Villes Canadiennes sur 50 Reçoivent la Plus Haute Note Pour Leur Capacité à Attirer de Nouveaux Arrivants.



Classement des villes canadiennes en fonction des caractéristiques qui séduisent le plus les migrants

Ottawa, le 18 septembre 2014 – Dans un rapport où il évalue le pouvoir d’attraction des villes canadiennes, le Conference Board indique que Waterloo, Calgary, Ottawa, Richmond Hill, Vancouver et St. John’s continuent à attirer de nouveaux arrivants.



« Le fait d’attirer des travailleurs qualifiés est essentiel pour la compétitivité du Canada. Les villes qui ne parviennent pas à attirer de nouveaux habitants auront du mal à demeurer prospères et dynamiques », selon Alan Arcand, codirecteur, Centre des études municipales.



Faits Saillants



Waterloo, Calgary, Ottawa, Richmond Hill, Vancouver et St. John’s restent les villes les plus attrayantes aux yeux des nouveaux arrivants depuis notre précédent rapport, publié en 2010.

Le fait d’attirer des travailleurs qualifiés constitue un facteur déterminant pour la compétitivité du Canada et de ses villes. Les collectivités qui ne parviennent pas à attirer de nouveaux venus auront du mal à demeurer prospères et dynamiques.

Lorsqu’ils choisissent un endroit où vivre, les gens apprécient surtout les villes qui hébergent des centres d’innovation.



Le rapport intitulé Villes aimants III : Comparer le pouvoir d’attraction de 50 villes canadiennes analyse et compare les caractéristiques qui permettent aux villes canadiennes d’attirer de nouveaux arrivants. Le rendement de ces villes est comparé selon 43 indicateurs regroupés en sept catégories : société, santé, économie, environnement, éducation, innovation et logement. Les données reposent sur le Recensement du Canada et l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011.

Les qualités qui rendent une ville attrayante ont survécu à l’épreuve du temps. Les six villes les plus attrayantes du classement de 2010 arrivent encore en tête du classement de cette année.



Les villes qui décrochent un A : une forte capacité d’attraction :



Les six villes qui décrochent un A ont reçu de bonnes notes dans au moins deux catégories et présentent des avantages qui incitent des gens à venir s’y installer, tels qu’une économie prospère, une culture de l’innovation ou une excellente qualité de vie. Elles se situent d’un bout à l’autre du pays, sont de grande ou de petite taille, et comprennent des centres urbains et des villes de banlieue.

Waterloo semble être l’une des villes préférées des migrants grâce à sa réputation bien méritée en matière d’innovation et d’éducation. Elle se classe première au chapitre de l’éducation, deuxième pour l’innovation et troisième pour l’économie.



Calgary est la seule ville à occuper la première place dans deux catégories : l’économie et l’innovation, ce qui lui permet de se positionner dans le haut du classement, malgré des résultats médiocres en matière d’éducation, de santé et d’environnement.

Ottawa doit ses attraits aux bons résultats qu’elle obtient dans quatre catégories déterminantes : société, éducation, innovation et économie. Son point faible est la santé, qui lui vaut un C en raison de son petit nombre de travailleurs de soutien dans le secteur de la santé.



Richmond Hill doit sa position à ses excellents résultats dans les catégories Éducation, Innovation et Société. Elle est la troisième ville la plus diversifiée du Canada et revendique fièrement le titre de ville ayant le plus grand nombre de diplômés en ingénierie, sciences et mathématiques par habitant.



Vancouver est attrayante pour sa qualité de vie supérieure dans l’ensemble, attestée par ses excellents résultats dans les catégories Société, Éducation et Environnement. Elle représente l’une des principales destinations des nouveaux Canadiens. Son gros point faible est le logement qui, en raison de son manque d’abordabilité, lui vaut un D, la classant en 44e position sur 50.



St. John’s doit son classement à ses excellents résultats dans les catégories Économie et Santé. La ville affiche le deuxième meilleur ratio d’omnipraticiens et de médecins spécialistes par tranche de 100 000 habitants. Elle obtient ainsi la deuxième place dans la catégorie Santé et est l’une des deux seules villes à décrocher un A à cet égard.



Les villes qui obtiennent un B : un pouvoir d’attraction satisfaisant :



Les six villes susmentionnées sont suivies au classement d’un groupe diversifié constitué de 14 villes de banlieue ou villes carrefours qui obtiennent un B, dont Toronto et trois de ses banlieues – Oakville, Markham et Mississauga.



Toronto devance toutes les villes du classement dans la catégorie Société, mais se contente d’un C pour l’innovation, la santé et l’environnement. Le groupe est complété par deux villes de la banlieue de Vancouver (Burnaby et Coquitlam); quatre villes des Prairies (Edmonton, Regina, Saskatoon et Winnipeg); et quatre centres gouvernementaux : Victoria, Halifax, Québec et Kingston.



Les villes qui reçoivent un C : une marge d’amélioration potentielle :



Parmi les 17 villes ayant reçu un C figure Montréal, l’un des plus grands centres urbains du Canada. Outre Montréal, six autres villes du Québec écopent d’un C : Gatineau, Lévis, Sherbrooke, Laval, Saguenay et Longueuil.



On trouve aussi dans ce groupe six petites et moyennes agglomérations de l’Ontario : Vaughan, Guelph, London, Kitchener, Burlington et Thunder Bay. Richmond (Colombie-Britannique), Surrey, Kelowna et Moncton obtiennent elles aussi un C.



Dans l’ensemble, les villes qui reçoivent un C affichent de faibles résultats dans les catégories Économie ou Société, et parfois même dans les deux. Les villes de ce groupe ont des progrès à faire pour améliorer leur capacité à attirer de nouveaux arrivants.



Les villes qui écopent d’un D : un faible pouvoir d’attraction :



Globalement, les 13 villes qui écopent d’un D, lequel les positionne dans la moitié inférieure du classement, doivent essentiellement leur place à leurs faibles résultats dans les catégories Économie, Innovation, Société et Éducation.



Ces villes peinent à attirer de nouveaux arrivants et 9 d’entre elles ont connu une faible croissance démographique entre 2006 et 2011, tandis que deux ont subi une baisse de leur population. Soulignons que nombre de ces villes se situent en Ontario, notamment les grands centres que sont Hamilton et Brampton, ainsi que le Grand Sudbury, Windsor, Barrie, St. Catharines, Brantford, Cambridge et Oshawa. Abbotsford, Trois-Rivières et Saint John complètent ce groupe.



Les conclusions de ce rapport seront présentées lors du webinaire du Conference Board intitulé City Magnets: Attracting and Retaining Skilled Workers to Canadian Cities, qui se tiendra le 23 octobre 2014, à 14 h (HNE)



Kabi
 
A

AncienMembre

Non connecté
Tout ce que je peux vous dire, c'est que je viens d'entendre que pour le même poste (étant bilingue (voir trilingue)) à Toronto ou Vancouver, je peux faire 15k à 20k de plus par ans ... J'ai failli recracher mon café par le nez.
 
K

Kabbi

La meilleure ville où j'aimerai habiter est Burlington
Ah oui ?? et pourquoi donc? :)

Kabbi tu adores Ottawa lol
Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii :D:D

Tout ce que je peux vous dire, c'est que je viens d'entendre que pour le même poste (étant bilingue (voir trilingue)) à Toronto ou Vancouver, je peux faire 15k à 20k de plus par ans ... J'ai failli recracher mon café par le nez.
A ce point là???
Sinon au sujet de ces deux villes qu'as tu entendu au niveau loyer? et taux de chomage?
 
A

AncienMembre

Non connecté
A ce point là???
Sinon au sujet de ces deux villes qu'as tu entendu au niveau loyer? et taux de chomage?
Les loyers (et la vie en general) sont bien plus elevés a Totonto et Vancouver au'a Montreal.

C'est aussi ce qui explique la difference des salaires.

Mais il faut savoir que les taxes sont plus elevés au Quebec (car les services sont aussi plus nombreux).

Mais bon, si tu arrives a toruver un logement abordable a Toronto ou Vancouver - Lea salaires valent plus le coup.

Il y a aussi l'Alberta ou les salaire crvent le plafonds ! Mais bon c'est l'alberta quoi ...
 
K

Kabbi

Mais bon, si tu arrives a toruver un logement abordable a Toronto ou Vancouver - Lea salaires valent plus le coup.
Encore mieux que cela: Si et seulement si, et dans l'éventualité ou tu trouves ce travail qui offre ce salaire, alors là bonne chance :cool:
 
L

letatoue

It
Tout ce que je peux vous dire, c'est que je viens d'entendre que pour le même poste (étant bilingue (voir trilingue)) à Toronto ou Vancouver, je peux faire 15k à 20k de plus par ans ... J'ai failli recracher mon café par le nez.
It's not true pure minded.
 
L

letatoue

Les loyers (et la vie en general) sont bien plus elevés a Totonto et Vancouver au'a Montreal.

C'est aussi ce qui explique la difference des salaires.

Mais il faut savoir que les taxes sont plus elevés au Quebec (car les services sont aussi plus nombreux).

Mais bon, si tu arrives a toruver un logement abordable a Toronto ou Vancouver - Lea salaires valent plus le coup.

Il y a aussi l'Alberta ou les salaire crvent le plafonds ! Mais bon c'est l'alberta quoi ...
Logement abordable?? A Toronto? Ou donc? Eastbound or westbound? Il the faudra au Dela de 3 here for communte every day.
Ou bien in basement.
 
A

AncienMembre

Non connecté
@letatoue

I believe you, and your impression matters to me because I was really considering to move there when I heard that.

But as you say, if the rents and life in general are that expensive it might indeed not be worth it...
 
L

letatoue

@letatoue

I believe you, and your impression matters to me because I was really considering to move there when I heard that.

But as you say, if the rents and life in general are that expensive it might indeed not be worth it...
How much are you making?
If it's less than $30000 moving here why not?
More than $40000 doesn't worth it.
Example: TTC pass: $134
Rent $1000 and more
$car insurance $300 to $400
Groceries are the same prices
Internet$$ 60 and up
Cell phone$50 and up
Recently one of my friend visited me here,he's from brossard Quebec and when he asked me how much I was paying for one bedroom I'll a recrache son cafe par le nez.
For the same price he got a 3 bedroom house plus 2 parking spots in brossard.
Anyway if your English is good enough and you find a job here for $40000 and up why not.
Give it a try.
Toronto is a beautiful city expensive yes because its the heart of Canada.
 
A

AncienMembre

Non connecté
How much are you making?
If it's less than $30000 moving here why not?
More than $40000 doesn't worth it.
Example: TTC pass: $134
Rent $1000 and more
$car insurance $300 to $400
Groceries are the same prices
Internet$$ 60 and up
Cell phone$50 and up
Recently one of my friend visited me here,he's from brossard Quebec and when he asked me how much I was paying for one bedroom I'll a recrache son cafe par le nez.
For the same price he got a 3 bedroom house plus 2 parking spots in brossard.
Anyway if your English is good enough and you find a job here for $40000 and up why not.
Give it a try.
Toronto is a beautiful city expensive yes because its the heart of Canada.
I currently make around 43-44 K a year - Probably more as of next year.
I should be making more but they pay me less as I am not a permanent resident, and therefor, I cannot have a permanent contract.

I have a large one bedrome appartment near downtown for a very good price (even for Quebec) : 590$/months.

For the rest of the charges you are describing, it is pretty much the same as here.

I am not complaining that's for sure ... But I would not mind making more lol.
 
L

letatoue

I currently make around 43-44 K a year - Probably more as of next year.
I should be making more but they pay me less as I am not a permanent resident, and therefor, I cannot have a permanent contract.

I have a large one bedrome appartment near downtown for a very good price (even for Quebec) : 590$/months.

For the rest of the charges you are describing, it is pretty much the same as here.

I am not complaining that's for sure ... But I would not mind making more lol.
For $590 you can get a basement here that's all.
Give it a try maybe you can get more here !!
 
ObamaJunior

ObamaJunior

Ah oui ?? et pourquoi donc? :)
Burlington n'est pas au Canada mais aux USA,elle est à 160 km de montreal, j'ai fait une formation las bas à university of Vermont , c'est une des plus belles villes que j'ai vu....tout le bon côté des USA qu'on aime se trouve à Burlington:love:

The 10 Happiest Small Cities

1. Burlington-South Burlington, VT
2. Olympia, WA
3. Bellingham, WA
4. Bremerton-Silverdale, WA
5. Topeka, KS
6. Barnstable Town, MA
7. Charlottesville, VA
8. Kennewick-Pasco-Richland, WA
9. Medford, OR
10. Amarillo, TX
 
L

letatoue

Th
Burlington n'est pas au Canada mais aux USA,elle est à 160 km de montreal, j'ai fait une formation las bas à university of Vermont , c'est une des plus belles villes que j'ai vu....tout le bon côté des USA qu'on aime se trouve à Burlington:love:

The 10 Happiest Small Cities

1. Burlington-South Burlington, VT
2. Olympia, WA
3. Bellingham, WA
4. Bremerton-Silverdale, WA
5. Topeka, KS
6. Barnstable Town, MA
7. Charlottesville, VA
8. Kennewick-Pasco-Richland, WA
9. Medford, OR
10. Amarillo, TX
There's also Burlington Ontario in the GTA. And kabbi talking about top ten Canadian cities.
 
Espiegle69

Espiegle69

Evil Halouf
Toronto is a beautiful city expensive yes because its the heart of Canada.
I lived in Toronto for 2 years but to say that it is beautiful I'm not sure ? Interesting yes, diverse yes, economically vibrant yes but beautiful, that's a hell of a stretch. They're ruining the city landscape by building some ugly-ass condos everywhere they can, just look at the Concord neighbourhood, it's absolutely disgusting....

What is funny though is that most of Canadian anglophones I know hate Toronto cause it doesn't have a soul on its own, it's mostly a huge mosaic of different ethnic communities without any proper interactions between them outside of work.
 
yassine2500

yassine2500

I currently make around 43-44 K a year - Probably more as of next year.
I should be making more but they pay me less as I am not a permanent resident, and therefor, I cannot have a permanent contract.

I have a large one bedrome appartment near downtown for a very good price (even for Quebec) : 590$/months.

For the rest of the charges you are describing, it is pretty much the same as here.

I am not complaining that's for sure ... But I would not mind making more lol.
I wouldn't advise you to move out to Ontario unless you get an offer for 60k$ or more :eek:. You would need at least a 10k$ increase in your income to get a similar purchasing power to what you have in Quebec right now.
 
A

AncienMembre

Non connecté
I wouldn't advise you to move out to Ontario unless you get an offer for 60k$ or more :eek:. You would need at least a 10k$ increase in your income to get a similar purchasing power to what you have in Quebec right now.
I think you're right, I'm not sure I'll do this.
Its a pretty fair income for Qc, but I'm really working my ass off to reach this.

The need to move and see more of this country is maybe the "burnout" talking lol.
I do realize I am lucky tho' hmdl.

Thanks for the advice.
 
M

Mbewe9

Cappo di tutti capi
I think you're right, I'm not sure I'll do this.
Its a pretty fair income for Qc, but I'm really working my ass off to reach this.

The need to move and see more of this country is maybe the "burnout" talking lol.
I do realize I am lucky tho' hmdl.

Thanks for the advice.
What do you work as if I may ask?
 
M

Mbewe9

Cappo di tutti capi
@Kabbi, Est ce que t'habite à Ottawa ou bien à Gatineau?
 
L

letatoue

I wouldn't advise you to move out to Ontario unless you get an offer for 60k$ or more :eek:. You would need at least a 10k$ increase in your income to get a similar purchasing power to what you have in Quebec right now.
I already told him that he needs over $50000 a year.In QB it's an easy life compared to ON.
 
K

Kabbi

Everyone (analyst, statisticians, immigrants, citizen resident on Toronto itself etc...) is saying that the cost of life is high in Toronto. There are many metrics to identify the adequate salary to live in this big metropole, and mostly it depends on one's style of life, being single or married, wioth babies or without, etc...

I would say $ 60,000 a year, would be anadequate salary (to make an easy calculation let's assume $ 5,000 is your salary per month). According to The Payroll Deductions Online Calculator (PDOC), from a 5000$ we got :

Federal tax deduction = $ 956.40
Provincial tax deduction= $ 554.36
CPP deductions = $ 240.84
EI Deduction = $ 94.00

So total of deductions is about: $ 1,845.60; which lead us to a Net amount of $ 3,154.40

That would be an average begining if you consider this place, but remember rent is skyrocketing in Toronto, and many people just can not keep dealing with that traffic all the time.

@Kabbi, Est ce que t'habite à Ottawa ou bien à Gatineau?
Ni l'un ni l'autre mon ami :D. j'ai quitté l'adorable Ottawa/Gatineau pour une toute autre province..... mais chuuuuut ne le dit à personne :cool:.
 
A

AncienMembre

Non connecté
What do you work as if I may ask?
I work for a Financial Group (which also deals with group insurance).
I'm on the group insurance side. The "Out of Country claims" department as an analyst.

(Don't ask me how I ended there. I don't even understand why I was hired lol. I was just looking for job in a permanent position for long enough to be eligible to PR :D ... )

I receive communications from the participants all around the world, who are covered by us, and are injured, or sick or whatever. My job is to handle pretty much everything ... Pay (mostly bargain) hospital bills, organize repatriations with airlines, find them the best place to get help where they are and all this ... (Fun)

And, when my department is quiet I also work for another department as an Analyst with health claims. (Not Fun)

Good experience tho'. The team and even the boss are truly awesome.
 
yassine2500

yassine2500

I work for a Financial Group (which also deals with group insurance).
I'm on the group insurance side. The "Out of Country claims" department as an analyst.

(Don't ask me how I ended there. I don't even understand why I was hired lol. I was just looking for job in a permanent position for long enough to be eligible to PR :D ... )

I receive communications from the participants all around the world, who are covered by us, and are injured, or sick or whatever. My job is to handle pretty much everything ... Pay (mostly bargain) hospital bills, organize repatriations with airlines, find them the best place to get help where they are and all this ... (Fun)

And, when my department is quiet I also work for another department as an Analyst with health claims. (Not Fun)

Good experience tho'. The team and even the boss are truly awesome.
My educated guess would be that you were hired because of your international experience. It makes perfect sense for a recruiter to prefer an international student or a recently landed immigrant, for a similar position, over a local candidate who never traveled beyond Canada.
 
Haut