Vivre sans objets : qui sont les « minimalistes » ?

Un jean, trois T-shirts, une brosse à dent, un laptop et un smartphone. Voilà, à peu de choses près, la liste des objets dont vous avez besoin pour vivre à la mode minimaliste. Une tendance qui s'affirme, quelque part entre refus du consumérisme, écologie sociale et hyperconnexion. Pour en savoir plus sur ce mouvement informel, nous avons interrogé deux de ses principaux praticiens et penseurs : le Japonais Fumio Sasaki, auteur du livre Goodbye Things, et l'Américain Josha Becker, auteur du blog Becoming Minimalist.

Rappelez-vous. Il y a (très) longtemps, les Japonais inventaient le jardin zen. Un peu de sable, quelques cailloux, un râteau... pour des heures de méditation garanties. Depuis, le design nippon, sobre, épuré, minimal, a fait sa route. Transposé au monde ultraconnecté d’aujourd’hui, cette sobriété a donné naissance à une tendance en forme d’art de vivre, pour ne pas dire de mouvement militant, pouvant prendre des formes parfois jusqu’au-boutistes. Un néo-minimalisme qui s’oppose aux affres consuméristes du monde actuel et propose de se débarrasser du futile pour se recentrer sur l’essentiel. Les objets en moins.

Le bonheur, simple comme un placard vide

Pour ses adeptes, le minimalisme s’impose comme une évidence. La définition qu’en donne Fumio Sasaki semble même d’une logique implacable : « Le minimalisme est un style de vie dans lequel vous limitez ce que vous possédez à l’absolu minimum dont vous avez besoin pour vivre. »

« Au fur et à mesure que je me débarrassais des objets, j’ai lentement commencé à comprendre ce qu’était le bonheur »

Sasaki, 38 ans, est l’un des chefs de file de ce mouvement informel. Co-auteur du blog japonais Minimal & ism, dont le mantra est « l'avenir, c'est moins », il vient de publier un livre intitulé Goodbye things (W. W. Norton & Company, 2017), un manifeste dans lequel il décrit son expérience et incite le lecteur à le suivre. Il y présente des exemples de foyers minimalistes et explique comment il a décidé de prendre sa vie en main en se débarrassant des objets qui l’encombraient. Après avoir jeté les livres qu’il ne lisait pas, les vêtements qu’il ne portait pas et la guitare dont il ne jouait plus, Sasaki a corrigé sa boulimie compulsive pour la collection d’objets - d'antiquités en particulier - pour parvenir à un meilleur focus et, surtout, être « plus heureux qu’il ne l’a jamais été. Au fur et à mesure que je me débarrassais des objets, j’ai lentement commencé à comprendre ce qu’était le bonheur », confie-t-il.
 
Il précise, avec un bon sens toujours implacable, qu'il y a « un bénéfice à posséder un objet, quel qu’il soit, mais aussi des bénéfices à ne pas le posséder : votre environnement est plus facile à gérer, vous disposez de davantage d’espace et vous pouvez même apprendre à mieux vous satisfaire de ce vous possédez déjà. »
De fait, une multitude de convaincus, souvent trentenaires et célibataires mais pas seulement, affichent volontiers sur le Web les images dépouillées de leurs placards quasi vides et de leurs lieux de vie réduits à leur plus simple expression, tout en fournissant conseils, recommandations et même en proposant des séminaires de formation à toutes celles et ceux qui veulent simplifier leur vie et en finir avec les choses.

Une évolution inéluctable ?

Si la tendance émane du pays du soleil levant, pour Sasaki, elle a évidemment vocation à s'étendre demain partout ailleurs dans le monde. Soulignant que son livre a été publié en 14 langues et sur trois continents (il le sera en France cette année), l'auteur se dit persuadé que « ce que nous avons en commun dépasse les différences culturelles. Nous vivons à l’ère du globalisme, et nous sommes tous surchargés de biens matériels et d’informations, donc le besoin de réduire et désencombrer va probablement apparaître dans tous les pays. »

D’ailleurs, pour l’Américain Joshua Becker, auteur du blog Becoming minimalist,« le mouvement prend de l’ampleur », renforcée par d’innombrables articles, blogs, livres et réunions physiques, qui décrivent le phénomène et invitent à s’en emparer. Joshua Becker propose même « 10 raisons expliquant la croissance du minimalisme », allant de la crise financière mondiale (qui nous pousse à réduire nos budgets individuels) à l’esthétique, en passant par l’éveil social ou la révolution numérique.
 
« Un nombre croissant de gens réfléchis commence à chercher le bonheur dans les relations, les causes sociales, et le sens »

Plus important sans doute, le blogueur souligne « la prise de conscience que la vie ne se résume pas à posséder. Le consumérisme se porte bien, les publicités continuent à nous dire que notre prochain achat nous apportera satisfaction, et les gens continuent à le croire. Mais un nombre croissant de gens réfléchis commence à saisir le mensonge et le doute dans cette affirmation. Ils ont essayé de trouver le bonheur via la propriété, mais s’en sont trouvés inassouvis. Et par conséquent ils commencent à chercher le bonheur et l’épanouissement à d’autres endroits : dans les relations, les causes sociales, et le sens. »

« Le minimalisme est aussi très accessible, ce qui explique son fort potentiel », conclut Sasaki. Après tout, « accumuler des objets nécessite de l’argent, ce que tout le monde n’a pas, tandis que quiconque peut réduire ce qu’il possède actuellement. » Un argument imparable. Allez, c’est décidé : demain je jette deux de mes trois théières !
 
Devenir minimaliste en trois leçons

1 / Arrêtez d’accumuler

Si vous avez dû acheter une seconde valise pour rapporter bibelots et breloques de votre dernier week-end à Marrakech, vous avez tout faux. Si vous collectionnez les sous-bocks ou les jouets McDo depuis votre plus tendre enfance, ou si vos armoires sont en « alerte avalanche » permanente, c’est mal. Le minimaliste ne s’encombre pas d’objets inutiles, il se limite à ce dont il a besoin pour dormir, manger, travailler et socialiser. Le reste est superflu. Jetez, on vous dit !

2 / Tirez parti du numérique

On peut tout numériser (ou presque). Vous n’écouterez donc plus jamais les vieux vinyles 33 tours de vos parents, ni ne revendrez leur collection de DVD. Tous vos livres ne sont que des nids à poussière, dont la version numérique fera tout aussi classe sur l’étagère virtuelle de votre iPad. Cloud et mobile sont de puissants réservoirs à souvenirs, et quasiment les seuls outils nécessaires pour apprendre, s’informer, communiquer et socialiser.

3 / Résistez

« Le minimalisme requiert une certaine dose de force de volonté et de pratique », prévient Sasaki, évoquant « l’aptitude à lâcher prise. » Dans les galeries marchandes ou sur le Web, les tentations seront nombreuses. Ignorez les publicités racoleuses et luttez contre la démangeaison consumériste. Les gadgets futiles (connectés ou non), décorations superflues et objets utilitaires que vous possédez déjà sont vos ennemis. Non, vous n’avez pas besoin d’un nouveau pyjama. D’ailleurs, vous n’avez pas vraiment besoin d’un pyjama.

https://usbeketrica.com/article/vivre-sans-objets-qui-sont-les-minimalistes
 

typologie

aedem sed aliter
Bladinaute averti
le minimalisme a toujour existé juste une remise à jour de notion tel que l'ascese

il y a un livre qui donne une nouvel approche :c une methode de rangement Konmarie qui elle meme doit etre influencé par sa culture japonaise et par le toyotisme :
https://www.bladi.info/threads/gaspillage.449762/#post-15011378
https://www.bladi.info/threads/culture-japonaise.449110/page-2#post-14992011
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Kondō

au sujet de 2 / Tirez parti du numérique
mais cela ne concerne pas que le materiel mais aussi le mental et le virtuel
en faite les 3 sont relié et cela est relié à l'addiction qui est relié à un mal etre que l'on cherche à compensé à defaut de pouvoir le corriger ...
c le moteur surlequel s'appuie la consomation : la frustration
certain en surpporte pas le desordre (ex: perfectionniste) et l'accumulation alors que d'autre c le contraire (ex: accumulateur compulsif sous toute ces formes (materiel affective connaissance ) :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Syllogomanie

nous accumulons beaucoup de connaissance mais c comme un pc mal optimisé
beaucoup de process et de dossier ouvert et qui tourne en arriere plan
nous ralenti et epuise nos ressource et capacité ...
 
Dernière édition:

etre2en1

intersex people are cool
VIB
Pas de télé, j'ai mon pc, pas de machine à laver le linge, il y a la laverie, pas de frigo, pas de congélo, je mange ultra frais ou des non périssables, pas de voiture, il y a le bus, pas de téléphone portable, j'appelle personne et on ne m'appelle pas et j'ai déjà celui VOIP illimité international.
Voilà du minimalisme moderne écolo.
 

typologie

aedem sed aliter
Bladinaute averti
derriere cette question de depouillement il y a la question de notre connection à la nature et notre vrai nature
et de la question d’indépendance d'autonomie et de liberté
opposition entre nomade et citadin cette question avait deja eté soulevé dans le recit de gilgamesh contre enkidu puis dans la bible abel et cain jusqu'a jean le baptiste etc ... :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Enkidu#Transformation

De bien des façons, la métamorphose d'Enkidu peut représenter la puissance de séduction exercée par les ville-États de Mésopotamie. Ses origines (la steppe) et sa vie au milieu des bêtes sauvages suggèrent le chasseur-cueilleur vivant en marge du territoire des premiers fermiers de l'Irak méridional. Sa transformation et l'acceptation de la vie citadine représente la lente assimilation de cette population nomade par la civilisation agricole.



aujourd'hui notre mode de vie est en complete opposition nous sommes litteralement gavé de tout et de n'importe quoi on ressemble à du betail en cage incapable de connaitre nos reele besoin instinct nature meme nos sens atrophie aprés l'on nous parle d'homme augmenté :
https://www.bladi.info/threads/changement-perception.449937/#post-15036332
https://www.bladi.info/threads/questions-existentielles.453480/#post-15111409

on est loin des premiers hommes qui on decidé de vivre par leur propre moyen et ceux de la providence dans les desert de sable et de glace ...
 
Dernière édition:

janoum

VIB
Ça me fait penser a cette vieille dame a qui je faisait des soins, qui me parlais du passé, de son defunt mari, des bochs..le présent pour elle s'était une salle d'attente de la mort, elle vivait dans une "maison" résidence de vieux avec salon de coiffure , restaurant et laverie intégrée.
Elle etait agricultrice et avait du vendre sa ferme, ses enfants? ben il l'invitait de temps a autre mais la route était longue et on ne pouvait pas la surveiller tout le temps alors on la visitait et on lui remplissait ses placards.
Elle avait néanmoins une fille qui cultivait un bout de terre et passait presque chaque jour lui donner des légumes et des boutures de fleurs qu'elles plantait a deux.
Le minimalisme dans tout ça? elle avait un grand ecran plasma qu'elle n'allumait jamais, elle préferait sa petite radio a certaines heures de la journée et le silence ensuite. elle avait des placards bourrés de chocolats, confiseries et autres cadeaux comestibles qu'elles ne mangait jamais et sortait uniquement quand je venais la voir, ça lui fesait plaisir et puis c'etait sa maniere de m'amadouer pour une partie de domino ou de carte dont je ne me rappellais jamais des régles, elle faisait semblant et moi aussi.
Le restaurant? non! on y mange trop! et trop copieu! alors elle faisait cuire ses petits légumes a la vapeur qu'elle mangerait peut etre.
Enfin bref, je ne sais pas ce qu'elle est devenue, elle a pleuré quand je lui ai dit que ne viendrait plus et moi je ne l'ai pas oubliée, comme aucun autre de mes "patient", leurs points commun? tous attendait la mort comme une délivrance de ce générique de fin de leurs vie qui s'eternisait de maniére cruelle et qu'aucun luxe ni objet n'avait pu atténuer.
 
Le minimalisme est un mouvement architectural de premier ordre...les bâtiments minimalistes sont indémodables: "less is more" la phrase du fondateur de ce mouvement Ludwig Mies van der Rohe résume cette vision
 
Haut