• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

Les symptômes du burn out

  • Initiateur de la discussion fatimarose
  • Date de début
fatimarose

fatimarose

Croyez vous ou Burn out? Quels sont les premiers symptômes ? Tous les corps de métiers sont - il menacé ?
 
SarGui

SarGui

Oui ça existe :/ et de plus en plus de métiers sont touchés.
Burn out est différent selon la personne mais l'issue reste souvent la même isolement, craquage de nerfs en public,et arrêt sur arrêt pour dépression :/
 
misszara88

misszara88

Je suis la femme de Lee Dong-Wook
Croyez vous ou Burn out? Quels sont les premiers symptômes ? Tous les corps de métiers sont - il menacé ?
Je l'ai frôlé.

Symptômes pour moi: handicap intellectuel: mon cerveau devenait une espèce de légume; déprime; j'avais l'impression que mes méninges brûlaient (au sens propre du terme, ça m'a foutu la peur de ma vie, j'ai eu peur de perdre une fonctionnalité de mon cerveau ou d'une partie de mon corps tellement c'était atroce), fatigue constante, douleurs au bras (nerfs tendus et endoloris), pleurer pour rien, pleurer dès que j'ouvre la bouche pour en parler, dysfonctionnement de sommeil, l'envie de tout arrêter.

Ne jamais prendre ces signes à la légère, il faut agir au plus vite.
 
fatimarose

fatimarose

Oui ça existe :/ et de plus en plus de métiers sont touchés.
Burn out est différent selon la personne mais l'issue reste souvent la même isolement, craquage de nerfs en public,et arrêt sur arrêt pour dépression :/
D'AccorD avec toi mais rien n'-apparaît en public c assez étonnant d'ailleurs,pas d' arrêt mais tjrs OP pour le travail. ..
 
fatimarose

fatimarose

Je l'ai frôlé.

Symptômes pour moi: handicap intellectuel: mon cerveau devenait une espèce de légume; déprime; j'avais l'impression que mes méninges brûlaient (au sens propre du terme, ça m'a foutu la peur de ma vie, j'ai eu peur de perdre une fonctionnalité de mon cerveau ou d'une partie de mon corps tellement c'était atroce), fatigue constante, douleurs au bras (nerfs tendus et endoloris), pleurer pour rien, pleurer dès que j'ouvre la bouche pour en parler, dysfonctionnement de sommeil, l'envie de tout arrêter.

Ne jamais prendre ces signes à la légère, il faut agir au plus vite.
Merci pour ta réponse, tu l'à frôlé parce que tu connaissais cette "maladie" ou par un autre moyen?
 
Fitra

Fitra

Allah, Souria, Houria wa bass
Croyez vous ou Burn out? Quels sont les premiers symptômes ? Tous les corps de métiers sont - il menacé ?
J'en ai déjà eu un. Je ne vivais que pour le travail et pensais que ça m'apporterait le bonheur. J'avais des exigences très élevées et travaillais de toute mon âme. Un échec, pour moi qui n'avais que ça, c'était l'effondrement, le cauchemar, la tragédie. Tout cela venait d'une profonde mésestime de moi-même. Au fil des ans, voyant que le travail ne m'apportait aucun bonheur, je me suis mise inconsciemment à travailler moins bien, même si je travaillais encore énormément, car je me décourageais.
C'est là que le burn-out a commencé à surgir, car je perdais ma seule "qualité", ma seule capacité, le cauchemar était là. Arriva ce qui devait arriver : je connus l'échec. Un petit échec, qui fut pour moi comme une catastrophe atomique. C'était du délire, je m'en rends encore plus compte avec le recul.

Alors, je me suis effondrée. J'ai arrêté de travailler pendant très longtemps. C'était une forme de suicide. Tout, j'ai tout lâché. Tout sur tout. Ce n'est que depuis relativement peu de temps que j'émerge à nouveau. J'espère reconstruire, petit à petit, mes forces et mes capacités de travail, et je suis sûre et certaine que ça arrivera. Mais cette fois-ci, de façon plus saine, pas pour un travail qui compenserait une haine de soi, mais une oeuvre saine avec une vision saine.

Si j'avais la même mentalité que maintenant, ça ne serait jamais arrivé. Mais je sais que je ne dois rien regretter, car grâce à ça, je suis devenue ce que je suis, et je me sens tellement mieux intérieurement, maintenant. J'ai vite appris sur moi-même pas mal de choses qui me serviront toute ma vie, grâce à Allah.
Il ne reste plus qu'à finir de réparer les dégâts, et continuer et achever de transformer l'échec en succès, l'échec en tremplin sans lequel je n'aurais jamais obtenu ce que j'obtiendrai et que je n'échangerais pour rien au monde.
Ce moment, je l'attends, j'y crois fermement, et j'y travaille. Grâce à Allah et par Sa permission.

Si tu es touchée, surtout, fais un break, et discute avec tes proches pour qu'ils t'aident à voir au-delà du travail. C'est très important.
 
fatimarose

fatimarose

J'en ai déjà eu un. Je ne vivais que pour le travail et pensais que ça m'apporterait le bonheur. J'avais des exigences très élevées et travaillais de toute mon âme. Un échec, pour moi qui n'avais que ça, c'était l'effondrement, le cauchemar, la tragédie. Tout cela venait d'une profonde mésestime de moi-même. Au fil des ans, voyant que le travail ne m'apportait aucun bonheur, je me suis mise inconsciemment à travailler moins bien, même si je travaillais encore énormément, car je me décourageais.
C'est là que le burn-out a commencé à surgir, car je perdais ma seule "qualité", ma seule capacité, le cauchemar était là. Arriva ce qui devait arriver : je connus l'échec. Un petit échec, qui fut pour moi comme une catastrophe atomique. C'était du délire, je m'en rends encore plus compte avec le recul.

Alors, je me suis effondrée. J'ai arrêté de travailler pendant très longtemps. C'était une forme de suicide. Tout, j'ai tout lâché. Tout sur tout. Ce n'est que depuis relativement peu de temps que j'émerge à nouveau. J'espère reconstruire, petit à petit, mes forces et mes capacités de travail, et je suis sûre et certaine que ça arrivera. Mais cette fois-ci, de façon plus saine, pas pour un travail qui compenserait une haine de soi, mais une oeuvre saine avec une vision saine.

Si j'avais la même mentalité que maintenant, ça ne serait jamais arrivé. Mais je sais que je ne dois rien regretter, car grâce à ça, je suis devenue ce que je suis, et je me sens tellement mieux intérieurement, maintenant. J'ai vite appris sur moi-même pas mal de choses qui me serviront toute ma vie, grâce à Allah.
Il ne reste plus qu'à finir de réparer les dégâts, et continuer et achever de transformer l'échec en succès, l'échec en tremplin sans lequel je n'aurais jamais obtenu ce que j'obtiendrai et que je n'échangerais pour rien au monde.
Ce moment, je l'attends, j'y crois fermement, et j'y travaille. Grâce à Allah et par Sa permission.

Si tu es touchée, surtout, fais un break, et discute avec tes proches pour qu'ils t'aident à voir au-delà du travail. C'est très important.
Merci pour ton témoignage lkheir inchaallah
 
A

AncienMembre

Non connecté
Croyez vous ou Burn out? Quels sont les premiers symptômes ? Tous les corps de métiers sont - il menacé ?
Dès qu'on se sent plus à l'aise dans son travail et qu'on y va avec des pieds de plomb et sans motivation....et cela en subissant pression sur pression....le cerveau fait comprendre au corps qu'il faut y mettre un terme et le craquage arrive!!


Ça peut avoir de grave conséquence!!!


Il faut apprendre à parler des choses qu'on ressent...mettre des mots et surtout se dire qu'un travail c'est pas La vie!!!


La société est en partie responsable de ce phénomène!
 
L

Liberty95

Non connecté
Moi fût un temps où j'avais fait un burn out ! Je bossais dans un cabinet d'avocats... Hyper stressant!
J'ai pété les plombs. Chaque lundi je devais aller au Palais à métro Cité pour remettre les actes aux confrères.

J'en pouvais plus. J'me suis barrée après avoir cumulés arrêts sur arrêt de maladie...
 
Easya

Easya

esperanza
Croyez vous ou Burn out? Quels sont les premiers symptômes ? Tous les corps de métiers sont - il menacé ?
J'ai vu beaucoup de personnes le subir malheureusement même si pendant longtemps on ne mettait pas de mots à cela. Les raisons peuvent être nombreuses et les conséquences parfois dramatiques surtout cumulées avec des problèmes personnelles. La pression quotidienne, le manque de considération professionnelle, les brimades, la peur de l'échec, les limites face à une tâche à accomplir, le regard des autres,...
 
Mellisse

Mellisse

VIB
Je l'ai frôlé.

Symptômes pour moi: handicap intellectuel: mon cerveau devenait une espèce de légume; déprime; j'avais l'impression que mes méninges brûlaient (au sens propre du terme, ça m'a foutu la peur de ma vie, j'ai eu peur de perdre une fonctionnalité de mon cerveau ou d'une partie de mon corps tellement c'était atroce), fatigue constante, douleurs au bras (nerfs tendus et endoloris), pleurer pour rien, pleurer dès que j'ouvre la bouche pour en parler, dysfonctionnement de sommeil, l'envie de tout arrêter.

Ne jamais prendre ces signes à la légère, il faut agir au plus vite.
Agir comment ?
Tu as fait quoi pour ne pas sombrer ?
 
misszara88

misszara88

Je suis la femme de Lee Dong-Wook
Agir comment ?
Tu as fait quoi pour ne pas sombrer ?
Salut!

Eh ben ce n'est qu'en sombrant que j'ai pu m'en sortir!

Au début, j'étais trop faible pour agir jusqu'au jour où j'ai eu des répercussions physiques... quand tu sens que tes méninges brûlent au sens propre du terme ...mon Dieu, désolée si je suis chiiante mais je tiens à insister sur ce symptôme physique qui m'a causé la trouille de ma vie, jamais je n'aurais cru que mon corps aurait pu souffrir ainsi, c'était comme si quelqu'un a mis mes méninges en feu et je sentais des douleurs atroces de brûlure (j'ai été brûlée quand j'étais petite dans une partie de ma main, c'est pour cela j'ai reconnu ce sentiment et ça m'a fait peur) et le pire, je ne pouvais rien faire car "ça se passe à l'intérieur"... peu importe si je m'imbibais d'eau , rien n'y fait... quand le malaise psychologique devient un vrai malaise physique d'une grande violence (brûlures), c'est que j'étais au fond du gouffre...

Alors j'ai décidé de dire... plus jamais . Peu importe si je ne réussis pas, si je deviens grosse, si tout le monde me voit comme une loser sans aucune volonté, plus jamais je n'infligerai cela à mon corps.

J'avais atteint ce stade où mon instinct de survie a repris le dessus... ce que j'ai fait? Rentrer chez moi et... dormir . Et je m'en foutais de m'absenter demain, de ne rien foutre de ma vie, j'ai dormi jusqu'à ce que je me suis sentie bien, là je me suis réveillée, je me suis préparé quelque chose de bon puis je me suis reposée, je suis sortie après courir, j'ai laissé couler l'eau chaude sur ma peau pendant de très très longues minutes et j'ai vécu au ralenti pendant quelques semaines, ce qui était grave puisque j'étais en master et je risquais d'avoir de mauvaises notes mais je n'en avais rien à cirer...

Si j'ai un simple conseil c'est de ralentir le rythme et si c'est possible, prendre quelques jours de congé. Tu n'es pas obligée de voyager car ça va te faire dépenser beaucoup d'énergie mais rien que le fait de se reposer, glander chez toi, faire des petits trucs, aller marcher longtemps, prendre de très longues douches, sentir l'odeur de ton gel douche et de ton shampoing favori sur tes cheveux est suffisant.

Évite toute activité intellectuelle, je suis une grande lectrice et j'avais cessé de tout lire, lectures académiques compris (bref, une vraie suicidaire mais ça m'a aidé) ou de regarder quoi que ce soit... laisse ton cerveau se vider et limite son travail à gérer des choses basiques comme te réveiller, faire un plat simple, marcher (regarder le feu rouge et faire attention à ne pas glisser,lol), prendre une douche...

Et tu sauras quand tu seras prête pour reprendre ta vie en main... et surtout, ne te force pas quitte à ce que cet état de légume vivant dure des mois... quand tu te sentiras "vidée" de toute pression, reprends ta vie en main petit à petit, reprends tes lectures, tes séries tv préférées,etc.

Il y autre chose, sors avec une seule amie, deux au max... privilégie celles qui sont calmes et pas vraiment fêtardes pour ne pas surcharger ton cerveau.

Et comme tu es maman, contente-toi de sourire à ton bébé, dire des choses simples et si elle fait des bêtises, ne pense même pas à la gronder, laisse faire et surtout, demande de l'aide à ta mère, belle-mère, ton mari, pour t'aider un peu à cette période car tu es à bout de souffle et tu as besoin d'aide pour laisser le max de vide dans ton cerveau.
 
N3alChetane

N3alChetane

Croyez vous ou Burn out? Quels sont les premiers symptômes ? Tous les corps de métiers sont - il menacé ?
Le surménage au travail. Le burn-out c'est une cause de dépression. En gros : "qu'est-ce qui a causé la depression ? " réponse : "c'est le burn-out" .

Ben c'est tous les symptômes de la dépression: stress, moral dans les chaussettes, baisse de tension, idées noires, envie de rien faire, dors mal, pupilles dilatées, fatigue chronique etc
 
Neytha

Neytha

VIB
Agir comment ?
Tu as fait quoi pour ne pas sombrer ?
bonne question franchement @Mellisse

personnellement j'en suis arrivée à attendre l'opération pour avoir une bouffée d'air frais...
c'est dingue de se dire qu'avoir mal et être handicapée est mieux qu’être là bas....

le moment où j'ai pris conscience, c'était qq semaines avant l’opération. il était presque minuit, j'étais encore au bureau, seule dans tout l'immeuble. mon téléphone qui n’arrêtait pas de sonner, mon mari, mes parents, mes potes, qui harcelaient, mon excel qui plantait, j'en pouvais plus et moi incapable de juste éteindre l'ordinateur, de me lever et de juste PARTIR

et tout a lâché, jusqu'alors je disais oui y'a bcp de travail, mais en minimisant le truc. je compte pas le nombre de disputes avec mon entourage. mais là y'a comme un barrage qui a cédé, une chape de je ne sais qoi m'est tombée dessus et j'ai juste pleurer à minuit comme une débile dans mon bureau, j'ai tout éteins et je me suis mise à attendre avec impatience l'opération....
 
Babouchemasquee

Babouchemasquee

VIB
Pour être serieux c'est quelque chose qui peut toucher tout le monde.
En gros tu dors plus, tu stresses, tu es irritable, énervé...
Tu tires sur la corde jusqu'à ce qu'elle lâche et la tu mets des mois voir des années à t'en remettre.
C'est une maladie du travail qualifiée comme le mal du siècle, plusieurs pays l'ont reconnue comme une vraie maladie mais pas la France ( pas encore il me semble que les députés ont voté contre).
Bref dans un monde ou tout doit être rentable et aller a 2000 à l'heure beaucoup de personnes sont touchées par le burn out...
 
L

Liberty95

Non connecté
Pour être serieux c'est quelque chose qui peut toucher tout le monde.
En gros tu dors plus, tu stresses, tu es irritable, énervé...
Tu tires sur la corde jusqu'à ce qu'elle lâche et la tu mets des mois voir des années à t'en remettre.
C'est une maladie du travail qualifiée comme le mal du siècle, plusieurs pays l'ont reconnue comme une vraie maladie mais pas la France ( pas encore il me semble que les députés ont voté contre).
Bref dans un monde ou tout doit être rentable et aller a 2000 à l'heure beaucoup de personnes sont touchées par le burn out...
T'en a déjà fait?

Sinon, c'est bien de venir sur bladi pour décompresser un peu ^^
 
fatimarose

fatimarose

Pour être serieux c'est quelque chose qui peut toucher tout le monde.
En gros tu dors plus, tu stresses, tu es irritable, énervé...
Tu tires sur la corde jusqu'à ce qu'elle lâche et la tu mets des mois voir des années à t'en remettre.
C'est une maladie du travail qualifiée comme le mal du siècle, plusieurs pays l'ont reconnue comme une vraie maladie mais pas la France ( pas encore il me semble que les députés ont voté contre).
Bref dans un monde ou tout doit être rentable et aller a 2000 à l'heure beaucoup de personnes sont touchées par le burn out...
Je pense qu'il devrait y avoir des "cellules " d'aide ou d'informations concernant cette "maladies "
 
Fitra

Fitra

Allah, Souria, Houria wa bass
J'avais atteint ce stade où mon instinct de survie a repris le dessus... ce que j'ai fait? Rentrer chez moi et... dormir . Et je m'en foutais de m'absenter demain, de ne rien foutre de ma vie, j'ai dormi jusqu'à ce que je me suis sentie bien, là je me suis réveillée, je me suis préparé quelque chose de bon puis je me suis reposée, je suis sortie après courir, j'ai laissé couler l'eau chaude sur ma peau pendant de très très longues minutes et j'ai vécu au ralenti pendant quelques semaines, ce qui était grave puisque j'étais en master et je risquais d'avoir de mauvaises notes mais je n'en avais rien à cirer...
Salam aleykoum MissZara :love:

Soubhanallah, c'est exactement ce qui m'est arrivée, j'ai juste décidé de tout lâcher, je n'en pouvais plus. Je voulais me reposer, ne plus avoir cette pression et m'intéresser à d'autres choses aussi. Le problème c'est que j'étais tiraillée entre ça et le fait de continuer (encore le problème du manque de discussion avec autrui et de ne pas relativiser) et j'ai perdu beaucoup de temps dans un mode de vie qui ne me convenait plus. Mais ce temps n'a pas été complètement perdu car j'ai pu guérir toute seule (je suis passée de quasi-"suicidaire" à aimer la vie, avoir de l'espoir, etc., tout ça toute seule) jusqu'à ce que je fasse le grand saut et que je décide d'enfin tout recommencer à zéro. Peu importe de ce que les gens pensent, maintenant je vais bien et je transformerai l'échec en succès. J'aimerais juste raconter un peu tout à ma mère un jour car je ne lui ai jamais dit à quel oint je me sentais mal avant et ce qui m'a menée au burn-out.

Franchement merci pour ton message car il m'a permis de voir que je n'avais pas été la seule à avoir eu ce besoin de lâcher prise car contrairement à toi qui a assumé, moi j'ai beaucoup culpabilisé, j'étais tiraillé entre ce lâcher prise qui me faisait du bien et l'envie de sauver les apparences, même si maintenant c'est derrière moi.
 
Fitra

Fitra

Allah, Souria, Houria wa bass
Pour être serieux c'est quelque chose qui peut toucher tout le monde.
En gros tu dors plus, tu stresses, tu es irritable, énervé...
Tu tires sur la corde jusqu'à ce qu'elle lâche et la tu mets des mois voir des années à t'en remettre.
C'est une maladie du travail qualifiée comme le mal du siècle, plusieurs pays l'ont reconnue comme une vraie maladie mais pas la France ( pas encore il me semble que les députés ont voté contre).
Bref dans un monde ou tout doit être rentable et aller a 2000 à l'heure beaucoup de personnes sont touchées par le burn out...
Moi j'ai mis 2 ans exactement.
 
fatimarose

fatimarose

Salam aleykoum MissZara :love:

Soubhanallah, c'est exactement ce qui m'est arrivée, j'ai juste décidé de tout lâcher, je n'en pouvais plus. Je voulais me reposer, ne plus avoir cette pression et m'intéresser à d'autres choses aussi. Le problème c'est que j'étais tiraillée entre ça et le fait de continuer (encore le problème du manque de discussion avec autrui et de ne pas relativiser) et j'ai perdu beaucoup de temps dans un mode de vie qui ne me convenait plus. Mais ce temps n'a pas été complètement perdu car j'ai pu guérir toute seule (je suis passée de quasi-"suicidaire" à aimer la vie, avoir de l'espoir, etc., tout ça toute seule) jusqu'à ce que je fasse le grand saut et que je décide d'enfin tout recommencer à zéro. Peu importe de ce que les gens pensent, maintenant je vais bien et je transformerai l'échec en succès. J'aimerais juste raconter un peu tout à ma mère un jour car je ne lui ai jamais dit à quel oint je me sentais mal avant et ce qui m'a menée au burn-out.

Franchement merci pour ton message car il m'a permis de voir que je n'avais pas été la seule à avoir eu ce besoin de lâcher prise car contrairement à toi qui a assumé, moi j'ai beaucoup culpabilisé, j'étais tiraillé entre ce lâcher prise qui me faisait du bien et l'envie de sauver les apparences, même si maintenant c'est derrière moi.
Laisser les apparences ! Et assumer sa vie (mental,corps...)
 
soucha

soucha

Float like a butterfly, sting like a bee
Je l'ai frôlé.

Symptômes pour moi: handicap intellectuel: mon cerveau devenait une espèce de légume; déprime; j'avais l'impression que mes méninges brûlaient (au sens propre du terme, ça m'a foutu la peur de ma vie, j'ai eu peur de perdre une fonctionnalité de mon cerveau ou d'une partie de mon corps tellement c'était atroce), fatigue constante, douleurs au bras (nerfs tendus et endoloris), pleurer pour rien, pleurer dès que j'ouvre la bouche pour en parler, dysfonctionnement de sommeil, l'envie de tout arrêter.

Ne jamais prendre ces signes à la légère, il faut agir au plus vite.
J'ai également vecu un épuisement professionnel. Je ne savais pas ce que c'était, je n'ai même pas eu le temps de comprendre ce qui m'arrivait. Tout ce dont je me souviens, c'est que deux téléphones sonnaient en même temps sur mon bureau, que mes yeux se sont emplis de larmes , et que je tremblais. Je me suis dirigée vers le bureau de mon boss que j'ai traité de tous les noms d'oiseaux, et j'ai quitté.
 
Easya

Easya

esperanza
Salut!

Eh ben ce n'est qu'en sombrant que j'ai pu m'en sortir!

Au début, j'étais trop faible pour agir jusqu'au jour où j'ai eu des répercussions physiques... quand tu sens que tes méninges brûlent au sens propre du terme ...mon Dieu, désolée si je suis chiiante mais je tiens à insister sur ce symptôme physique qui m'a causé la trouille de ma vie, jamais je n'aurais cru que mon corps aurait pu souffrir ainsi, c'était comme si quelqu'un a mis mes méninges en feu et je sentais des douleurs atroces de brûlure (j'ai été brûlée quand j'étais petite dans une partie de ma main, c'est pour cela j'ai reconnu ce sentiment et ça m'a fait peur) et le pire, je ne pouvais rien faire car "ça se passe à l'intérieur"... peu importe si je m'imbibais d'eau , rien n'y fait... quand le malaise psychologique devient un vrai malaise physique d'une grande violence (brûlures), c'est que j'étais au fond du gouffre...

Alors j'ai décidé de dire... plus jamais . Peu importe si je ne réussis pas, si je deviens grosse, si tout le monde me voit comme une loser sans aucune volonté, plus jamais je n'infligerai cela à mon corps.

J'avais atteint ce stade où mon instinct de survie a repris le dessus... ce que j'ai fait? Rentrer chez moi et... dormir . Et je m'en foutais de m'absenter demain, de ne rien foutre de ma vie, j'ai dormi jusqu'à ce que je me suis sentie bien, là je me suis réveillée, je me suis préparé quelque chose de bon puis je me suis reposée, je suis sortie après courir, j'ai laissé couler l'eau chaude sur ma peau pendant de très très longues minutes et j'ai vécu au ralenti pendant quelques semaines, ce qui était grave puisque j'étais en master et je risquais d'avoir de mauvaises notes mais je n'en avais rien à cirer...

Si j'ai un simple conseil c'est de ralentir le rythme et si c'est possible, prendre quelques jours de congé. Tu n'es pas obligée de voyager car ça va te faire dépenser beaucoup d'énergie mais rien que le fait de se reposer, glander chez toi, faire des petits trucs, aller marcher longtemps, prendre de très longues douches, sentir l'odeur de ton gel douche et de ton shampoing favori sur tes cheveux est suffisant.

Évite toute activité intellectuelle, je suis une grande lectrice et j'avais cessé de tout lire, lectures académiques compris (bref, une vraie suicidaire mais ça m'a aidé) ou de regarder quoi que ce soit... laisse ton cerveau se vider et limite son travail à gérer des choses basiques comme te réveiller, faire un plat simple, marcher (regarder le feu rouge et faire attention à ne pas glisser,lol), prendre une douche...

Et tu sauras quand tu seras prête pour reprendre ta vie en main... et surtout, ne te force pas quitte à ce que cet état de légume vivant dure des mois... quand tu te sentiras "vidée" de toute pression, reprends ta vie en main petit à petit, reprends tes lectures, tes séries tv préférées,etc.

Il y autre chose, sors avec une seule amie, deux au max... privilégie celles qui sont calmes et pas vraiment fêtardes pour ne pas surcharger ton cerveau.

Et comme tu es maman, contente-toi de sourire à ton bébé, dire des choses simples et si elle fait des bêtises, ne pense même pas à la gronder, laisse faire et surtout, demande de l'aide à ta mère, belle-mère, ton mari, pour t'aider un peu à cette période car tu es à bout de souffle et tu as besoin d'aide pour laisser le max de vide dans ton cerveau.
On devrait avoir la possibilité d'aimer 2 fois un message
Ce que tu dis peu être une solution mais je pense, et c'est mon avis personnel, mais montre aussi une vrai force de caractère pour pouvoir repartir vers l'avant
 
ghost99

ghost99

la totalité du temps se situe dans le présent
Croyez vous ou Burn out? Quels sont les premiers symptômes ? Tous les corps de métiers sont - il menacé ?

Salam, je suis en plein dedans , arrêt depuis un mois et demi, toujours pas "récupéré" :(
 
ghost99

ghost99

la totalité du temps se situe dans le présent
J'ai également vecu un épuisement professionnel. Je ne savais pas ce que c'était, je n'ai même pas eu le temps de comprendre ce qui m'arrivait. Tout ce dont je me souviens, c'est que deux téléphones sonnaient en même temps sur mon bureau, que mes yeux se sont emplis de larmes , et que je tremblais. Je me suis dirigée vers le bureau de mon boss que j'ai traité de tous les noms d'oiseaux, et j'ai quitté.
Salam, j'ai eu les même symptômes , je me suis barré avant d'emplâtrer quelqu'un ,
 
ghost99

ghost99

la totalité du temps se situe dans le présent
J'en ai déjà eu un. Je ne vivais que pour le travail et pensais que ça m'apporterait le bonheur. J'avais des exigences très élevées et travaillais de toute mon âme. Un échec, pour moi qui n'avais que ça, c'était l'effondrement, le cauchemar, la tragédie. Tout cela venait d'une profonde mésestime de moi-même. Au fil des ans, voyant que le travail ne m'apportait aucun bonheur, je me suis mise inconsciemment à travailler moins bien, même si je travaillais encore énormément, car je me décourageais.
C'est là que le burn-out a commencé à surgir, car je perdais ma seule "qualité", ma seule capacité, le cauchemar était là. Arriva ce qui devait arriver : je connus l'échec. Un petit échec, qui fut pour moi comme une catastrophe atomique. C'était du délire, je m'en rends encore plus compte avec le recul.

Alors, je me suis effondrée. J'ai arrêté de travailler pendant très longtemps. C'était une forme de suicide. Tout, j'ai tout lâché. Tout sur tout. Ce n'est que depuis relativement peu de temps que j'émerge à nouveau. J'espère reconstruire, petit à petit, mes forces et mes capacités de travail, et je suis sûre et certaine que ça arrivera. Mais cette fois-ci, de façon plus saine, pas pour un travail qui compenserait une haine de soi, mais une oeuvre saine avec une vision saine.

Si j'avais la même mentalité que maintenant, ça ne serait jamais arrivé. Mais je sais que je ne dois rien regretter, car grâce à ça, je suis devenue ce que je suis, et je me sens tellement mieux intérieurement, maintenant. J'ai vite appris sur moi-même pas mal de choses qui me serviront toute ma vie, grâce à Allah.
Il ne reste plus qu'à finir de réparer les dégâts, et continuer et achever de transformer l'échec en succès, l'échec en tremplin sans lequel je n'aurais jamais obtenu ce que j'obtiendrai et que je n'échangerais pour rien au monde.
Ce moment, je l'attends, j'y crois fermement, et j'y travaille. Grâce à Allah et par Sa permission.

Si tu es touchée, surtout, fais un break, et discute avec tes proches pour qu'ils t'aident à voir au-delà du travail. C'est très important.

tu a été aidé par un spécialiste pour essayer de t'en sortir ?
 
Haut