• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

sosie or not sosie

Télé Première
Réaliser un canular en caméras cachées avec une victime anonyme et à l’aide d’une personnalité et de complices, c’est tout un art. Télé 7 Jours vous en révèle le mode d’emploi.Imaginez un peu. Vous sortez faire des courses avec votre meilleure amie. Soudain, en passant devant l’agence immobilière de votre quartier, vous apercevez en vitrine des photos de votre maison… À vendre. Coup de chaud ! Vous pénétrez dans l’agence demander des explications. Celui qui vous accueille a beau ressembler comme deux gouttes d’eau à Jean-Luc Reichmann, le célèbre animateur de TF1, c’est à peine si vous relevez cette curiosité. C’est pourtant bien le vrai, pas même grimé pour l’occasion et prêt à vous faire passer un moment surréaliste au cours de cette émission de caméras cachées dont les rouages sont méticuleux."Le concept fonctionne grâce à des scénarios forts, explique Franck Saurat, le producteur. Le but est d’amener notre victime dans une histoire où fiction et réalité sont mises en scène de telle façon qu’elle ne peut s’imaginer que c’est un gag, et encore moins qu’elle est en face d’une vraie personnalité." Pour en arriver là, il aura fallu deux mois de préparation à la quinzaine de membres de l’équipe de production. ". Une fois que nous avons choisi une star, notre équipe d’auteurs lui soumet le scénario, détaille le producteur. Certains sont tellement impliqués qu’il leur est même arrivé d’imaginer l’histoire." Reste à dénicher la victime idéale.Obligatoirement anonyme, elle est traquée par une équipe de casteurs qui fouine dans ses fichiers et dans ses relations. "Nous les choisissons selon leur caractère, en fonction du piège qui leur est tendu. Ainsi, pour la séquence avec Reichmann, il nous fallait une personne capable de s’emporter assez vite." Pour pallier toute réaction imprévue, les casteurs, aidés par l’entourage familial complice, enquêtent sur ses habitudes, sa personnalité, ses émotions. Et pour s’assurer un résultat optimal, ce n’est pas une, mais trois victimes qu’il faut trouver pour chaque sketch.

Mon interprétation
Selon moi le sketch avec JL Rechman est bidonné puisque la soit-disant piégée est en réalité gérante d'agence immobilière. Une simple recherche sur google permet de le confirmer. Surement ont-il tourner le sketch dans sa propre agence. A un moment elle cherche et regarde même droit dans la caméra alors que c'est censé être une caméra cachée .Surement cette personne a t elle de bons contacts dans le milieu TV puisqu'il l 'on même invité sur le plateau de l'émission au musée grévin

Ils nous prennent vraiment pour des jambons sur TF1...
 

Lilyla

VIB
Télé Première
Réaliser un canular en caméras cachées avec une victime anonyme et à l’aide d’une personnalité et de complices, c’est tout un art. Télé 7 Jours vous en révèle le mode d’emploi.Imaginez un peu. Vous sortez faire des courses avec votre meilleure amie. Soudain, en passant devant l’agence immobilière de votre quartier, vous apercevez en vitrine des photos de votre maison… À vendre. Coup de chaud ! Vous pénétrez dans l’agence demander des explications. Celui qui vous accueille a beau ressembler comme deux gouttes d’eau à Jean-Luc Reichmann, le célèbre animateur de TF1, c’est à peine si vous relevez cette curiosité. C’est pourtant bien le vrai, pas même grimé pour l’occasion et prêt à vous faire passer un moment surréaliste au cours de cette émission de caméras cachées dont les rouages sont méticuleux."Le concept fonctionne grâce à des scénarios forts, explique Franck Saurat, le producteur. Le but est d’amener notre victime dans une histoire où fiction et réalité sont mises en scène de telle façon qu’elle ne peut s’imaginer que c’est un gag, et encore moins qu’elle est en face d’une vraie personnalité." Pour en arriver là, il aura fallu deux mois de préparation à la quinzaine de membres de l’équipe de production. ". Une fois que nous avons choisi une star, notre équipe d’auteurs lui soumet le scénario, détaille le producteur. Certains sont tellement impliqués qu’il leur est même arrivé d’imaginer l’histoire." Reste à dénicher la victime idéale.Obligatoirement anonyme, elle est traquée par une équipe de casteurs qui fouine dans ses fichiers et dans ses relations. "Nous les choisissons selon leur caractère, en fonction du piège qui leur est tendu. Ainsi, pour la séquence avec Reichmann, il nous fallait une personne capable de s’emporter assez vite." Pour pallier toute réaction imprévue, les casteurs, aidés par l’entourage familial complice, enquêtent sur ses habitudes, sa personnalité, ses émotions. Et pour s’assurer un résultat optimal, ce n’est pas une, mais trois victimes qu’il faut trouver pour chaque sketch.

Mon interprétation
Selon moi le sketch avec JL Rechman est bidonné puisque la soit-disant piégée est en réalité gérante d'agence immobilière. Une simple recherche sur google permet de le confirmer. Surement ont-il tourner le sketch dans sa propre agence. A un moment elle regarde même droit dans la caméra alors que c'est censé être une caméra cachée .

Ils nous prennent vraiment pour des jambons sur TF1...
loool tu es allé faire des recherches;) c'est vrai que c est tiré par les cheveux le truc de cloclo trop abusé
 
Haut