• En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

La théodicée de sénèque

Ebion

Grüsser
VIB
Bonjour :timide:

Voilà comment Sénèque explique pourquoi les "dieux" accordent autant leurs bienfaits aux méchants qu'aux bons :

"""
XXVIII. « Les dieux aussi, dit-on, comblent de biens les ingrats ». Mais ces bienfaits étaient destinés aux hommes vertueux : s'ils descendent parfois jusqu'aux méchants, c'est que la séparation est impossible. Or, il vaut mieux faire du bien même aux méchants à cause des bons, que de manquer aux bons à cause des méchants. Ainsi tous ces biens que vous citez, le jour, le soleil, les vicissitudes de l'hiver et de l'été, les deux autres saisons intermédiaires et tempérées, l'automne et le printemps, les pluies, les sources d'eau vive, les souffles réglés des vents, ont été créés pour tout le monde : les préférences individuelles étaient impossibles. Un roi offre des honneurs à ceux qui en sont dignes, et le congiaire à ceux-mêmes qui en sont indignes. Le blé public se distribue au voleur, au parjure, à l'adultère, sans distinction des moeurs : il suffit d'être citoyen. Tout ce qui se donne aux hommes, à titre de citoyens, et non à titre d'hommes vertueux, les bons et les méchants le reçoivent également. C'est ainsi que la Divinité a donné en commun au genre humain certaines choses dont nul n'est exclu. Car il était impossible de faire que le vent fût favorable aux bons et contraire aux méchants : or, le bien général voulait que le commerce de la mer fût ouvert, et que l'empire des hommes s'étendît. De même on ne pouvait imposer aux pluies la loi de ne point arroser les terres des méchants et des vicieux. Certaines choses existent en communauté. C'est pour les bons comme pour les méchants que l'on bâtit des villes ; les monuments du génie, publiés et répandus, tombent aussi dans des mains indignes. La médecine assiste même les criminels; on n'a jamais supprimé les recettes salutaires pour empêcher la guérison des méchants. Appliquez la censure, et faites acception de personnes, pour les dons spécialement destinés au mérite, et non pour ceux qui sont jetés sans distinction à la multitude. La différence est grande entre ne point exclure et choisir. La justice se rend à tout le monde; les homicides eux-mêmes jouissent de la paix, et le ravisseur réclame ce qu'on lui a ravi; les meurtriers et les assassins domestiques sont défendus par les murailles contre l'ennemi du dehors : le rempart des lois protège ceux qui les ont le plus outragées. Certains bienfaits ne pouvaient être particuliers qu'en devenant généraux. Ne me citez donc pas les avantages auxquels nous sommes appelés en commun : le bienfait qui doit aller trouver quelqu'un de mon choix, je ne l'accorderai pas sciemment à un ingrat.

"""

(Des bienfaits, livre IV)
 

Ebion

Grüsser
VIB
C'est une explication qui me paraît ingénieuse, mais en fin de compte elle vaut ce qu'elle vaut. Certains vont se l'approprier, d'autres vont la trouver artificielle...

En plus Sénèque ne croit pas au jugement divin après la mort. En fait Sénèque trouve absurde l'idée que les dieux puissent nous punir avant ou après la mort, car pour lui, ils ne sont pas offensés par nos fautes! Ils sont trop parfaits et sereins pour ça!

Quant à l'au-delà, Sénèque ne le prend pas trop au sérieux, malgré le fait qu'il joue parfois avec cette hypothèse (de même, nous pouvons nous-mêmes jouer avec l'hypothèse de la télépathie ou des envahisseurs extra-terrestres...).
 
"""
C'est ainsi que la Divinité a donné en commun au genre humain certaines choses dont nul n'est exclu. Car il était impossible de faire que le vent fût favorable aux bons et contraire aux méchants : or, le bien général voulait que le commerce de la mer fût ouvert, et que l'empire des hommes s'étendît. De même on ne pouvait imposer aux pluies la loi de ne point arroser les terres des méchants et des vicieux. Certaines choses existent en communauté.
"""

(Des bienfaits, livre IV)
j'ai du mal :)
 

felouquier

Nicky31 pour les intimes
Bonjour :timide:

Voilà comment Sénèque explique pourquoi les "dieux" accordent autant leurs bienfaits aux méchants qu'aux bons :

"""
XXVIII. « Les dieux aussi, dit-on, comblent de biens les ingrats ». Mais ces bienfaits étaient destinés aux hommes vertueux : s'ils descendent parfois jusqu'aux méchants, c'est que la séparation est impossible. Or, il vaut mieux faire du bien même aux méchants à cause des bons, que de manquer aux bons à cause des méchants. Ainsi tous ces biens que vous citez, le jour, le soleil, les vicissitudes de l'hiver et de l'été, les deux autres saisons intermédiaires et tempérées, l'automne et le printemps, les pluies, les sources d'eau vive, les souffles réglés des vents, ont été créés pour tout le monde : les préférences individuelles étaient impossibles. Un roi offre des honneurs à ceux qui en sont dignes, et le congiaire à ceux-mêmes qui en sont indignes. Le blé public se distribue au voleur, au parjure, à l'adultère, sans distinction des moeurs : il suffit d'être citoyen. Tout ce qui se donne aux hommes, à titre de citoyens, et non à titre d'hommes vertueux, les bons et les méchants le reçoivent également. C'est ainsi que la Divinité a donné en commun au genre humain certaines choses dont nul n'est exclu. Car il était impossible de faire que le vent fût favorable aux bons et contraire aux méchants : or, le bien général voulait que le commerce de la mer fût ouvert, et que l'empire des hommes s'étendît. De même on ne pouvait imposer aux pluies la loi de ne point arroser les terres des méchants et des vicieux. Certaines choses existent en communauté. C'est pour les bons comme pour les méchants que l'on bâtit des villes ; les monuments du génie, publiés et répandus, tombent aussi dans des mains indignes. La médecine assiste même les criminels; on n'a jamais supprimé les recettes salutaires pour empêcher la guérison des méchants. Appliquez la censure, et faites acception de personnes, pour les dons spécialement destinés au mérite, et non pour ceux qui sont jetés sans distinction à la multitude. La différence est grande entre ne point exclure et choisir. La justice se rend à tout le monde; les homicides eux-mêmes jouissent de la paix, et le ravisseur réclame ce qu'on lui a ravi; les meurtriers et les assassins domestiques sont défendus par les murailles contre l'ennemi du dehors : le rempart des lois protège ceux qui les ont le plus outragées. Certains bienfaits ne pouvaient être particuliers qu'en devenant généraux. Ne me citez donc pas les avantages auxquels nous sommes appelés en commun : le bienfait qui doit aller trouver quelqu'un de mon choix, je ne l'accorderai pas sciemment à un ingrat.

"""

(Des bienfaits, livre IV)
j'adore ...
 

felouquier

Nicky31 pour les intimes
C'est une explication qui me paraît ingénieuse, mais en fin de compte elle vaut ce qu'elle vaut. Certains vont se l'approprier, d'autres vont la trouver artificielle...

En plus Sénèque ne croit pas au jugement divin après la mort. En fait Sénèque trouve absurde l'idée que les dieux puissent nous punir avant ou après la mort, car pour lui, ils ne sont pas offensés par nos fautes! Ils sont trop parfaits et sereins pour ça!

Quant à l'au-delà, Sénèque ne le prend pas trop au sérieux, malgré le fait qu'il joue parfois avec cette hypothèse (de même, nous pouvons nous-mêmes jouer avec l'hypothèse de la télépathie ou des envahisseurs extra-terrestres...).
elle est plus qu'ingénieuse , elle est divine !

c'est ça un vrai livre saint ! et c'est la base de toute les républiques qui se respectent...

sinon au sujet de Sénèque et de l'haut delà, tu peux sortir ses écrits sur le sujet au lieu de nous donner uniquement ton avis sur un autre texte que celui que tu as posté ?
 
Je donne la définition au cas ou ...
Partie de la métaphysique qui justifie Dieu du mal qui pourrait constituer une objection à sa bonté ou à son existence.
Partie de la théologie qui traite de Dieu et de ses attributs.

ÉTYMOLOGIE
Du grec, Dieu, et, justice.

PS: Sénèque (en latin Lucius Annaeus Seneca), né à Corduba, dans le sud de l'Espagne, entre l'an 4 av. J.-C. et l'an 1 ap. J.-C., mort le 12 avril 65 ap. J.-C., est un philosophe de l'école stoïcienne, un dramaturge et un homme d'État romain du Ier siècle. Il est parfois nommé Sénèque le Philosophe, Sénèque le Tragique ou Sénèque le Jeune pour le distinguer de son père, Sénèque l'Ancien. wiki
 
Haut