L'homme doit devenir un cyborg

Pour Elon Musk, l'homme doit devenir un cyborg
Afin de rivaliser avec l'intelligence artificielle et les robots, l'homme du futur devra directement relier son cerveau à des machines grâce à un "cordon neuronal" - selon les prédictions du PDG de Tesla et de Space X.


"Si vous ne pouvez battre la machine, le mieux est d'en devenir une." Voilà le conseil prodigué en début de semaine par Elon Musk, le milliardaire qui rêve d'envoyer prochainement les humains sur Mars. L'homme d'affaires a livré sa vision de l'homme du futur lors d'une conférence au World Government Summit à Dubaï, où il annonçait le lancement de Tesla aux Emirats Arabes Unis. "Au fil du temps, je pense que nous allons probablement voir une fusion plus étroite de l'intelligence humaine et l'intelligence numérique", a-t-il affirmé. En clair, le cerveau humain devrait se connecter directement aux machines grâce à un "cordon neuronal" (en anglais, "neural lace"), sans en préciser la teneur.

Objectif : "Atteindre une symbiose entre intelligence humaine et numérique [qui] pourrait résoudre la perte de contrôle et la perte d'utilité [de l'homme]", a déclaré Elon Musk, selon The Verge. Car l'utilité de l'homme serait menacée par l'automatisation croissante des emplois et le développement de l'intelligence artificielle, d'après le PDG de Space X. En évoquant les voitures autonomes développées par son groupe Tesla, il assure qu'il y aura "de moins en moins d'emplois qu'un robot ne pourra pas faire mieux" qu'un homme, rapporte le Guardian.

Face à l'automatisation, Elon Musk est favorable à un revenu universel

Les humains pourraient ainsi se retrouver éclipsé de nombreuses activités économiques. "Je veux être clair : ce n'est pas quelque chose que je souhaite voir arriver mais je pense qu'elle surviendra probablement. Et si mon évaluation est correcte, et elle va vraisemblablement l'être, a précisé Elon Musk. Alors nous devons penser à ce que nous allons faire à ce sujet", rapporte Fast Company. C'est pourquoi le milliardaire juge l'instauration d'un revenu universel "nécessaire". "Je vois pas trop ce que l'on pourrait faire d'autre" pour faire face à "l'automatisation", déclarait-il début novembre auprès de CNBC.

En juin 2016, lors d'une conférence organisée par Recode, Elon Musk assurait : "Nous sommes déjà des cyborgs." Et de poursuivre : "Nous avons une version partiale ou numérique de nous-mêmes dans nos mails, nos réseaux sociaux et les autres activités que l'on fait. Et nous avons des super-pouvoirs avec nos ordinateurs, nos smartphones et leurs applications."

Pour le milliardaire, le défi pour l'homme sera de trouver un sens à son quotidien. "Beaucoup de gens tirent leur sens de leur emploi. Donc, s'il n'y a plus de besoin pour votre travail, qu'allez-vous faire ? Vous sentirez-vous inutile ?"


http://www.latribune.fr/technos-medias/pour-elon-musk-l-homme-doit-devenir-un-cyborg-639136.html
 
Pour Elon Musk, l'homme doit devenir un cyborg
Afin de rivaliser avec l'intelligence artificielle et les robots, l'homme du futur devra directement relier son cerveau à des machines grâce à un "cordon neuronal" - selon les prédictions du PDG de Tesla et de Space X.


"Si vous ne pouvez battre la machine, le mieux est d'en devenir une." Voilà le conseil prodigué en début de semaine par Elon Musk, le milliardaire qui rêve d'envoyer prochainement les humains sur Mars. L'homme d'affaires a livré sa vision de l'homme du futur lors d'une conférence au World Government Summit à Dubaï, où il annonçait le lancement de Tesla aux Emirats Arabes Unis. "Au fil du temps, je pense que nous allons probablement voir une fusion plus étroite de l'intelligence humaine et l'intelligence numérique", a-t-il affirmé. En clair, le cerveau humain devrait se connecter directement aux machines grâce à un "cordon neuronal" (en anglais, "neural lace"), sans en préciser la teneur.

Objectif : "Atteindre une symbiose entre intelligence humaine et numérique [qui] pourrait résoudre la perte de contrôle et la perte d'utilité [de l'homme]", a déclaré Elon Musk, selon The Verge. Car l'utilité de l'homme serait menacée par l'automatisation croissante des emplois et le développement de l'intelligence artificielle, d'après le PDG de Space X. En évoquant les voitures autonomes développées par son groupe Tesla, il assure qu'il y aura "de moins en moins d'emplois qu'un robot ne pourra pas faire mieux" qu'un homme, rapporte le Guardian.

Face à l'automatisation, Elon Musk est favorable à un revenu universel

Les humains pourraient ainsi se retrouver éclipsé de nombreuses activités économiques. "Je veux être clair : ce n'est pas quelque chose que je souhaite voir arriver mais je pense qu'elle surviendra probablement. Et si mon évaluation est correcte, et elle va vraisemblablement l'être, a précisé Elon Musk. Alors nous devons penser à ce que nous allons faire à ce sujet", rapporte Fast Company. C'est pourquoi le milliardaire juge l'instauration d'un revenu universel "nécessaire". "Je vois pas trop ce que l'on pourrait faire d'autre" pour faire face à "l'automatisation", déclarait-il début novembre auprès de CNBC.

En juin 2016, lors d'une conférence organisée par Recode, Elon Musk assurait : "Nous sommes déjà des cyborgs." Et de poursuivre : "Nous avons une version partiale ou numérique de nous-mêmes dans nos mails, nos réseaux sociaux et les autres activités que l'on fait. Et nous avons des super-pouvoirs avec nos ordinateurs, nos smartphones et leurs applications."

Pour le milliardaire, le défi pour l'homme sera de trouver un sens à son quotidien. "Beaucoup de gens tirent leur sens de leur emploi. Donc, s'il n'y a plus de besoin pour votre travail, qu'allez-vous faire ? Vous sentirez-vous inutile ?"


http://www.latribune.fr/technos-medias/pour-elon-musk-l-homme-doit-devenir-un-cyborg-639136.html
Il est au courant ce monsieur que beaucoup de monde travail déjà sur le sujet en ce qui concerne la nanotechnologie et les prothèses pour personnes handicapées depuis plusieurs années et les premiers résultats sont encourageant pour la suite? Pas besoin de répondre, la réponse est évidemment oui.

En tant qu'investisseur, il se place doucement mais surement sur un futur marché qui sera fort probablement très rentable.

Une chose est sure, ce mec ne se repose pas sur ses lauriers et a beaucoup d'ambition.
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
Pour Elon Musk, l'homme doit devenir un cyborg
Afin de rivaliser avec l'intelligence artificielle et les robots, l'homme du futur devra directement relier son cerveau à des machines grâce à un "cordon neuronal" - selon les prédictions du PDG de Tesla et de Space X.
J’éprouve un rejet à l’idée de ce type d’interface intrusive. J’aime mieux les interfaces comme celles qui lisent les ondes cérébrales, mais elles ne fonctionnent que dans un seul sens : elles lisent des actions dans la tête, elles ne peuvent pas y envoyer quelque chose. C’est sûrement une question d’époque, et peut‑être qu’avec le temps, la mise en confiance aidant, ça semblera plus naturel, moins physiquement inquiétant.

Mais en oubliant ce rejet physique, il m’est arrivé de me dire que ça serait chouette de pouvoir faire des choses comme une copie d’écran d’images étranges et de couleurs indescriptibles, que je vois parfois avant de m’endormir, ou de pouvoir lire des choses sans se tuer les yeux, idem pour écrire.

"Si vous ne pouvez battre la machine, le mieux est d'en devenir une." […]

Face à l'automatisation, Elon Musk est favorable à un revenu universel

[…]
Pourquoi se battre contre ? La crainte qu’il y a est à cause de ce dont la modernisation prive les gens, le travail, et les crises sociales que ça produit. C’est pour ça que les plus jeunes sont plus technophobes que les plus âgés. Mais une fois ce problème réglé, avec le RBU et le changement de culture qui va avec, la perception des robots comme une menace, sera déjà moindre, et on parlera plus d’assistance mutuelle que de compétition avec des machines, ce qui serait perdu d’avance sur leur terrain. Les craintes restantes sont à propos de l’apparition d’une conscience et d’une volonté individuelle chez les machines, qui combinée à la mauvaise conscience humaine, fait présager des scénarios sombres, mais on en est pas là, ça n’existe que dans la SF, contrairement à la première question.
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
[…]

Une chose est sure, ce mec ne se repose pas sur ses lauriers et a beaucoup d'ambition.
À moins qu’il ne soit chercheur ou ingénieur lui‑même (je ne sais pas), les ambitions, ce n’est pas lui qui les réalisera seul, alors il faudrait accorder au pluriel (oui, je suis chiant à tout commenter:desole: ).
 

Ebion

Ça a l'air que je suis l'esclave da partida
VIB
@Hibou57

Le problème dans un système capitaliste est que les non-travailleurs qui dépendent de l'assistance publique sont méprisés par la société et se sentent eux-mêmes souvent inutiles et rejetés, et cela est destiné à s'accentuer. Certains emplois ne seront jamais remplacés par des machines. Donc il va toujours y avoir des besoins de travailleurs humains, même si c'était seulement pour 10% des tâches. Le problème dès lors est qu'il va toujours y avoir des gens pour trouver injuste que certains aient à travailler tandis que d'autres ont la possibilité de ne rien faire. Et ceux qui travaillent n'aimeront pas qu'on prélève une partie du fruit de leur travail honnête pour le redistribuer à des gens qui ne font rien. :(

Sous l'Ancien Régime, les nobles ne travaillaient pas et les gens trouvaient cela normal. Les choses ont bien changé.
 
dans le meilleur des cas nous deviendrons des humains transgéniques , qui ne tombent jamais malades est qui auront toujours bonne aspect .
 
De mon côté j aimerais bien avoir des implants cybernétiques afin d'avoir une meilleure vue ainsi que ma force et résistance physique et pouvoir rallonger mon espérance de vie c'est un voeu parfaitement égoïste mais j'assume.
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
Perso je trouve ça flippant, je n'aimerais pas être une femme-machine...
Je comprends, déjà que la chirurgie pour des broutilles me fait peur, là c’est le cauchemar.

Mais quand‑même et sans spécialement vouloir défendre l’idée, l’impression qu’on en a, vient de l’impression qu’éveille le mot « machine ». Elles peuvent être considérées comme plus froid que la pierre encore, elles représentent la déshumanisation, et le métal auquel on les associe facilement, n’est pas bien connoté non‑plus. Pourtant, quand on se pose la question de la frontière entre le vivant et le non‑vivant ou la question de la nature de la conscience et de ses hôtes possibles, ce n’est plus si catégorique.

Ça peut sembler contradictoire vu ce que j’ai dit dans ce sujet, mais je n’ai pas de mal à imaginer que le mot « machine » sera un jour perçu comme pas plus éloigné du vivant que ne l’est le mot « biologique ».

Il existe déjà deux types de ponts entre les deux. Il y a les prothèses sophistiquées qui se font maintenant (dont @JekyllorHyde a parlé), et les théories sur les formes de vie extraterrestres à base d’une autre chimie que celle de la vie sur terre.

Ah, et aussi, quand on parle des humains tendant vers les machines (au sens de choses non‑biologiques), on oublie le chemin réciproque, celui des machines tendant vers le biologique.
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
De mon côté j aimerais bien avoir des implants cybernétiques afin d'avoir une meilleure vue ainsi que ma force et résistance physique et pouvoir rallonger mon espérance de vie c'est un voeu parfaitement égoïste mais j'assume.
Si c’est un vœu égoïste (je ne vois pas le rapport avec l’égoïsme, mais soit), alors la médecine a des finalités égoïstes.
 

etre2en1

intersex people are cool
VIB
La " Cybernétique " n'est pas ce que tout le monde croit, le cinéma, les romans, la télé, tout ça a donné un sens différent de son sens originel, comme pour beaucoup de mots utilisé de mauvaise façon.

La cybernétique est une science du contrôle des systèmes, vivants ou non-vivants,
fondée en 1948 par le mathématicien américain Norbert Wiener.

C'est l'étude et l'analyse des systèmes, aussi bien les sociétés humaines, l'économie ........

Notre monde est intégralement constitué de systèmes, vivants ou non-vivants, imbriqués et en interaction.
Peuvent ainsi être considérés comme des "systèmes": une société, une économie, un réseau d'ordinateurs, une machine, une entreprise, une cellule, un organisme, un cerveau, un individu, un écosystème…

" Un système cybernétique peut être défini comme un ensemble d'éléments en interaction, les interactions entre les éléments peuvent consister en des échanges de matière, d'énergie, ou d'information. "

http://www.syti.net/Cybernetics.html
Norbert Wiener était conscient de l'impact que les applications de la cybernétique allaient avoir sur la société.
Dans un livre publié en 1950, "Cybernétique et société", il prévoit la fin du travail humain remplacé par des machines intelligentes, et met en garde les responsables politiques contre les conséquences d'une utilisation de la cybernétique qui ne serait pas accompagnée par une évolution "post-industrielle" des structures de la société, dans laquelle l'homme pourrait enfin être libéré du travail.
Faute de quoi avait-il prévenu, nous assisterons à un développement sans précédent du chômage et de l'exclusion sociale, pouvant à terme conduire à l'effacement progressif de la démocratie.

Mais la cybernétique pourrait aussi constituer une source d'inspiration positive et féconde pour l'invention d'un "capitalisme à visage humain", conciliant l'homme, l'économie, et l'environnement.
 

etre2en1

intersex people are cool
VIB
Je suis déjà un "cyborg " je porte des vis en Titane avec une " cage inter somatique " qui remplace une partie de ma colonne vertébrale, et malheureusement dans un avenir que je souhaite lointain, on fera de même avec les genoux et mes épaules, mes hanches, toujours plus artificiel de moins en moins organique.
Dans très longtemps, une pompe à insuline implantée, un stimulateur cardiaque ..............
On est des générations de " cyborgs ", c'est une fatalité.
 

typologie

aedem sed aliter
Bladinaute averti
La " Cybernétique " n'est pas ce que tout le monde croit, le cinéma, les romans, la télé, tout ça a donné un sens différent de son sens originel, comme pour beaucoup de mots utilisé de mauvaise façon.
....

oui mais les 2 restes trés lié wiener lui meme avait appelé son livre god and golem
donc l'on retrouve bien l'idée une creation humaine à l'image de l'homme

interessant le lien entre le mot golem et informe

psaume 15Mon corps n'était point caché devant toi, Lorsque j'ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre. 16Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m'étaient destinés, Avant qu'aucun d'eux existât.17Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand!…


En 1964, Norbert Wiener rédige un petit ouvrage God & Golem Inc où il place la cybernétique sous le signe du Golem, incarnation de la pensée mythique et religieuse. Pour lui, en effet, « la machine (…) est l’homologue moderne du Golem du rabbin de Prague. » (Wiener, 2000, p.111). Qu’est-ce que le Golem ? Une créature d’argile créée par magie. Le mot « Golem » est un mot hébreu qui apparaît au Psaume 139 :16 dans la Bible. Il désigne la « masse informe » à laquelle Dieu aurait donné le souffle, permettant à celle-ci de devenir « adam », l’être premier provenant de la terre et composé de sang («dam ») et d’une «étincelle » divine (la lettre «aleph »).
L’histoire du Golem connaît plusieurs versions.

voir texte entier :
http://pascalwalter.blogspot.fr/2012/12/le-golem-et-la-cybernetique.html

voir histoire du golem dans wik :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Golem
 
Dernière édition:

farid_h

<defunct>
Contributeur
J’éprouve un rejet à l’idée de ce type d’interface intrusive. J’aime mieux les interfaces comme celles qui lisent les ondes cérébrales, mais elles ne fonctionnent que dans un seul sens : elles lisent des actions dans la tête, elles ne peuvent pas y envoyer quelque chose. C’est sûrement une question d’époque, et peut‑être qu’avec le temps, la mise en confiance aidant, ça semblera plus naturel, moins physiquement inquiétant.

Il ne faut pas avoir peur des stimulations cerebrales. Ca existe deja, pour traiter certaines maladies:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stimulation_cérébrale_profonde

Surtout que le cerveau n'a pas de recepteurs de douleur. Ca ne fait nullement mal...

On fait bien ca avec des millions de patients cardiaques... des patients cerebraux avec stimulateurs deviendront la norme dans des societes vieillissantes. Et une foi que ca c'est normal, ajouter d'autres infos via la stimulation cerebrale apparaitrera comme le plus normal du monde a une generation habituee a cette technologie.
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
@Hibou57

Le problème dans un système capitaliste est que les non-travailleurs qui dépendent de l'assistance publique sont méprisés par la société et se sentent eux-mêmes souvent inutiles et rejetés, et cela est destiné à s'accentuer. Certains emplois ne seront jamais remplacés par des machines. Donc il va toujours y avoir des besoins de travailleurs humains, même si c'était seulement pour 10% des tâches. Le problème dès lors est qu'il va toujours y avoir des gens pour trouver injuste que certains aient à travailler tandis que d'autres ont la possibilité de ne rien faire. Et ceux qui travaillent n'aimeront pas qu'on prélève une partie du fruit de leur travail honnête pour le redistribuer à des gens qui ne font rien. :(
Le capitalisme, concerne l’économie, pas la société. On peut avoir un capitalisme d’état comme en Chine ou un capitalisme libéral comme aux États‑Unis ou en Filande. La différence d’organisation sociale entre la Chine et les États‑Unis est importante, alors que les deux sont capitalistes. Les États‑Unis et la Finlande ont tous les deux une économie capitaliste libérale, mais la Finlande a des politiques plus humanistes que les États‑Unis, et le parti libéral y a décidé la mise en place d’un revenu de base à 800€/mois (je crois que c’est suite à leur initiative que l’Europe a suggéré à la france de le faire, c’est le même montant au moins).

C’est pour dire que le capitalisme n’est pas en cause, c’est la culture de la société, qui l’est. Cette culture dépend des classes sociales.

On peut considérer que tous les grands patrons sont pour le revenu de base, tellement la liste de ceux qui l’ont affirmé est longue, et ces grands patrons sont associés au capitalisme. Mais dans les classes sociales populaires, presque tout le monde est contre. Les classes sociales populaires ne sont pourtant pas ce à quoi on pense, quand on entend le mot « capitalisme ».

Sous l'Ancien Régime, les nobles ne travaillaient pas et les gens trouvaient cela normal. Les choses ont bien changé.
Oui, elles se sont inversé.
 

Ebion

Ça a l'air que je suis l'esclave da partida
VIB
@Hibou57

C'est illogique ta statistique (elle est peut-être vraie, mais elle est illogique). Les grands patrons sont ceux qui ont le plus à perdre du revenu de base universel, en raison de la surimposition qui sera nécessaire pour le financer. Et les classes populaires sont celles qui ont le plus à gagner, puisque ce sont eux qui ont le moins accès à de bons emplois... donc je comprends pas. :desole:
 

farid_h

<defunct>
Contributeur
@Ebion, qui parle de surimposition? La theorie est que le revenu de base devrait etre finance par la suppression des autres allocations sociales etc...
 

Ebion

Ça a l'air que je suis l'esclave da partida
VIB
@Ebion, qui parle de surimposition? La theorie est que le revenu de base devrait etre finance par la suppression des autres allocations sociales etc...

Alors je ne crois pas que ça fonctionne très bien... Premièrement, les allocations vont devoir revenir par la porte arrière, car certaines personnes ont des besoins spéciaux (maladies rares, handicaps lourds, etc.), et on ne réglera pas leur cas avec 900$ par mois... Ensuite, on pourra moins contrôler ceux qui dépensent leur allocation de façon irresponsable (et c'est le cas de beaucoup de pauvres, qui préfèrent s'acheter de la bière ou des cigarettes avant des biens essentiels).
 
À moins qu’il ne soit chercheur ou ingénieur lui‑même (je ne sais pas), les ambitions, ce n’est pas lui qui les réalisera seul, alors il faudrait accorder au pluriel (oui, je suis chiant à tout commenter:desole: ).
Il gère le nerf de la guerre, l'ARGENT. Sinon tu as raison, il propose et les gens autour de lui dispose. :cool:
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
La " Cybernétique " n'est pas ce que tout le monde croit, le cinéma, les romans, la télé, tout ça a donné un sens différent de son sens originel, comme pour beaucoup de mots utilisé de mauvaise façon.
[…]
Oui, le cinéma en a fait un synonyme de la robotique et de son hybridation avec le biologique.

C’est perturbant, cette différence.
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
Il ne faut pas avoir peur des stimulations cerebrales. Ca existe deja, pour traiter certaines maladies:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stimulation_cérébrale_profonde

Surtout que le cerveau n'a pas de recepteurs de douleur. Ca ne fait nullement mal...

On fait bien ca avec des millions de patients cardiaques... des patients cerebraux avec stimulateurs deviendront la norme dans des societes vieillissantes. Et une foi que ca c'est normal, ajouter d'autres infos via la stimulation cerebrale apparaitrera comme le plus normal du monde a une generation habituee a cette technologie.
Ça fait une porte d’entrée pour une intrusion directement dans l’esprit des gens :confused:, c’est quand‑même différent des pacemakers et compagnie.
 

Hibou57

Comme-même (tm)
VIB
@Hibou57

C'est illogique ta statistique (elle est peut-être vraie, mais elle est illogique). Les grands patrons sont ceux qui ont le plus à perdre du revenu de base universel, en raison de la surimposition qui sera nécessaire pour le financer. Et les classes populaires sont celles qui ont le plus à gagner, puisque ce sont eux qui ont le moins accès à de bons emplois... donc je comprends pas. :desole:
Quelle surimposition ?

Et les grands patrons qui annoncent leur soutient au RBU, dans les médias, pendant des interviews, etc ?
 
Philosophie
Demain, l'humain transformé ?

Invité : Luc Ferry,essayiste, et Aurélien Lemant, comédien et scénariste, spécialiste de la pop philosophie des comics

Faut-il avoir peur de la révolution qui nous attend ? Doit-on accepter le passage d'une médecine qui « répare » à une biotechnologie qui « améliore » l'homme ? Pourquoi donc l'espèce humaine se priverait-elle d'aller mieux, en repoussant ses frontières naturelles ? Mais que risquons-nous de perdre, en nous affranchissant de l'idée d'une « nature humaine » fixe et permanente ?

Luc Ferry est essayiste, ancien professeur de philosophie et ancien ministre de la Jeunesse, de l'Éducation nationale et de la Recherche. Derniers ouvrages parus : Mythologie et philosophie : le sens des grands mythes grecs (Plon, 2016) ; 7 façons d'être heureux ou Les paradoxes du bonheur (XO, 2016) ; La révolution transhumaniste. Comment la technomédecine et l'uberisation du monde vont bouleverser nos vies (Plon, 2016).

http://sites.arte.tv/philosophie/fr/demain-lhumain-transforme-philosophie
 

farid_h

<defunct>
Contributeur
Ça fait une porte d’entrée pour une intrusion directement dans l’esprit des gens :confused:, c’est quand‑même différent des pacemakers et compagnie.
En quoi ce serait different d'autres methodes d'influencer l'esprit des gens: visuelles, auditives, etc...? Un sinistre salafiste au Qatar peut influencer un adolescent en Belgique derriere son ordinateur avec des clips videos et en faire un terroriste; il n'a pas besoin d'electrodes implantees dans le cerveau pour ca. Pareil pour les methodes employees par la publicite.
 
De mon côté j aimerais bien avoir des implants cybernétiques afin d'avoir une meilleure vue ainsi que ma force et résistance physique et pouvoir rallonger mon espérance de vie c'est un voeu parfaitement égoïste mais j'assume.
devenir cyborg et rallonger ta vie de 10 ou 20 ans...

ou devenir croyant et vivre l'éternité dans la sérénité
 

etre2en1

intersex people are cool
VIB
En quoi ce serait different d'autres methodes d'influencer l'esprit des gens: visuelles, auditives, etc...? Un sinistre salafiste au Qatar peut influencer un adolescent en Belgique derriere son ordinateur avec des clips videos et en faire un terroriste; il n'a pas besoin d'electrodes implantees dans le cerveau pour ca. Pareil pour les methodes employees par la publicite.
A une époque, les années 50s, il y avait eu un scandale, un parti politique d'Amérique latine avait introduit des images cachées dans les films, des " images subliminales " pour que les gens votent pour eux.:D
 

farid_h

<defunct>
Contributeur
A une époque, les années 50s, il y avait eu un scandale, un parti politique d'Amérique latine avait introduit des images cachées dans les films, des " images subliminales " pour que les gens votent pour eux.:D
Yep.

Ca me rappelle aussi Looker (1981), de Michael Crichton, no less!:

 
Haut