Les effets négatifs de la philosophie

Je le pense aussi car le christianisme repose sur le discours du Christ dans les évangiles. Mais si on lit ces textes (comme le sermon sur la montagne) en faisant abstraction du contexte religieux, ce qui frappe est que ces textes sont justement ... très antireligieux.

Je serais curieux de savoir ce qui ce serait passe si les paroles et paraboles du christ avaient été perdues puis retrouvées par exemple à notre époque par des archéologues. Je me dis qu'on les aurait classe parmi les paroles les plus philosophiques et révolutionnaires qu'il n'ait jamais été prononcées
  • Je n'ai jamais lu un discours aussi profond, éthique, cohérent, morale, exceptionnel et divin comme le sermon sur la montagne (en fait ma foi chrétienne a commencée après ma première lecture de ce sermon, je ne l'ai lu pour la 1ère fois qu'à 19ans ).
  • Je pense par contre qu'il est déjà considéré comme l'un des discours les plus révolutionnaire de notre époque.
  • Par contre là ou je ne suis pas d'accord avec toi, je ne trouve pas du tout qu'il ressemble à un excellent discours "philosophique"... il est de façon assez "surprenante" un discours très simple à comprendre même pour celui qui n'est pas cultivé ou même pour celui qui n'a aucun background religieux comme tu l'a si bien dit ;)
  • Le Christ a selon moi "prouvé" par ce discours qu'il était bien "descendu du ciel" et donc qu'il ne jouait pas dans la même cours que tous les plus grand prophètes qui l'ont procédé, notamment moïse et Elie... Ainsi, quand le Fils de Dieu parle, tous les prophètes se taisent et prennent des notes... Point que l'auteur de l'épitre aux hébreux à très bien résumé. ;)

Hébreux 1: 1Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, 2dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, 3et qui, étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, 4devenu d'autant supérieur aux anges qu'il a hérité d'un nom plus excellent que le leur.

cdt.
 
A

AncienMembre

Non connecté
  • Je n'ai jamais lu un discours aussi profond, éthique, cohérent, morale, exceptionnel et divin comme le sermon sur la montagne (en fait ma foi chrétienne a commencée après ma première lecture de ce sermon, je ne l'ai lu pour la 1ère fois qu'à 19ans ).
Je te rejoins sur la profondeur du sermon sur la montagne qui est sans doute le passage le plus important des evangiles.
  • Je pense par contre qu'il est déjà considéré comme l'un des discours les plus révolutionnaire de notre époque.
Oui, mais paradoxalement le fait qu'il soit inséré dans un livre religieux, en l'occurence la Bible restreint sa portée, le dévalorise presque finalement.. Pour les non chretiens, je veux dire bien sur.
Sa portée serait peut-etre d'autant plus importante pour la personne qui le lirait en dehors de tout arriere plan religieux. D'ailleurs des musulmans pourraient s'interdire d'etre touchés par les paroles de Jesus de l'evangile, considérant qu'elles auraient été falsifiés. De même des laicards anti religieux s'interdisent de donner du crédit à n'importe quel livre religieux, etc.
  • Par contre là ou je ne suis pas d'accord avec toi, je ne trouve pas du tout qu'il ressemble à un excellent discours "philosophique"... il est de façon assez "surprenante" un discours très simple à comprendre même pour celui qui n'est pas cultivé ou même pour celui qui n'a aucun background religieux comme tu l'a si bien dit ;)
  • Le Christ a selon moi "prouvé" par ce discours qu'il était bien "descendu du ciel" et donc qu'il ne jouait pas dans la même cours que tous les plus grand prophètes qui l'ont procédé, notamment moïse et Elie... Ainsi, quand le Fils de Dieu parle, tous les prophètes se taisent et prennent des notes... Point que l'auteur de l'épitre aux hébreux à très bien résumé. ;)

Tout dépend ce qu'on entend derrière le mot "philosophie". Si c'est un discours philosophique, c'est au minimum une philosophie nouvelle et révolutionnaire, jusqu’à penser que c'est une philosophie qui vient directement de Dieu. Dans ce cas là évidemment, Jesus ne joue pas sur le meme terrain que Platon ou Nietzche, ce que je crois aussi.

Mais comme tu l'as bien dit, il ne joue pas non plus sur le même terrain que Moise ou Elie. Alors il dépasse à la fois les philosophies, mais aussi les religions, y compris même jusqu'au christianisme, et c'est bien là le paradoxe, et le point où tu ne seras peut etre pas d'accord avec moi.

Mais est ce si paradoxal ? Cela revient juste à dire que Dieu transcende les religions, ce que je crois profondément, et pour toutes les religions.
 

Ebion

Salueur ou salutateur? Telle est la question
VIB
  • Je n'ai jamais lu un discours aussi profond, éthique, cohérent, morale, exceptionnel et divin comme le sermon sur la montagne (en fait ma foi chrétienne a commencée après ma première lecture de ce sermon, je ne l'ai lu pour la 1ère fois qu'à 19ans ).
  • Je pense par contre qu'il est déjà considéré comme l'un des discours les plus révolutionnaire de notre époque.
  • Par contre là ou je ne suis pas d'accord avec toi, je ne trouve pas du tout qu'il ressemble à un excellent discours "philosophique"... il est de façon assez "surprenante" un discours très simple à comprendre même pour celui qui n'est pas cultivé ou même pour celui qui n'a aucun background religieux comme tu l'a si bien dit ;)
  • Le Christ a selon moi "prouvé" par ce discours qu'il était bien "descendu du ciel" et donc qu'il ne jouait pas dans la même cours que tous les plus grand prophètes qui l'ont procédé, notamment moïse et Elie... Ainsi, quand le Fils de Dieu parle, tous les prophètes se taisent et prennent des notes... Point que l'auteur de l'épitre aux hébreux à très bien résumé. ;)

Hébreux 1: 1Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, 2dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, 3et qui, étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, 4devenu d'autant supérieur aux anges qu'il a hérité d'un nom plus excellent que le leur.

cdt.

Les Fondements de la métaphysique des moeurs de Kant est un livre plus profond que le sermon sur la montagne.
 

David39

C'est le S. Götze N°19. Scélérat!
VIB
Le premier effet négatif de la philosophie est l'appropriation de données/informations/savoir alors que celui-ci est en libre service pour ceux qui savent puiser. La culture en somme. Au sens large.

La réception, sans même parler de transcendance peut-être un songe, une réflexion, une idée, un rêve, un constat, un enseignement, une image.

Sans aller plus loin dans ce que le sujet pourrait faire avec ce savoir reçu, si il y a appropriation il y a envie et avarice. Nous sommes en présence de deux des sept péchés capitaux qui mène à un égarement de l'être.

Le sujet enfle et gonfle jusqu'à ce que ça pète (c'est comme ça qu'on fait des blagues) Après ça peut péter de biens des manières. Le savoir mène à l'orgueil. Entre le dément et le génie, les choix.

Pourquoi? Parce qu'il rompt le principe de parcimonie dans le domaine de la théurgie (arts de la divination). Il faut pouvoir revenir à l'état initiale, repos.

Dans l'interprétation de la réalité visible et invisible et des vérités que l'on en fait, au delà de la séduction de soi, qui est déjà un plaisir et une flatulence propre à chacun (c'est déjà pathologique quand cela déborde sur les autres), il est impératif de rester intelligible et cohérent. Plus d'informations ici:

La vision de Dieu par Françoise Bonardel, petite vidéo dans le sujet qui pointe d'un côté la nécessité d'être intelligible pour ne pas sombrer dans la pathologie et d'un autre qui explique que c'est à l'accusateur de prouver la pathologie et non pas au visionnaire, rêveur de prouver sa bonne santé:


C'est l'éternel péché du savoir qui requiert la sagesse équivalente. La pêche c'est tout un art.

Parfois on croit ou on peut détenir quelque chose de sensationnel, on veut juste le partager, le tout c'est d'être intelligible et de savoir ce qu'est la tempérance.

La clé c'est la notion du partage au delà du consensus. Pour preuve, ici, maintenant, je partage quelque chose qui me semble faire consensus d'après ce que je sais mais qui transit et passe, un peu quand même je dois bien l'avouer, par une séduction personnelle mais, qui néanmoins garde une certaine commodité, les fameux filtres. Crédibilité inside. Mais ça reste une interprétation personnelle. C'est là qu'est le débat.

Une fois qu'on a le cadre on affine, raffine, perfectionne.

On peut retenir que si l'on pêche de manière interne on ne cause du tort qu'à nous même. C'est le pouvoir de volonté.

Je veux donc je meus, donc je peux, mais qu'est-ce que je veux?
 

David39

C'est le S. Götze N°19. Scélérat!
VIB
Le premier effet négatif de la philosophie est l'appropriation de données/informations/savoir alors que celui-ci est en libre service pour ceux qui savent puiser. La culture en somme. Au sens large.

La réception, sans même parler de transcendance peut-être un songe, une réflexion, une idée, un rêve, un constat, un enseignement, une image.

Sans aller plus loin dans ce que le sujet pourrait faire avec ce savoir reçu, si il y a appropriation il y a envie et avarice. Nous sommes en présence de deux des sept péchés capitaux qui mène à un égarement de l'être.

Le sujet enfle et gonfle jusqu'à ce que ça pète (c'est comme ça qu'on fait des blagues) Après ça peut péter de biens des manières. Le savoir mène à l'orgueil. Entre le dément et le génie, les choix.

Pourquoi? Parce qu'il rompt le principe de parcimonie dans le domaine de la théurgie (arts de la divination). Il faut pouvoir revenir à l'état initiale, repos.

Dans l'interprétation de la réalité visible et invisible et des vérités que l'on en fait, au delà de la séduction de soi, qui est déjà un plaisir et une flatulence propre à chacun (c'est déjà pathologique quand cela déborde sur les autres), il est impératif de rester intelligible et cohérent. Plus d'informations ici:



C'est l'éternel péché du savoir qui requiert la sagesse équivalente. La pêche c'est tout un art.

Parfois on croit ou on peut détenir quelque chose de sensationnel, on veut juste le partager, le tout c'est d'être intelligible et de savoir ce qu'est la tempérance.

La clé c'est la notion du partage au delà du consensus. Pour preuve, ici, maintenant, je partage quelque chose qui me semble faire consensus d'après ce que je sais mais qui transit et passe, un peu quand même je dois bien l'avouer, par une séduction personnelle mais, qui néanmoins garde une certaine commodité, les fameux filtres. Crédibilité inside. Mais ça reste une interprétation personnelle. C'est là qu'est le débat.

Une fois qu'on a le cadre on affine, raffine, perfectionne.

On peut retenir que si l'on pêche de manière interne on ne cause du tort qu'à nous même. C'est le pouvoir de volonté.

Je veux donc je meus, donc je peux, mais qu'est-ce que je veux?

Le rupteur, ça empêche pas d'aller vite

 
A

AncienMembre

Non connecté
C'est pas purement subjectif. Kant est largement reconnu comme un des plus grands philosophes de notre tradition. Même ceux qui sont pas kantiens reconnaissent sa stature.

Des penseurs comme Kant, il y en a un par siècle ou demi-siècle.

Oui d'accord avec toi, c'est d'ailleurs plus ma propre subjectivité que la tienne que je pointais avec mon commentaire.

Moi pour qui il me semble que Jésus ne joue pas sur le même terrain que Kant, Nietzche, Platon, etc. Qu'est ce qui me fait penser cela ? C'est que la philosophie du christ n'est pas, du moins en apparence, de la sagesse comme celle des philosophes classiques (ex : "aimez vos ennemis" -> cette proposition est totalement irraisonnable, je ne sais pas si un philosophe est déjà allé jusque là).

Et puis il est vrai que je n'ai jamais pris du plaisir à lire Kant, c'est peut être pas le but d'ailleurs ... 🙄
 
C'est pas purement subjectif. Kant est largement reconnu comme un des plus grands philosophes de notre tradition. Même ceux qui sont pas kantiens reconnaissent sa stature.

Des penseurs comme Kant, il y en a un par siècle ou demi-siècle.
C'est clair qu'il y'en a qui sont vraiment brillant dans leur domaine..
et ils y'en a effectivement qu'un par siècle ou par demi-siècle ;)

cdt.
 
Haut