Moussayer

Dr Moussayer khadija : maladies auto-immunes
La cortisone synthétique est utilisée dans de nombreuses pathologies en raison de son action anti-inflammatoire . Elle a de nombreux effets secondaires nocifs qui demandent de la prudence dans son emploi.

Un médicament performant

La cortisone combat l’inflammation et a une action immunosuppressive (= supprime les réactions immunitaires exagérées de l’organisme). Son action empêche l’organisme de produire les substances qui causent les symptômes de l’inflammation (augmentation de la température, douleurs, rougeur, gonflement…).
Les corticoïdes sont bien tolérés lors d’une prescription courte.
Ils ne sont prescrits sur une longue durée que dans de rares cas ou encore quand l’inflammation est chronique et généralisée, en particulier dans les maladies auto-immunes.

Les effets nocifs
Un médicament n’est jamais anodin et doit être donné en fonction d’une balance bénéfice / effets nocifs nettement en faveur du premier terme. Quand les corticoïdes sont suivis pendant de nombreux mois, voire de nombreuses années, leurs effets délétères sont graves parfois :
- La cortisone déplace la graisse de l’extrémité inférieure du corps à la partie supérieure : le visage devient bouffi.
- Au niveau des reins, la cortisone provoque une surcharge hydrosodée (en eau et sodium) et donc un risque d’hypertension artérielle.
- Au niveau gastrique, des lésions ulcéreuses gastriques surviennent chez des personnes à risque.
- Au niveau osseux, les corticoïdes accélèrent la perte osseuse et diminuent les capacités de formation osseuse. L’ostéoporose est la plus fréquente des complications des traitements. Pour limiter ce phénomène, du calcium et de la vitamine D3 sont généralement prescrits.
- Au niveau des yeux, la cortisone est susceptible d’entrainer une cataracte.
- La cortisone peut induire un diabète ou au minimum une intolérance au glucose.
L’arrêt des corticoïdes doit être progressif. La prise de corticoïdes de synthèse utilisés lors des traitements bloque en effet la sécrétion des corticoïdes naturels produits par les glandes surrénales. Il faut donc s’assurer que ces glandes ont bien pris le relais avant l’arrêt des corticoïdes de synthèse.
Au total, si la cortisone peut s’imposer lors des poussées aiguës d’une maladie, elle doit autant que possible être diminuée ou arrêtée en dehors des périodes de crise.

Dr Moussayer Khadija
Spécialiste en médecine interne et en gériatrie
 
Une question que je me posais. Les traitements biologiques dans les maladies auto-immunes se développent-ils au Maroc malgré leurs prix exorbitants? Je pense au Roactemra ( Tocilizumab), Mabthera (rituximab), Humira (adalimumab), Enbrel (etanercept), ...
 
Une question que je me posais. Les traitements biologiques dans les maladies auto-immunes se développent-ils au Maroc malgré leurs prix exorbitants? Je pense au Roactemra ( Tocilizumab), Mabthera (rituximab), Humira (adalimumab), Enbrel (etanercept), ...
quand tu vois le prix par exemple du roactemra 990 € :eek:
 

Moussayer

Dr Moussayer khadija : maladies auto-immunes
Les Biothérapies se développent au Maroc, mais leurs prix élevés limitent encore leurs emploi (120 000 dirhams par an en moyenne
 

UNIVERSAL

---lcdcjve---
VIB
La cortisone synthétique est utilisée dans de nombreuses pathologies en raison de son action anti-inflammatoire . Elle a de nombreux effets secondaires nocifs qui demandent de la prudence dans son emploi.

Un médicament performant

La cortisone combat l’inflammation et a une action immunosuppressive (= supprime les réactions immunitaires exagérées de l’organisme). Son action empêche l’organisme de produire les substances qui causent les symptômes de l’inflammation (augmentation de la température, douleurs, rougeur, gonflement…).
Les corticoïdes sont bien tolérés lors d’une prescription courte.
Ils ne sont prescrits sur une longue durée que dans de rares cas ou encore quand l’inflammation est chronique et généralisée, en particulier dans les maladies auto-immunes.

Les effets nocifs
Un médicament n’est jamais anodin et doit être donné en fonction d’une balance bénéfice / effets nocifs nettement en faveur du premier terme. Quand les corticoïdes sont suivis pendant de nombreux mois, voire de nombreuses années, leurs effets délétères sont graves parfois :
- La cortisone déplace la graisse de l’extrémité inférieure du corps à la partie supérieure : le visage devient bouffi.
- Au niveau des reins, la cortisone provoque une surcharge hydrosodée (en eau et sodium) et donc un risque d’hypertension artérielle.
- Au niveau gastrique, des lésions ulcéreuses gastriques surviennent chez des personnes à risque.
- Au niveau osseux, les corticoïdes accélèrent la perte osseuse et diminuent les capacités de formation osseuse. L’ostéoporose est la plus fréquente des complications des traitements. Pour limiter ce phénomène, du calcium et de la vitamine D3 sont généralement prescrits.
- Au niveau des yeux, la cortisone est susceptible d’entrainer une cataracte.
- La cortisone peut induire un diabète ou au minimum une intolérance au glucose.
L’arrêt des corticoïdes doit être progressif. La prise de corticoïdes de synthèse utilisés lors des traitements bloque en effet la sécrétion des corticoïdes naturels produits par les glandes surrénales. Il faut donc s’assurer que ces glandes ont bien pris le relais avant l’arrêt des corticoïdes de synthèse.
Au total, si la cortisone peut s’imposer lors des poussées aiguës d’une maladie, elle doit autant que possible être diminuée ou arrêtée en dehors des périodes de crise.

Dr Moussayer Khadija
Spécialiste en médecine interne et en gériatrie
Salam Moussayer,
J'ai une question en mp ?
 
La cortisone synthétique est utilisée dans de nombreuses pathologies en raison de son action anti-inflammatoire . Elle a de nombreux effets secondaires nocifs qui demandent de la prudence dans son emploi.
:D
Tu t'attaques à forte partie sur ce forum.
Bon courage.
En tout cas tu as toute ma sympathie pour ce que tu essaies de faire. ;)
 
Une question que je me posais. Les traitements biologiques dans les maladies auto-immunes se développent-ils au Maroc malgré leurs prix exorbitants? Je pense au Roactemra ( Tocilizumab), Mabthera (rituximab), Humira (adalimumab), Enbrel (etanercept), ...
Le prix est exorbitant en France aussi mais j'imagine que tu le sais...
 
La cortisone synthétique est utilisée dans de nombreuses pathologies en raison de son action anti-inflammatoire . Elle a de nombreux effets secondaires nocifs qui demandent de la prudence dans son emploi.

Un médicament performant

La cortisone combat l’inflammation et a une action immunosuppressive (= supprime les réactions immunitaires exagérées de l’organisme). Son action empêche l’organisme de produire les substances qui causent les symptômes de l’inflammation (augmentation de la température, douleurs, rougeur, gonflement…).
Les corticoïdes sont bien tolérés lors d’une prescription courte.
Ils ne sont prescrits sur une longue durée que dans de rares cas ou encore quand l’inflammation est chronique et généralisée, en particulier dans les maladies auto-immunes.

Les effets nocifs
Un médicament n’est jamais anodin et doit être donné en fonction d’une balance bénéfice / effets nocifs nettement en faveur du premier terme. Quand les corticoïdes sont suivis pendant de nombreux mois, voire de nombreuses années, leurs effets délétères sont graves parfois :
- La cortisone déplace la graisse de l’extrémité inférieure du corps à la partie supérieure : le visage devient bouffi.
- Au niveau des reins, la cortisone provoque une surcharge hydrosodée (en eau et sodium) et donc un risque d’hypertension artérielle.
- Au niveau gastrique, des lésions ulcéreuses gastriques surviennent chez des personnes à risque.
- Au niveau osseux, les corticoïdes accélèrent la perte osseuse et diminuent les capacités de formation osseuse. L’ostéoporose est la plus fréquente des complications des traitements. Pour limiter ce phénomène, du calcium et de la vitamine D3 sont généralement prescrits.
- Au niveau des yeux, la cortisone est susceptible d’entrainer une cataracte.
- La cortisone peut induire un diabète ou au minimum une intolérance au glucose.
L’arrêt des corticoïdes doit être progressif. La prise de corticoïdes de synthèse utilisés lors des traitements bloque en effet la sécrétion des corticoïdes naturels produits par les glandes surrénales. Il faut donc s’assurer que ces glandes ont bien pris le relais avant l’arrêt des corticoïdes de synthèse.
Au total, si la cortisone peut s’imposer lors des poussées aiguës d’une maladie, elle doit autant que possible être diminuée ou arrêtée en dehors des périodes de crise.

Dr Moussayer Khadija
Spécialiste en médecine interne et en gériatrie
merci pour l'info
 
En France aussi...mais ils coûtent très cher à la collectivité nationale.
il coute rien l état endette tes enfants mais ne t inquiete pas comme la france ne va jamais
remboursé sa dette car est irremboursable donc aucune inquietude mais elle gonfle
a un certain faudra lui donné de la cortisone pour diminuer sa douleur
 
Haut