Apprends moi tarifachte

soheyla

Why not !!!
moi , je : nech

tu : chek (chem (fem.)

il : netta

elle: nattath

nous : nachine

vous : kaniw kanint (fem.)

eux : nithni le "th" la quatrième lettre en arabe

elles : nithanti


sam7ayi temsamani je me suis permise de rajouter ou modifier :)
 
soheyla à dit:
moi , je : nech

tu : chek (chem (fem.)

il : netta

elle: nattath

nous : nachine

vous : kaniw kanint (fem.)

eux : nithni le "th" la quatrième lettre en arabe

elles : nithanti


sam7ayi temsamani je me suis permise de rajouter ou modifier :)

ca depend des regions vers nador c plutot nihni et non pas nithni

mais merci kan meme
 
SOUSOUdu29 à dit:
salam aleykoum a tous le monde, j'aimerai savoir comment on dit:
es tu énervé
eske tu m'a menti a propos de...
de koi tu n'aima pas ke l'on te parle
je n'arrive pas a me décider
t'kabriath ma? /a9ach messeb ma?
tskhale9eth kh'...ma?
men 7achet wateghsseth adsiwiregh?
ozemagh adkhthagh

th : prononcer comme le the anglosaxon
kh : prononcer comme khouya (mon frere
gh : prononcer comme le "r" francais"
r: prononcer comme le "r" de "rajel" : homme (en arabe
 

ThePacific

La patience n'a d'endurance que dans l'épreuve.
tarifacht? quelqu'un peux nous expliquer ce mot! c'est pas tarifit par hasard qui devient tarifacht avec une prononciation différente de la majorité?
Azul/Salam wa 3alaykoum Amsrar ^^

Je pense que le mot est un dérivé de la Darija Marocaine au même titre que si l'on disait(en Arabe Marocain) "Rifi" ou "Rifiya".
Moi je prononce toujours le mot "tarifecht" pour désigner une "femme Rifaine ou désigner la "langue Rifaine".
Par exemple, quand je dis que "je parles le Bérbère Rifain", je dirai "Sawarekh Tharifesh'te"
Ou encore pour dire que "c'est une Bérbère Rifaine", je dirai "natath Tarifesh'ste".




PS: c'est bien d'avoir déterré ce post:cool:
Je viens de le parcourir un peu et certains échanges sont enrichissants!..
Dommage qu'il n'y ait plus de participations à ce genre de post de la part des Irifiyenes/Tirifiyennes
 
Azul/Salam wa 3alaykoum Amsrar ^^

Je pense que le mot est un dérivé de la Darija Marocaine au même titre que si l'on disait(en Arabe Marocain) "Rifi" ou "Rifiya".
Moi je prononce toujours le mot "tarifecht" pour désigner une "femme Rifaine ou désigner la "langue Rifaine".
Par exemple, quand je dis que "je parles le Bérbère Rifain", je dirai "Sawarekh Tharifesh'te"
Ou encore pour dire que "c'est une Bérbère Rifaine", je dirai "natath Tarifesh'ste".




PS: c'est bien d'avoir déterré ce post:cool:
Je viens de le parcourir un peu et certains échanges sont enrichissants!..
Dommage qu'il n'y ait plus de participations à ce genre de post de la part des Irifiyenes/Tirifiyennes
tarifecht justement sonne amazigh pour moi et pas arabe, le système phonétique dans ce mot est claire et net. mais si tu me dis que c'est pas tarifit je te crois car tu est bien placé pour le savoir. alors pour l'arabe marocain est un myth tout comme le dialecte marocain, ça n'existe pas, c'est juste que leur dialecte n'a pas un vrai nom autentique du coup il lui colle tous genre de nominations vague comme la mer car il n'a pas une histoire profonde comme nos dialectes à nous.
 

ThePacific

La patience n'a d'endurance que dans l'épreuve.
Ça doit dépendre des coins, du côté de chez moi on a jamais utilisé ce mot,on a toujours dit tmazight....
Par chez moi aussi on le dit ainsi, et comme tu dis, le mot "Tarifesh'te" est propre à la région du Rif.
Le mot "Th'mazight" englobe la totalité de la langue Bérbère, donc ça ne cible pas trop la langue propre à une région.

Par conséquent, si je me trouve dans une région Bérbère du nord Marocain et que l'on me pose la question "sawaredh th'mazirte?..", je répondrai instinctivement "wa8!.." sans vraiment chercher à savoir si c'est du Chleu7(Chel7i ou Chel7iya en Darija Marocaine) dont on me parle, parce que je sais que ce sera le même dialècte que moi(ou approximativement le même).
 
tarifacht? quelqu'un peux nous expliquer ce mot! c'est pas tarifit par hasard qui devient tarifacht avec une prononciation différente de la majorité?
En gros tarifachat se prononce à l'est vers les provinces de Driouch et Nador et tarifit à l'ouest
Mais c'est neologisme récent , nos parent Rifains ou grand-parents et ancêtres parlaient eux de Tamazight
et ne connaissaient pas ce "tarifit" ou "tarifichat"
Il existe un article de Moulay Mohand de 1914 quand il collaborait encore avec le journal espagnol de Melilla "el telegrama del Rif"
et donnait cours de "shelha" ou amazigh , Il utilise le terme de "Shelha" concept général utilisé dans l'ensemble du maroc (et du maghreb)
à l'époque comme synonyme de "berbère" et il parle de "tamasigt" (tamazight) en particulier quand il s'agit du "dialecte" rifain!

LA LANGUE BERBERE
Par Mohamed Ben Abd-El-Krim

Les trois quarts de la population de l'empire marocain
sont de race berbère, le reste correspond à ceux d’
origine arabe. Non seulement cela est vrai, en plus on
peut affirmer qu'en Afrique du Nord, du Souss jusqu'au
Tunésie, les populations berbères sont prépondérantes
à tel point que les ezhuanes (habitants au delà
d'Alger),parlent presque la même langue que les
habitants du Rif.
A partir de cette observation, il résulte d'une grande
importance l'étude de "schelja"(tamazight en espagnol)
pour les espagnols et un pari réussi du Général
Jordana de proposer son enseignement de manière
officielle.
Le berbère ou "schelja" offre divers dialectes, et
celui que parlent nos concitoyens est le "tamasigt",
mot dérivé de "madeguis"(repris comme tel dans le
texte originel, écrit en espagnol), qui est le nom
d'un des fondateurs des populations berbères de ces
territoires.
Les maures n'écrivent pas de "schelja", mais pour son
enseignement, il conviendrait transcrire ses sons en
espagnol ou en arabe, puisque à travers ces deux
graphies, on peut exprimer facilement ses sons,
fortement gutturaux et spirantisés. Son architecture
grammaticale, même s'il est très compliquée, n'arrête
pas de nous offrir des difficultés et surtout ce que
représente pour l'européen la prononciation de larges
exercices et la continuelle pratique.
Dans cette région, le "schelja" a reçu dans son
dictionnaire pas mal de mots arabes. Par contre au
Souss, il est plus pur vu qu'il n'a pas pu subir
l'influence d'autres langues.
Honoré par cette nomination en tant que professeur de
"schelja" dans l'Académie Officielle de cette ville,
je devrais répondre à la confiance faite en ma
personne, en essayant de déployer tous mes efforts en
faveur de cette finalité, c'est-à-dire, que dans peu
du temps, il y aurait des personnes capables de
s'entendre avec les autochtones.
Au vénérable père franciscain espagnol Pedro
Sarrionandia (auteur du livre <<la lengua rifenya>>en
1905 et 1925), homme très cultivé, correspond la
gloire d'avoir écrit une grammaire très complète de
"schelja" dont la confection démontre ses profondes
connaissances de la langue. Et quant à moi, dans mon
rôle de professeur, appuyé par mon auxiliaire Mohamed
Tah-Tah, je me propose de suivre sa méthode
d'exposition et utiliser les thèmes et exercices que
le livre contient.
Les exercices quotidiens consisteraient en fait
l’écriture dans les ardoises et les traductions, et
quand les élèves auraient acquis un certain niveau,
nous aurions des pratiques de conversation.
Mes souhaits c'est ce que tout le monde qui suit ses
classes, militaires ou compatriotes, arrivent à
posséder une langue fortement nécessaire ici, et je
prie à Dieu à nous aider dans cette tâche.

Mohamed Ben Abd-El-Krim,
Professeur de l'Académie de « Schelja ».
El Telegrama del Rif, Melilla, 2 octobre 1914.

mohand_bereber.jpg
 
En gros tarifachat se prononce à l'est vers les provinces de Driouch et Nador et tarifit à l'ouest
Mais c'est neologisme récent , nos parent Rifains ou grand-parents et ancêtres parlaient eux de Tamazight
et ne connaissaient pas ce "tarifit" ou "tarifichat"
Il existe un article de Moulay Mohand de 1914 quand il collaborait encore avec le journal espagnol de Melilla "el telegrama del Rif"
et donnait cours de "shelha" ou amazigh , Il utilise le terme de "Shelha" concept général utilisé dans l'ensemble du maroc (et du maghreb)
à l'époque comme synonyme de "berbère" et il parle de "tamasigt" (tamazight) en particulier quand il s'agit du "dialecte" rifain!

LA LANGUE BERBERE
Par Mohamed Ben Abd-El-Krim

Les trois quarts de la population de l'empire marocain
sont de race berbère, le reste correspond à ceux d’
origine arabe. Non seulement cela est vrai, en plus on
peut affirmer qu'en Afrique du Nord, du Souss jusqu'au
Tunésie, les populations berbères sont prépondérantes
à tel point que les ezhuanes (habitants au delà
d'Alger),parlent presque la même langue que les
habitants du Rif.
A partir de cette observation, il résulte d'une grande
importance l'étude de "schelja"(tamazight en espagnol)
pour les espagnols et un pari réussi du Général
Jordana de proposer son enseignement de manière
officielle.
Le berbère ou "schelja" offre divers dialectes, et
celui que parlent nos concitoyens est le "tamasigt",
mot dérivé de "madeguis"(repris comme tel dans le
texte originel, écrit en espagnol), qui est le nom
d'un des fondateurs des populations berbères de ces
territoires.
Les maures n'écrivent pas de "schelja", mais pour son
enseignement, il conviendrait transcrire ses sons en
espagnol ou en arabe, puisque à travers ces deux
graphies, on peut exprimer facilement ses sons,
fortement gutturaux et spirantisés. Son architecture
grammaticale, même s'il est très compliquée, n'arrête
pas de nous offrir des difficultés et surtout ce que
représente pour l'européen la prononciation de larges
exercices et la continuelle pratique.
Dans cette région, le "schelja" a reçu dans son
dictionnaire pas mal de mots arabes. Par contre au
Souss, il est plus pur vu qu'il n'a pas pu subir
l'influence d'autres langues.
Honoré par cette nomination en tant que professeur de
"schelja" dans l'Académie Officielle de cette ville,
je devrais répondre à la confiance faite en ma
personne, en essayant de déployer tous mes efforts en
faveur de cette finalité, c'est-à-dire, que dans peu
du temps, il y aurait des personnes capables de
s'entendre avec les autochtones.
Au vénérable père franciscain espagnol Pedro
Sarrionandia (auteur du livre <<la lengua rifenya>>en
1905 et 1925), homme très cultivé, correspond la
gloire d'avoir écrit une grammaire très complète de
"schelja" dont la confection démontre ses profondes
connaissances de la langue. Et quant à moi, dans mon
rôle de professeur, appuyé par mon auxiliaire Mohamed
Tah-Tah, je me propose de suivre sa méthode
d'exposition et utiliser les thèmes et exercices que
le livre contient.
Les exercices quotidiens consisteraient en fait
l’écriture dans les ardoises et les traductions, et
quand les élèves auraient acquis un certain niveau,
nous aurions des pratiques de conversation.
Mes souhaits c'est ce que tout le monde qui suit ses
classes, militaires ou compatriotes, arrivent à
posséder une langue fortement nécessaire ici, et je
prie à Dieu à nous aider dans cette tâche.

Mohamed Ben Abd-El-Krim,
Professeur de l'Académie de « Schelja ».
El Telegrama del Rif, Melilla, 2 octobre 1914.

Regarde la pièce jointe 344473
tanmirt blondin.
 
Hello

Je pensais à toi @blondin quand enfin ferrouja rass feruj a décider de suivre tardivement l'actualité.
J'ai vu qu'un certain comique du nom de Yassine Gibraltar a ose vanné les rifains donc si le débat est clos je relance pour le faire *****.
Voici ma contribution sur ce topic dédié a l'apprentissage du rifain lol.
 
les populations berbères sont prépondérantes
à tel point que les ezhuanes (habitants au delà
d'Alger),parlent presque la même langue que les
habitants du Rif.

Je pense que Amghar Mohand doit sans doute parler des Aurésiens. Je me demande comment il a pu savoir qu'on avait un lien avec eux?
Le parler Zénète de l'Ouest a aussi des similitudes avec nous.

Dans cette région, le "schelja" a reçu dans son
dictionnaire pas mal de mots arabes. Par contre au
Souss, il est plus pur vu qu'il n'a pas pu subir
l'influence d'autres langues.

Je me demande comment Tassoussit est resté aussi pure? Ils ont aussi subi des influences pourtant.
Mes félicitations à eux! :)
 
Je pense que Amghar Mohand doit sans doute parler des Aurésiens. Je me demande comment il a pu savoir qu'on avait un lien avec eux?
Le parler Zénète de l'Ouest a aussi des similitudes avec nous.
Je ne crois pas , les "ezhuanes" si je ne me trompe pas ce sont les Izwawen (kabyle)
Ceci dit Mohand khattabi est un homme de son temps plein de préjugés et de connaissances limitées comme les lettrés
de son époque ...faisait-il une différence entre kabyles et auresiens ? je ne sais pas !
 
Je pense que Amghar Mohand doit sans doute parler des Aurésiens. Je me demande comment il a pu savoir qu'on avait un lien avec eux?
Le parler Zénète de l'Ouest a aussi des similitudes avec nous.



Je me demande comment Tassoussit est resté aussi pure? Ils ont aussi subi des influences pourtant.
Mes félicitations à eux! :)
Bonjour tadawit, en faite c'est tclḥit ou saclḥiys comme on dit nous car tasousit c'est limiter dans la zone géographique de ceux qui ont une prononciation légers comme on dit chez nous "avec une présence parfois de la cosonne ḥ à la place de la consonne ɣ", sans oublier que leur prononciation et l'apprentissage de leur tachlhit est plus facile que la notre à cause de certaine rigueur de prononciation ou une composition musical de prononciation:
exemple:

tasusit:
- ftiḥ ar dars nniḥ as samḥiyyi, ar tsgllab tmɣart alln ns zund iḥ tẓṛa baɣrar!

saclḥiys n iza usmlal lli ganin ismlaln:
- ddiɣ ar zars nniɣ as ṣamḥiyy, ar tsgllab smɣars alln nns zuz iɣ tẓṛa baɣrar!

chez nous, le "d" des fois est remplacer par "z", le "t" des fois par "s", il n y'a pas qu'un sachlhiys mais plusieurs, selon la zone la prononciation change, à taroudant c'es pas mal de "x"......je crois que vous avez aussi des tarifit différente d'une région à une autre, cette différence moi je l'appelle une musique propre à chacun
sans oublier que notre saclḥiys est plus chanteur, bref le therme qu'il faut c'est tachlhit ou sachlhiys.

pour répondre à l'influence, depuis muhand bn 3bdlkrim lkhttabi, les choses ont pas mal changé d'ailleurs chez vous aussi, à souss il y'a des influences bien évidemment mais tu les trouve dans les villes mais pas dans les endroits isolé, on va dire plus l'endroit est isolé plus il y'a moins d'influence au niveau de tous et pas seulement linguistiquement d'où l'avantage de l'isolement des autres.
alors tachlhit a subit aussi, espérant qu'un jour on va faire subir cela et l'histoire va tout emballer d'injustice comme l'a fait tifinagh qui a disparu pendant pas mal de siècles et puis elle se montre de nul part, il y'a une force spirituelle croyez moi qui agit, celà semble long pour nous ou complétement absent mais ça existe et ça réagit.
même si tachlhit a influencé darija, ce language que tout le monde parle (ironie) mais qui n'a pas de nom propre à lui.
 
Je ne crois pas , les "ezhuanes" si je ne me trompe pas ce sont les Izwawen (kabyle)
Ceci dit Mohand khattabi est un homme de son temps plein de préjugés et de connaissances limitées comme les lettrés
de son époque ...faisait-il une différence entre kabyles et auresiens ? je ne sais pas !

L'accent kabyle est très proche de l'accent d'el Hoceima en tout les cas.
Que veux tu dire lorsque tu dis que Amghar Mohand avait des connaissances limitées?
 
Bonjour tadawit, en faite c'est tclḥit ou saclḥiys comme on dit nous car tasousit c'est limiter dans la zone géographique de ceux qui ont une prononciation légers comme on dit chez nous "avec une présence parfois de la cosonne ḥ à la place de la consonne ɣ", sans oublier que leur prononciation et l'apprentissage de leur tachlhit est plus facile que la notre à cause de certaine rigueur de prononciation ou une composition musical de prononciation:
exemple:

tasusit:
- ftiḥ ar dars nniḥ as samḥiyyi, ar tsgllab tmɣart alln ns zund iḥ tẓṛa baɣrar!

saclḥiys n iza usmlal lli ganin ismlaln:
- ddiɣ ar zars nniɣ as ṣamḥiyy, ar tsgllab smɣars alln nns zuz iɣ tẓṛa baɣrar!

chez nous, le "d" des fois est remplacer par "z", le "t" des fois par "s", il n y'a pas qu'un sachlhiys mais plusieurs, selon la zone la prononciation change, à taroudant c'es pas mal de "x"......je crois que vous avez aussi des tarifit différente d'une région à une autre, cette différence moi je l'appelle une musique propre à chacun
sans oublier que notre saclḥiys est plus chanteur, bref le therme qu'il faut c'est tachlhit ou sachlhiys.

Bonjour dda Amsrar,

Merci pour toutes tes explications, mais l'appellation "tachelḥit" n'était-elle pas une invention des colons français?

pour répondre à l'influence, depuis muhand bn 3bdlkrim lkhttabi, les choses ont pas mal changé d'ailleurs chez vous aussi, à souss il y'a des influences bien évidemment mais tu les trouve dans les villes mais pas dans les endroits isolé, on va dire plus l'endroit est isolé plus il y'a moins d'influence au niveau de tous et pas seulement linguistiquement d'où l'avantage de l'isolement des autres.

Comment se fait-il que les villages isolés dans le Souss, résistent à l'arabisation (darija) et que les villages Jbalas isolés ont été influencés?
En Algérie, on retrouve beaucoup d'écrits sur le parler des Warsenis, il y a plus d'1 siècle et demi et aujourd'hui il n'y a plus rien. Quelle tristesse !!

alors tachlhit a subit aussi, espérant qu'un jour on va faire subir cela et l'histoire va tout emballer d'injustice comme l'a fait tifinagh qui a disparu pendant pas mal de siècles et puis elle se montre de nul part, il y'a une force spirituelle croyez moi qui agit, celà semble long pour nous ou complétement absent mais ça existe et ça réagit.
même si tachlhit a influencé darija, ce language que tout le monde parle (ironie) mais qui n'a pas de nom propre à lui.

Tu m'as rendu optimiste ! :p
C'est vrai qu'il y a beaucoup d'ouvrages en Thamazight et qu'on voit du Tifinagh partout dans les bureaux administratifs etc...

Par contre, là où je suis toujours déçu c'est au niveau de l'apprentissage de Thamazight, pour moi cela reste un véritable échec.
Lorsqu'on parle de politique, de jurisprudence, de sciences, de religion etc... On doit toujours basculer dans une autre langue.

Tant qu'on switchera sur une autre langue et qu'on s'exprimera en français ou arabe dans les forums, on finira par disparaître.

La seule note positive, c'est que la langue arabe perd du terrain face à l'hégémonie des turcs, des perses et voir même les kurdes.

Par exemple en Syrie, les arabes syriens dans les zones du Kurdistan apprennent le kurde, et dans les zones pro-turcs, les arabes apprennent le turc !

Al Bab qui était une ville arabe est devenu une ville turque ! La ville arabe de Raqqa est dirigé par les kurdes.

Nous pourrions voir un résultat similaire dans les zones de Nefusas en Libye.
 
Bonjour dda Amsrar,

Merci pour toutes tes explications, mais l'appellation "tachelḥit" n'était-elle pas une invention des colons français?
D'ailleurs peut être que je parais vieux mais c'est pas le cas, pour tes propos je n'ai pas d'informations dessus alors je ne peux ni affirmer ni nier. si tu a des sources sérieuse sur le faite que le mot "tachlhit" a été donné par les colons en premier, merci de les partager.
 
Comment se fait-il que les villages isolés dans le Souss, résistent à l'arabisation (darija) et que les villages Jbalas isolés ont été influencés?
En Algérie, on retrouve beaucoup d'écrits sur le parler des Warsenis, il y a plus d'1 siècle et demi et aujourd'hui il n'y a plus rien. Quelle tristesse !!
les villages à souss au moins ceux que je connais résistent encore, peut être pas ceux que je ne connais pas, car souss c'est gigantesque. pour jbala, peut être il y'a eu des détails qui sont arrivé qui ont provoqué cette arabisation, peut être leur histoire est plus complexe, faut chercher ladesus et certainement tu trouvera des réponses mais normalement l'isolement est avantageux pour se protéger des influences extérieur, l'histoire est un ensemble de détails qui se succèdent qui amène à ce qui arrive et chaque détail est important.
 
Haut