• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Actualités du hirak

  • Initiateur de la discussion Drianke
  • Date de début
Drianke

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Pour la suite des évènements, important ces évènements....

Hirak du Rif : Silya Ziani menacée d’enlèvement et de viol !

Rifonline.net

Des éléments des forces de l’ordre ont précédé, dimanche soir, à l’arrestation de Nihal Ahebbad, activiste et cousine du détenu Bilal Ahebbad, incarcéré à la prison d’Oukacha à Casablanca.

C’est Farah Ahebbad, la sœur de Bilal qui a confirmé l’information: « l’arrestation a eu lieu au domicile de sa cousine à Imzouren vers 22h00 » affirme-t-elle au journal Al Aoual.

Et de préciser que son propre domicile a aussi fait l’objet d’une descente des forces de l’ordre pour l’arrêter: « je me rendrai quand je rentre à imzouren», explique la jeune fille, qui est actuellement à Casablanca où elle assiste au procès de son frère et ses compagnons.
 
Drianke

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
@Kezeke
Question: peut on dire que le Hirak est in success ? Oui/ non et pourquoi.


On ne peut pas parler de succès, on parle quand même de revendications sociales...elles doivent être entendues et non réprimées que ce soit en France, au Soudan ou au Maroc....
 
Drianke

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Le détenu Bilal Ahebbad: Une cousine arrêtée et sa sœur se rendra bientôt !

Rifonline.net

Des éléments des forces de l’ordre ont précédé, dimanche soir, à l’arrestation de Nihal Ahebbad, activiste et cousine du détenu Bilal Ahebbad, incarcéré à la prison d’Oukacha à Casablanca.

C’est Farah Ahebbad, la sœur de Bilal qui a confirmé l’information: « l’arrestation a eu lieu au domicile de sa cousine à Imzouren vers 22h00 » affirme-t-elle au journal Al Aoual.

Et de préciser que son propre domicile a aussi fait l’objet d’une descente des forces de l’ordre pour l’arrêter: « je me rendrai quand je rentre à imzouren», explique la jeune fille, qui est actuellement à Casablanca où elle assiste au procès de son frère et ses compagnons.
 
Kezeke

Kezeke

@Kezeke




On ne peut pas parler de succès, on parle quand même de revendications sociales...elles doivent être entendues et non réprimées que ce soit en France, au Soudan ou au Maroc....
très bien par contre avec les arrestations abusives je ne vois pas le bout de cette manif.
concrètement quel action l'état marocain à t'il pris ou à l'intention d'entreprendre pour palier ce problème?
 
Siphax1

Siphax1

ⵜⴰⵎⴰⵣⵖⴰ - Tamazɣa
VIB
Des militants pro-Hirak manifestent leur colère à l’Institut du monde arabe

Une dizaine de militants ont interrompu un débat autour du thème «Comprendre la monarchie marocaine» ayant lieu à l’Institut du monde arabe à Paris pour crier leur colère, le 22 mars. Les invités du débat étaient Omar Saghi, journaliste et politologue marocain, Philippe Mischkowski, journaliste à Courrier international et Pierre Vermeren, historien.

Les militants pro-Hirak ont brandi des pancartes avec différents slogans : «Pouvoir marocain, pouvoir assassin», «Libérez les prisonniers politiques», peut-on voir dans une vidéo publiée sur YouTube par Rifision TV.

Une femme parmi les militants, en colère, a déclaré qu’il y avait «600 prisonniers politiques au Maroc et plus de 60 mineurs prisonniers». Elle estime que «l’Institut du monde arabe est complice», déplorant que l’IMA «invite toujours des gens proches du pouvoir marocain».

La manifestation a interrompu le débat qui avait lieu. Le public a été évacué et les militants ont continué leur action, malgré les nombreuses tentatives du personnel de l’IMA de les faire sortir. La vidéo dure plus d’une vingtaine de minutes.

Yabiladi

 
Dernière édition:
thebestking

thebestking

la vie est belle :)
Des militants pro-Hirak manifestent leur colère à l’Institut du monde arabe

Une dizaine de militants ont interrompu un débat autour du thème «Comprendre la monarchie marocaine» ayant lieu à l’Institut du monde arabe à Paris pour crier leur colère, le 22 mars. Les invités du débat étaient Omar Saghi, journaliste et politologue marocain, Philippe Mischkowski, journaliste à Courrier international et Pierre Vermeren, historien.

Les militants pro-Hirak ont brandi des pancartes avec différents slogans : «Pouvoir marocain, pouvoir assassin», «Libérez les prisonniers politiques», peut-on voir dans une vidéo publiée sur YouTube par Rifision TV.

Une femme parmi les militants, en colère, a déclaré qu’il y avait «600 prisonniers politiques au Maroc et plus de 60 mineurs prisonniers». Elle estime que «l’Institut du monde arabe est complice», déplorant que l’IMA «invite toujours des gens proches du pouvoir marocain».

La manifestation a interrompu le débat qui avait lieu. Le public a été évacué et les militants ont continué leur action, malgré les nombreuses tentatives du personnel de l’IMA de les faire sortir. La vidéo dure plus d’une vingtaine de minutes.

Yabiladi

Ouin ouin ouin quelle bande de clowns sérieux :claque:

Continuer les gars à nous divertir et à nous faire marrer heureusement que vous êtes une ultra minorité à japper comme des roquets :D
 
B

Bidawiliwili

Ouin ouin ouin quelle bande de clowns sérieux

Continuer les gars à nous divertir et à nous faire marrer heureusement que vous êtes une ultra minorité à japper comme des roquets :D
Pourquoi il marque Ribery sur son sac poubelle?! quel lien entre Ribery et le Hirak?! C'est une blague leur cirque?! :D
 
Siphax1

Siphax1

ⵜⴰⵎⴰⵣⵖⴰ - Tamazɣa
VIB
Procès du Hirak: début de l'audience de Nasser Zafzafi

Le leader du mouvement, Nasser Zafzafi, est le 53e des 54 détenus à comparaître devant le juge. C'était ce lundi à la Cour d'appel de Casablanca.

Doigts en V, tête haute, Nasser Zafzafi s'avance d'un pas décidé vers la barre de la salle 7 de la Cour d'appel de Casablanca, où il comparaît pour la première fois devant le président de la Chambre criminelle, Ali Torchi.
Il est près de 16h30 lorsque le juge ouvre la séance, sous le bourdonnement bruyant des murmures d'un public nombreux et enthousiaste, composé des familles des détenus, de journalistes locaux et européens, d'activistes des droits de l'Homme, de militants de la cause amazighe, mais aussi de l'eurodéputée néerlandaise Kati Piri, qui avait fin 2017 défendu la candidature du leader du Hirak Nasser Zafzafi au Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit, remis par le Parlement européen.

D'aucuns dans la salle ont relevé l'éloquence de Nasser Zafzafi qui a discouru pendant près de 2 heures sur l'Histoire du Rif, les raisons d'être du Hirak, l'importance de la figure d'Abdelkrim Khattabi, "les diverses exactions commises par l'Etat dans le Rif depuis 1958".

Le leader du Hirak dénonce "un procès politique, d'opinion, celui de la mémoire des Rifains, des discours royaux qui ont donné raison aux militants du Hirak qui ont réclamé une reddition des comptes des responsables et ont dénoncé l'échec du modèle de développement".

Un discours introductif aux allures de plaidoirie
Malgré la gravité des accusations retenues contre lui - il est poursuivi, entre autres, pour "atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat", un crime passible de peine de mort selon les dispositions de l'article 201 du Code pénal -, Nasser Zafzafi ne manque pas d'humour.

Rappelé à l'ordre par le juge qui lui reproche de "divaguer et de discuter de généralités, loin des poursuites dont il fait l'objet", il répond : "ce n'est pas dans mes habitudes d'être aussi long, mais j'aurais résumé mon propos si le procureur avait résumé les poursuites. Or, il m'a collé 2 crimes et 6 délits". La salle éclate alors de rire, et un rictus se dessine alors sur le bout de lèvres de représentant du ministère public, Hakim El Ouardi.

Dans son discours introductif aux allures de plaidoirie, Nasser Zafzafi cite tour à tour le coran, le prophète, Mohammed V, Mohammed VI et même Sigmund Freud et Baruch Spinoza. Ses longues tirades ponctuées d'interrogations rhétoriques dictent le tempo de l'audience. "Pourquoi le parquet n'ouvre-t-il pas d'enquête sur le sort des aides humanitaires reçues après le séisme de 2004 ? Ni sur l'argent du Maroc à Panama et en Suisse ? Qu'est-ce qui prouve que les soutiens du Hirak à l'étranger sont réellement séparatistes ? Y a-t-il eu un verdict prononcé contre eux ?". A 18h30, le juge ordonne une pause et lève la séance. A l'heure de l'écriture de ces lignes, l'audience est toujours en cours.

TELQUEL.ma
 
Drianke

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Nasser Zefzafi dénonce les conditions de détention des prisonniers du Hirak et annonce une grève de la faim en perspective

Le procès des leaders du mouvement populaire du Rif se poursuit à la cour d’appel de Casablanca. Une nouvelle audience a eu lieu ce jeudi 5 avril.

Au début de la séance, Nasser Zafzafi, l’icône du mouvement contestataire rifain, a protesté contre les conditions dramatiques dans lesquelles vivent les détenus du Hirak. Rapporte le site Al aoual.

Preuve à l'appui, le leader du Hirak a remis au tribunal une bouteille pleine d'un liquide marron, tout en assurant qu’il s’agissait de l’eau consommée par les prisonniers.

« Y-a-t-il des responsables qui donnent cette eau à leurs enfants » s’est-il demandé devant la cours.

Pour dénoncer le procès fait aux activistes du Hirak et les conditions de leur incarcération, Nasser Zefzafi a également révélé son intention, et celles de tous les prisonniers du mouvement rifain, pour entamer une grève de la faim à la suite de son audition.

rifonline
 
Drianke

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
ould khadija

ould khadija

fédalien
Contributeur
Kati Piri et Lilianne Ploumen deux eurodéputées néerlandaises du pvda (parti travailliste) actuellement à Casablanca
dans le cadre du procès du hirak interdites de visiter Nador et Al Hoceima

https://nos.nl/artikel/2226822-nederlandse-politici-mogen-in-marokko-rif-gebied-niet-in.html
Deux responsables politiques néerlandaises empêchées d’accéder à Al Hoceïma

Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/63785/maroc-deux-responsables-politiques-neerlandaises.html
 
thebestking

thebestking

la vie est belle :)
Kati Piri et Lilianne Ploumen deux eurodéputées néerlandaises du pvda (parti travailliste) actuellement à Casablanca
dans le cadre du procès du hirak interdites de visiter Nador et Al Hoceima

https://nos.nl/artikel/2226822-nederlandse-politici-mogen-in-marokko-rif-gebied-niet-in.html
Deux responsables politiques néerlandaises empêchées d’accéder à Al Hoceïma

Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/63785/maroc-deux-responsables-politiques-neerlandaises.html
L'INTÉRIEUR DÉMENT AVOIR INTERDIT À DEUX NÉERLANDAISES DE SE RENDRE À AL HOCEIMA

Contrairement aux allégations de deux ressortissantes néerlandaises, le ministère de l'Intérieur a démenti catégoriquement leur avoir interdit de se rendre, mardi, à Al Hoceima. Détails.

"Le ministère de l'Intérieur dément avoir interdit à deux ressortissantes néerlandaises de se rendre à Al Hoceima", a déclaré ce jeudi le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.
Cette information qui a été véhiculée par l’agence espagnole EFE est dénuée de tout fondement, précise le ministre: "C'est faux, ces deux personnes s'étaient, déjà, rendues par le passé à Al Hoceima. Je ne vois pas pourquoi on va leur interdire de s’y rendre cette fois-ci".
Les deux ressortissantes néerlandaises, Kati Piri et Lilianne, la première eurodéputée socialiste et la seconde ancienne responsable gouvernementale ont prétendu avoir été interdites, mardi, de se rendre de Fès à Al Hoceima.

Source : http://fr.le360.ma/politique/linterieur-dement-avoir-interdit-a-deux-neerlandaises-de-se-rendre-a-al-hoceima-163207?utm_content=bufferdcd61&utm_medium=Le360fr&utm_source=Twitter.com&utm_campaign=Publipostage
 
B

Bidawiliwili

Mais pourquoi des femmes politiques etrangeres viennent s'immiscer dans des affaires maroco-marocaines?
 
blondin

blondin

Les démentis marocains officiels ne servent qu'à rassurer les clowns naïfs toujours convaincu que le maroc est une démocraSSie qui va de l'avant grâce à son bon roi dictateur absolu de droit divin de père en fils!
Un peu comme les démentis contre la torture ,contre les arrestations arbitraires, contre les mauvais traitements des prisonniers , contre la tentative de viol de Sylia Ziani , ...
Evidemment ces deux dames ont été interdites de séjours officiellement au Rif comme l'ont été auparavant les journalistes ou associations et ceci notifié en présence de l'ambassadeur des Pays-bas !
 
Drianke

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Procès du Hirak : Voici le récit de la première audience de Nasser Zefzafi

Rifonline.net

Nasser Zefzafi, leader du Hirak du Rif, a été appelé, lundi 9avril, à la barre. Il est le 53 ème des 54 activistes à comparaître devant le juge de la cour d’appel de Casablanca.

L’audience s’est déroulée en présence des familles des détenus, de journalistes marocains et européens, d'activistes des droits de l'Homme, mais aussi de deux eurodéputées néerlandaises Kati Piri et Lilianne Ploumen.

D'après Al Aoual, Nasser Zefzafi est revenu sur plusieurs points lors de son discours: Il a épinglé les médias de l’état qui, selon lui, n’ont pas traité les événements du Hirak du Rif avec objectivité. Il est revenu sur l’affaire de l’eau polluée dans la prison d’Oukacha. Le leader du Hirak a réfuté la version fournie par la direction de la prison, tout en l’accusant d’avoir tourné une fausse vidéo pour démontrer que l’eau est potable. Concernant ses relations présumées avec "les séparatistes de l’étranger", Nasser Zefzafi a demandé au juge de produire des preuves inculpant ces personnes. Il a également dénoncé le procès fait aux activistes du Hirak. Un procès, qui, selon lui, vise à se venger de la mémoire collective du Rif, de son Histoire, de sa résistance et de son symbole historique Abdekrim El Khattabi
 
Drianke

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Procès du Hirak : Deux parlementaires européennes assistent à l’audition de Nasser Zefzafi

Rifonline.net

Une délégation parlementaire européenne est attendue, du 9 au 13 avril, au Maroc, pour évoquer la situation du Rif avec les responsables marocains à Rabat.

La délégation, composée de deux parlementaires Kati Piri et Lilianne Ploumen, parti travailliste néerlandais PvdA, se déplacera également à Al-hoceima et à Nador et aura des rencontre avec des acteurs locaux de la société civile.

D’après l’eurodéputée Kati Piri qui s’exprimée sur sa page Facebook, cette visite intervient aussi pour « faire preuve de solidarité avec les familles des détenus ».

Les deux élues européennes ont également annoncé leur présence à l’audition du leader du Hirak Nasser Zefzafi qui débutera ce lundi 9 avril.

Une audition qui rentre dans le cadre des audiences du procès de 53 grandes figures du Hirak, ouvert depuis plusieurs mois à la cours d’appel de Casablanca.
 
Drianke

Drianke

اللهم إفتح لنا أبواب الخير وأرزقنا من حيت لا نحتسب
Contributeur
Hirak du Rif / les autorités marocaines réagissent aux déclarations de deux parlementaires européennes

Contrairement aux déclarations de deux ressortissantes néerlandaises , le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha El khalfi, a démenti catégoriquement leur avoir interdit de se rendre, mardi, à Al Hoceima.

Lors d’une conférence de presse , tenue jeudi à Rabat, El Khalfi a déclaré qu’«il n’y a pas eu d’interdiction. Nous n’avons émis aucune décision d’interdiction».


"C'est faux, ces deux personnes s'étaient, déjà, rendues par le passé à Al Hoceima. Je ne vois pas pourquoi on va leur interdire de s’y rendre cette fois-ci", a-t-il rajouté.

Il convient de rappeler qu’une délégation, composée de deux parlementaires européennes Kati Piri et Lilianne Ploumen , en visite au royaume pour évoquer la situation du Rif avec les responsable marocains, avait déclaré qu’elle était contrainte de « rompre prématurément sa visite de travail au royaume, parce qu'il n'a pas reçu l'autorisation des autorités locales pour visiter Al Hoceima ».
 
Haut