Qui est volontaire pour aller aider nos producteurs de fruits et légumes ?

il manque 200000 personnes pour remplacer les polonaises, et autres pays de l'Est.....pour trier les carottes et ramasser les fraises dans les exploitations agricoles
si vous êtes au RSA, ou chômeur longue durée et pleins d'énergie (jeune et en bonne santé)
c'est le moment de montrer vôtre solidarité.....

bon je sais que je vais me faire incendier....
 
il manque 200000 personnes pour remplacer les polonaises, et autres pays de l'Est.....pour trier les carottes et ramasser les fraises dans les exploitations agricoles
si vous êtes au RSA, ou chômeur longue durée et pleins d'énergie (jeune et en bonne santé)
c'est le moment de montrer vôtre solidarité.....

bon je sais que je vais me faire incendier....

ça pourrait te changera les idées
mais je doute de ta productivité dans ton scaphandre ))
 

Hessia

Je suis un homme ^^
il manque 200000 personnes pour remplacer les polonaises, et autres pays de l'Est.....pour trier les carottes et ramasser les fraises dans les exploitations agricoles
si vous êtes au RSA, ou chômeur longue durée et pleins d'énergie (jeune et en bonne santé)
c'est le moment de montrer vôtre solidarité.....

bon je sais que je vais me faire incendier....
une personne / hectare ça pourrait aller, corona oblige
 
il manque 200000 personnes pour remplacer les polonaises, et autres pays de l'Est.....pour trier les carottes et ramasser les fraises dans les exploitations agricoles
si vous êtes au RSA, ou chômeur longue durée et pleins d'énergie (jeune et en bonne santé)
c'est le moment de montrer vôtre solidarité.....

bon je sais que je vais me faire incendier....
j'ai vu ça hier sur facebook et il faudra bien trouvé une solution il s'agit de la chaîne alimentaire si on veut trouvé quelques chose sur nos étals en cas de prolongation du confinement
 

Ninive

Nomad addict
il manque 200000 personnes pour remplacer les polonaises, et autres pays de l'Est.....pour trier les carottes et ramasser les fraises dans les exploitations agricoles
si vous êtes au RSA, ou chômeur longue durée et pleins d'énergie (jeune et en bonne santé)
c'est le moment de montrer vôtre solidarité.....

bon je sais que je vais me faire incendier....
Boulot d'esclave payé une misère encore
 
mais avec le confinement peut être que certains se réjouiront de travailler au soleil et au grand air et d'arrondir leurs fin de mois ?

c'est payé au SMIC. Pour beaucoup de gens, avec leur salaire partiel assuré en plus, ce n'est pas si mal :)
 
Coronavirus : le secteur de des fruits et légumes au bord du gouffre
Par Le Figaro avec AFP
Publié il y a 50 min

Des tonnes de plants détruits, invendus: l'horticulture, qu'elle soit ornementale ou légumière, va peiner à se remettre du coronavirus, alors que tous les points de vente sont fermés au moment même ou la filière réalise les trois-quarts de son chiffre d'affaires. «80% des ventes se font en ce moment et ils ont dû tout détruire, c'est catastrophique», s'est alarmée la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, lundi dans une vidéo.

Une autre voix est montée au créneau mardi, celle de Christelle Morançais. Dans une lettre ouverte, la présidente des Pays-de-la-Loire, la principale région horticole de France, a demandé au ministre de l'Economie Bruno Le Maire l'aide de l'Etat «pour inciter les distributeurs à honorer leurs engagements».

«A ce jour», explique-t-elle, «les principaux acteurs de la grande distribution (à l'exception pour l'heure de Système U) annulent ou dégradent leurs commandes». «Il est essentiel que le gouvernement obtienne des distributeurs l'engagement qu'ils honoreront leurs commandes auprès des producteurs horticoles, dont l'avenir dépend très largement d'eux», insiste-t-elle.

Dans l'autre grande région horticole, le Centre-Val de Loire, la «catastrophe» est déjà là. Et particulièrement dans le Loiret, qui concentre 1.000 emplois et la moitié de la production régionale.

«La filière horticole a un caractère unique, car nous réalisons entre 70% et 80% de notre chiffre d'affaires entre le 15 mars et la fin mai. Or, on ne peut plus vendre aux distributeurs» en raison des mesures de confinement, explique Jean-Marie Fortin, président de la Chambre d'agriculture du Loiret.

«Emballage, main d'oeuvre, plants, chauffage: tous les frais engagés dans la production sont déjà payés et on ne va rien vendre. Perdre 80% de son chiffre d'affaire en ayant payé ses charges, c'est exceptionnel», soupire-t-il.

«J'ai fait face à la tempête de 1999, à la grêle de 2014 et aux inondations de 2016, mais là, ça va avaler tous les fonds propres de l'entreprise. S'il n'y a pas une aide, les entreprises horticoles disparaitront dans six mois», assure le producteur de Saint-Denis-en-Val, près d'Orléans.
 
Agriculture: afflux de plus de 40.000 candidatures pour venir récolter dans les champs

26/03/2020 à 07h58 Mis à jour le 26/03/2020 à 08h05

Plus de 40.000 personnes se sont inscrites" sur le site www.desbraspourtonassiette.wizi.farm, "en proposant leurs disponibilités pour travailler pendant les récoltes à venir. - Nicolas Tucat-AFP


Quelque 40.000 candidats s'étaient manifestés mercredi matin sur la plateforme dédiée, destinée à recruter la main d'oeuvre pour les récoltes à venir. Un appel national a été lancé pour compenser le manque de travailleurs saisonniers dans l'agriculture dû aux mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus.

L'appel du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume lancé mardi matin à l"'armée de l'ombre des hommes et des femmes (qui) n'ont plus d'activité" en raison de la crise liée au Covid-19, les invitant à "rejoindre la grande armée de l'agriculture française", en quête de main-d'œuvre pour les récoltes de fruits et légumes ou les semis de printemps, semble avoir été entendu.

Alors que d'ici le mois de mai prochain, les agriculteurs ont besoin de 200.000 travailleurs saisonniers dans toute la France, "plus de 40.000 personnes se sont inscrites" sur le site www.desbraspourtonassiette.wizi.farm, "en proposant leurs disponibilités, avec derrière au moins 24.000 fiches très bien renseignées" (profil, disponibilité, zone géographique), a déclaré Jérôme Volle, viticulteur en Ardèche et président de la commission emploi à la FNSEA.

16.000 autres candidats potentiels seront recontactés
Les 16.000 autres candidats potentiels ont été victimes, selon lui, du succès de l'opération: "il y a eu un bug informatique, à un moment donné. Dans l'après-midi, il y a eu un rush qui a été compliqué à gérer", a-t-il expliqué, ajoutant que "ces personnes allaient être recontactées pour compléter leur fiche."

"L'idée, avec le Covid-19, c'est de trouver des gens à proximité, d'éviter les déplacements. On essaie de privilégier des employeurs du même territoire que les personnes qui se sont inscrites", a souligné le représentant de la FNSEA, indiquant qu'il y a des candidats "sur tout le territoire".
Les besoins ont été chiffrés par le principal syndicat patronal et salarié du secteur agricole, la FNSEA, à 200.000 personnes sur trois mois: "On a besoin de 50.000 personnes en mars, 80.000 en avril et 80.000 en mai", avait détaillé la présidente de la FNSEA Christiane Lambert mardi soir.

Une forte demande de main d'oeuvre dans le Sud
Parmi les candidats, "évidemment, on a des gens du monde rural, on a des gens aussi qui sont venus dans leur résidence secondaire ou chez des amis, et aussi des gens dans le péri-urbain", a indiqué Jérôme Volle. Celui-ci rappelle "qu'on est dans une activité professionnelle, économique et que les gens qui s'inscrivent doivent prendre cela en considération."

Principaux foyers de demande: les travaux de récoltes de fruits et légumes, notamment dans le Sud-Est et le Sud-Ouest, mais aussi "le nord de la France, avec les endives", même si certains exploitants craignent avant tout de ne pas pouvoir écouler leurs marchandises, après la fermeture des marchés.

Des bras pour récolter, mais aussi conduire des engins, "éclaircir" les arbres fruitiers ou finir la taille de la vigne sont notamment recherchés, mais en utilisant "toutes les barrières sanitaires": "la campagne, ce n'est pas que le grand air, c'est aussi des zones où on peut contracter le Covid-19", a souligné le représentant de la FNSEA.
 
avant les saisonniers (hormis les sans papier) c'était des étudiants ca nous arrangé grave le smic était pour nous un salaire de ministre ca payé les vacances,fringues,permis ca nous payé aussi notre mob ou moto voiture ect...

aujourd'hui le jeune n'a pas les mêmes principes donc il reste que les immigrants qui acceptent encore ce salaire et quand il y a plus d'immigrant y a plus personne lol

bref!!! là c'est autre chose

et si ils trouvent pas de volontaire ca va être la force et la force je pense qu'ils vont envoyé tout les chomeurs qui sont indemnisés en première ligne lol
 
Haut