Réflexions Ramadanesques.

Difkoum

Et, aussi, anti sioniste.
C'était la fin de l'après-midi, quand je me souvins soudain qu'il fallait ma tête lourde aller alléger chez un coiffeur,
Pour ce faire, je devais, à mes risques et périls, traverser le marché pléthorique de notre houleux quartier,
À cette heure dangereuse, critique, où, martyrisés par le jeûne, les ventres sont en ébullition, les nerfs à vif, les âmes en pleurs,
Les mines pitoyables, livides, les yeux effarouchés, hagards, les esprits belliqueux, outre-mesure violents, très rancuniers ;

Je ne vous dis pas le pathétique croustillant,
Des étalages luxuriants, abondants de poissons encore frétillants,
De légumes frais, de fruits brillants, affriolants, presque souriants,
Que d'un côté, les riches à grandes quantités s'arrachaient en criant,

Bavant, salivant, couvrant les marchands ambulants d'insultes et de postillons,
Jouant des coudes, se chamaillant, échangeant les plus obscènes jurons,
Tant et si bien qu'on les eût dit des piranhas déchiquetant avec férocité une proie,
Une horde d'affamés qui dans un fabuleux désarroi semaient la terreur, l'effroi ;

De l'autre côté, ou debout courbés, ou accroupis, ou complètement abattus : LES MENDIANTS !
Beaucoup de mendiants, déguenillés, maigres, hideux, tenaces comme des morpions,
Qui tendant une main tremblante, agonisant, priant, suppliant,
Qui, les yeux éteints, languides, exorbités, de maladie plus blafards que des lampions,

Regardant impuissants se jouer devant eux la justice divine,
Laquelle encore donnait généreuse à cette race cupide, cette meute canine,
Et l'or, et le pouvoir, et la corpulence, et l'arrogance,
Et une âme insensible, méchante, insatiable, qui contre leur famine s'habillait de mépris, de dédain et d'indifférence ;

Finalement, de débarrasser ma tête de sa tignasse, je m'abstins,
Le coeur lourd, songeur, vite je rebroussai chemin,
Peut-être, un peu moins triste, le ferais-je le lendemain,
Car, présentement, je me sentais si profondément ému, si meurtri que d'aller chez un barbier me parut inadéquat, malsain ;

Ils sont particulièrement pieux, pendant le mois sacré, les musulmans :
Ils mangent beaucoup la nuit, leur part et celle de leur voisin, qui vit dans un complet dénuement,
Et ils prient énormément, pendant le mois de La Céleste Inspiration, eux qui toute l'année s'enlisent dans la dépravation, se nourrissent d'égoïsme et de haine, se livrent à tous les égarements,
Car, disent-ils, il suffit de pendant trente jours observer ce sacrement pour être lavé de tous les péchés, pour échapper à tout châtiment ;

Tard dans la nuit, tirant sur une frisette qui pendouillait contre mes lunettes, pensant à ceux qui, modestes, braves, honnêtes, toute l'année criaient disette,
Puis aux autres, ceux qui d'habitude mentaient, volaient, médisaient, jalousaient leur prochain, sans vergogne léchaient les bottes de leur bourreau, le flattaient, de plein gré le corrompaient,
Mais qui maintenant se couvraient de piété et d'humilité, de mourir de faim jour et nuit se lamentaient, eux qui se préparaient au mois de l'abstinence comme à une gigantesque fête,
Je me demandai soudain si bouleverser seulement son rythme nychthéméral suffisait à purifier ces âmes infâmes, ou si c'étaient les gueux qui, de leur côté, sur toute la ligne se trompaient...
- Mohammed Talbi -
 
bonjour mon ami,
tu est régulier, chaque année tu nous ressors la même fable. 😂,

La vie sans religion est une vie sans principe, et une vie sans principe est comme un bateau sans gouvernail. (Lettres à l’Ashram, Gandhi)

je te souhaite un bon ramadan à toi et à ta famille,
 

Difkoum

Et, aussi, anti sioniste.
bonjour mon ami,
tu est régulier, chaque année tu nous ressors la même fable. 😂,

La vie sans religion est une vie sans principe, et une vie sans principe est comme un bateau sans gouvernail. (Lettres à l’Ashram, Gandhi)

je te souhaite un bon ramadan à toi et à ta famille,
Merci. A toi et tes proches également.
Je vis avec des principes que beaucoup de religieux n'ont pas.
 
Bonjour,
j'ai fais mes courses ce matin, dates, fruits secs, chocolat, gâteaux
seul à jeuner pour la 2ème année consécutive,
chez moi avec mon épouse comme colocataire en attendant la vente de la maison
mon vol pour Agadir annulé mais sans regret étant donné les mesures de couvre feu là bas aussi.
J'aime le mois de ramadan parce c'est du temps en plus
 
Haut