L'éternel oubli

Ebion

serial salueur
VIB
Salam, Bonjour
Je veux qu'on parle d'une croyance (qui est l'interprétation majoritaire des scientifiques) qui est l'éternel oubli : croyance que la conscience est anéanti à la mort
Bonjour!

Cela ne me dérange pas trop d’envisager mon possible anéantissement, mais je supporte beaucoup moins la pensée de l’anéantissement de personnes que j’aime ou encore d’êtres humains brillants ou héroïques. Sans compter que leur souvenir finira aussi par être effacé. Parfois je songe à tous les ouvrages des philosophes et poètes antiques qui ont été perdus, philosophes et poètes dont parfois on ne connaît à peu près rien sauf le nom... quelle absurdité! Ou encore prenez le rongo-rongo, l’écriture de l’Île de Pâques. Personne n’est capable de la déchiffrer. Les scribes de cette île sont tombés dans l’oubli. Il y a aussi beaucoup de codex méso-américains qui ont été détruits par des fanatiques espagnols.

Mais dans un autre ordre d’idées, je sais pas comment une cosmologie athée serait possible logiquement sans supposer un temps cyclique éternel, comme chez Héraclite, Empédocle et Nietzsche. Et si le temps est cyclique, on va revivre à l’infini nos souffrances, nos erreurs et nos échecs, et cela est pire que l’anéantissement!
 
Bonjour!

Cela ne me dérange pas trop d’envisager mon possible anéantissement, mais je supporte beaucoup moins la pensée de l’anéantissement de personnes que j’aime ou encore d’êtres humains brillants ou héroïques. Sans compter que leur souvenir finira aussi par être effacé. Parfois je songe à tous les ouvrages des philosophes et poètes antiques qui ont été perdus, philosophes et poètes dont parfois on ne connaît à peu près rien sauf le nom... quelle absurdité! Ou encore prenez le rongo-rongo, l’écriture de l’Île de Pâques. Personne n’est capable de la déchiffrer. Les scribes de cette île sont tombés dans l’oubli. Il y a aussi beaucoup de codex méso-américains qui ont été détruits par des fanatiques espagnols.

Mais dans un autre ordre d’idées, je sais pas comment une cosmologie athée serait possible logiquement sans supposer un temps cyclique éternel, comme chez Héraclite, Empédocle et Nietzsche. Et si le temps est cyclique, on va revivre à l’infini nos souffrances, nos erreurs et nos échecs, et cela est pire que l’anéantissement!
Moi pour être honnête l'idée qu'en un instant tout mes souvenirs s'effaceront, que tout s'assombrira et que je m'eteindrai, me remplis de tristesse, mais j'en ai pas peur, au fond c'est comme s'en dormir, on s'en rend même pas compte. Tout comme toi, l'idée que mes proches disparaîtront me révoltent, ça fait un peu adolescent, mais j'en veux au monde pour ça :D en effet, tant de mystère évanouie qus jamais nous decouvrirons, le pire de tous est l'univers lui même, si la mort est le neant, alors, toutes nos spéculations, foi et même sciences auront été si vaine :(
On peut imaginer d'autre cosmologie athée, comme un multivers infini, ce genre de théories indemontrables (il me semble que l'un des fondateurs de la théorie des cordes croyait en Dieu, ça m'a surpris, car j'ai ce pressentiment qus les théories des cordes et assimilés visent à enterrer l'idée de Dieu)
 

Ebion

serial salueur
VIB
Moi pour être honnête l'idée qu'en un instant tout mes souvenirs s'effaceront, que tout s'assombrira et que je m'eteindrai, me remplis de tristesse, mais j'en ai pas peur, au fond c'est comme s'en dormir, on s'en rend même pas compte. Tout comme toi, l'idée que mes proches disparaîtront me révoltent, ça fait un peu adolescent, mais j'en veux au monde pour ça :D en effet, tant de mystère évanouie qus jamais nous decouvrirons, le pire de tous est l'univers lui même, si la mort est le neant, alors, toutes nos spéculations, foi et même sciences auront été si vaine :(
On peut imaginer d'autre cosmologie athée, comme un multivers infini, ce genre de théories indemontrables (il me semble que l'un des fondateurs de la théorie des cordes croyait en Dieu, ça m'a surpris, car j'ai ce pressentiment qus les théories des cordes et assimilés visent à enterrer l'idée de Dieu)
On peut considérer que, dans un certain sens, tous nos actes de bonté ou nos illuminations ont un sens en eux-mêmes, peu importe qu’elles laissent un souvenir éternel ou non. Quand une personne se dévoue aux autres, quand des parents élèvent leurs enfants il est rare qu’ils réfléchissent à ce qui en restera dans un million d’années! Faire un bien pour le moment en aura valu la peine.

Mais je peux comprendre aussi ceux qui trouvent absurdes que tous nos accomplissements et nos souvenirs (collectivement et individuellement) soient effacés et que l’univers oublie l’aventure humaine pour toujours!
 
C'est la vision que j'ai de la mort
Parce que je pense que la conscience est juste le résultat de l'activité de notre cerveau

C'est difficile à imaginer, c'est même angoissant de se dire qu'il y a un moment où on ne sera simplement plus rien, que tout cessera. Donc je comprend ceux qui, pour se rassurer, croient en une vie après la mort
 

Chriski

Le veilleur
VIB
C'est la vision que j'ai de la mort
Parce que je pense que la conscience est juste le résultat de l'activité de notre cerveau

C'est difficile à imaginer, c'est même angoissant de se dire qu'il y a un moment où on ne sera simplement plus rien, que tout cessera. Donc je comprend ceux qui, pour se rassurer, croient en une vie après la mort
Après m’être beaucoup questionné,fais des recherches,lu des ouvrages,des reportages,j’en arrrive également à cette conclusion,le point final,la lumière s’éteint et salut l’artiste :desole:
 

Chriski

Le veilleur
VIB
La vie a une fin, c'est la raison pour laquelle elle est précieuse et qu'il faut la savourer 😊
Oui nos parents en nous offrant la vie,nous offre aussi la mort,et entre prendre le maximum de plaisir,aussi petit soit il,et s’emerveiller de petites choses,quand tu perds un copain ou un collègue ou une copine,tu te dis oups ils ont mon âge,et après ça travaille quand même dans le cerveau :) bon je suis pas encore un vieux,mais proche de la cinquantaine j’ai cette impression,par expérience que soit ça passe,soit sa casse,je m’explique,comme une sorte de sélection naturelle vers les 50 ans,j’ai déjà perdue une copine d’un cancer du sein,51 ans,deux collègues qui ont fait une crise cardiaque,la cinquantaine aussi,deux avc,toujours le même âge,tu te dis,la vie c’est comme une allumette arrivé à sa combustion ça te brûle les doigts,tu la lache,mais tu ne pourras plus jamais l’allumer,c’est ça la vie,c’est furtif et t’en a qu’une,ça se consume et une fois brûlée,c’est fini,et quand je regarde les gens je me dis qu’ils vivent sans se rendre compte de ça,comme s’ils étaient éternel à se prendre la tête pour des choses futiles.
 
Dernière édition:

Ebion

serial salueur
VIB
La vie a une fin, c'est la raison pour laquelle elle est précieuse et qu'il faut la savourer 😊
Logiquement, si on était immortels, rien n’aurait d’importance. On remettrait constamment nos projets à plus tard, car rien ne presserait. On vivrait dans un éternel présent absorbés par des petits plaisirs insignifiants. Il est possible aussi que, étant immortels, on finisse par être lassés de tout, blasés et par être dans un ennui profond et pesant. Les économistes parlent d’utilité marginale décroissante : plus la même activité dure de temps, moins elle est satisfaisante. Par exemple les enfants se lassent vite d’un nouveau jouet auquel ils avaient longtemps rêvé!
 

Ebion

serial salueur
VIB
Je ne sais plus qui a dit « l’homme est un être spirituel qui fait l’experience du corps humain » ça laisse rêveur.
Bien, Platon croyait que l’être humain est en réalité une âme prisonnière d’un corps (le corps serait donc extérieur à la véritable essence de l’être humain, en plus d’être finalement nuisible.

Les philosophies idéalistes ont dit que la pensée est la seule réalité. Le corps serait donc une création de la pensée et non une substance indépendante, et encore moins la cause naturelle de la pensée.
 

Chriski

Le veilleur
VIB
Bien, Platon croyait que l’être humain est en réalité une âme prisonnière d’un corps (le corps serait donc extérieur à la véritable essence de l’être humain, en plus d’être finalement nuisible.

Les philosophies idéalistes ont dit que la pensée est la seule réalité. Le corps serait donc une création de la pensée et non une substance indépendante, et encore moins la cause naturelle de la pensée.
Merci de ces éclaircissements fiston,le voile c est déchiré,j ai tout compris et je crois qu t as raison ca doit etre une citation de platon.
 
Logiquement, si on était immortels, rien n’aurait d’importance. On remettrait constamment nos projets à plus tard, car rien ne presserait. On vivrait dans un éternel présent absorbés par des petits plaisirs insignifiants. Il est possible aussi que, étant immortels, on finisse par être lassés de tout, blasés et par être dans un ennui profond et pesant. Les économistes parlent d’utilité marginale décroissante : plus la même activité dure de temps, moins elle est satisfaisante. Par exemple les enfants se lassent vite d’un nouveau jouet auquel ils avaient longtemps rêvé!
Pourtant, les gens convaincus d'une vie apres la mort, ne profite pas moins de la vie, ou tu entends par immortel, un êtres humain qui ne mourrirais réellement jamais ?
Et est ce que ça s'appliquerait à Dieu ?
 

Ebion

serial salueur
VIB
Pourtant, les gens convaincus d'une vie apres la mort, ne profite pas moins de la vie, ou tu entends par immortel, un êtres humain qui ne mourrirais réellement jamais ?
Et est ce que ça s'appliquerait à Dieu ?
Si on veut croire en la survie après la mort, peut-être qu'on peut imaginer qu'on serait heureux pour l'éternité (surtout en présence de Dieu et des gens qu'on a aimés). Imaginer l'au-delà comme un lieu de jouissances sensibles : oui ça peut être grisant pendant quelques siècles je suppose, mais imaginer un au-delà basé sur l'amour, sur la communion des personnes, cela est autrement plus durable!

Mais même cette idée de survie suppose implicitement que notre vie terrestre a quelque chose de définitif. Les chrétiens ou musulmans croient pas en la réincarnation. Quand on mourra, on n'aura pas de deuxième chance. On aura le bilan qu'on aura. On ne dispose donc que d'un temps limité pour faire fructifier nos qualités et contribuer comme on peut à la civilisation humaine.

Dans des textes hindous et bouddhistes, on perçoit une angoisse au sujet du cycle des renaissances, justement parce que de telles renaissances nous ramènent essentiellement dans le même genre de vie, et donc cela est absurde, rien n'est définitif, il y a aucun progrès, on est constamment ramenés aux mêmes souffrances et erreurs! Pour ces textes hindous et bouddhistes, l'immortalité est en quelque sorte une mauvaise nouvelle.
 
Haut