Somewhere between strategy and friendship...

TheNeuroGirl

Le temps sépare plus qu’il ne répare.
VIB
Tu m'as perdu à la fin

Thinking Think GIF by Rodney Dangerfield

Ahaha c’est toujours pas fini 😂😂😂
 

DuneDuRif

Non connecté
Les heures défilaient et nous avions finir par nous balader dans les rues de cette si jolie ville dont je tairai le nom. Nous nous étions attablés aux alentours de 21h30, voire 22h. J’avais honte d’inviter des personnes à dîner à une heure pareille. Je n’avais donc pas écrit à l’Indien. J’étais pratiquement convaincue de le recroiser le lendemain et j’avais prévu de mieux organiser les choses et de le convier à nouveau.

J'ai pas compris la fin, tu t'es retrouvée avec qui ? L'indien y était ou pas ?
 
Mdrrrr vous vous prenez la tête
Moi j'ai retenu que Miss Brutus et l'australien ne pouvaient pas se supporter, mais qu'elle a organisé un dîner car elle apprécie bcp la compagne de l'australien.

Cest dans ce cadre que @TheNeuroGirl à fait la connaissance de ce dernier.

L'australien fait partie de la meme équipe que l'indien, et la cheffe.. une seconde renco tre avec son équipe est envisagée, et à prévoir...
 

Soomy

Diro niya en 2023
Oyé! Oyé! Amis Gaulois, amis Romains, très chers compatriotes et amis du peuple!
Approchez! Approchez et prêtez-moi l'oreille! Je viens-là, sur les planches bladinautiques, pour vous conter ma dernière chronique.


Partie I

Cette histoire, mes amis, se déroule sur la scène internationale. Il y a quelques années de cela, la petite scientifique en herbe que j'étais, effectuait son doctorat dans un laboratoire de recherche français. Quel ne fût pas mon périple! Si la recherche fondamentale se cantonnait à de la réflexion autour de questions biologiques, de la mise en place d'expériences permettant de vérifier ou d'invalider certaines hypothèses puis à l'écriture d'articles scientifiques, les prouesses techniques et grandes découvertes se seraient effectuées à pas de géants! Mais, que nenni!

J'ai toujours affectionné l'adage selon lequel "seul on va vite, mais à plusieurs, on va plus loin". Il représente l'essence-même du travail d'équipe et l'inestimable valeur ajoutée qui en découle! D’ailleurs, nul autre que l’illustre Isaac Newton n’a su mieux le formuler : « If I have seen further, it is by standing on the shoulders of Giants (Si je suis parvenu à voir plus loin, c’est parce que je me suis juché sur les épaules de Géants) ». Cela dit, les choses ne sont jamais totalement noires ou blanches. Il est des zones brumeuses, que l’on explore, parfois malgré nous, et qui nous apprennent bien vite que certains cavaliers ne font autre qu’escorter un cheval de Troie vers nos contrées…

Bref. Revenons-en au 21ème siècle. Mon cheval de Troie à moi, c’est Miss Brutus qui me l’a gracieusement offert, alors-même que nous étions toutes les deux en thèse. Brillante scientifiquement parlant, parfois intellectuellement paresseuse mais ô combien fourbe et manipulatrice. Elle me précédait de quelques années, deux, trois tout au plus, et m’avait tendu un nombre incalculable de pièges. D’ailleurs, l’une de ses fourberies s’était terminée devant mon chef. Alors que j’espérais faire table rase du passé en remettant les compteurs à zéro proprement, elle avait menti et il avait bu ses paroles, comme à son habitude. J’avais été marquée au fer rouge.

Mon environnement scientifique était devenu toxique. Il me fallait survivre à mes années de thèse en prenant mon mal en patience. J’avais décidé de ne plus y penser, de me concentrer sur la Science, ma véritable passion. Pour ce faire, j’avais tenté de lui « pardonner », pour moi et non pour elle. Je souhaitais me libérer de toute négativité et entrepris de maintenir des relations cordiales. Bien évidemment, lorsque l’on n’est pas blond(e) aux yeux bleus, il faut prouver ses intentions à maintes et maintes reprises. Pour l’énième et ultime fois où j’acceptais de « faire mes preuves » aux yeux de mon équipe, j’avais accepté d’endosser la responsabilité d’organiser une grande partie des préparatifs de sa cérémonie de thèse ! Je souhaitais tirer un trait sur ces histoires et aller de l’avant pour ne plus jamais y penser. Mon finish serait plus que clean et je ne la reverrais plus jamais. J’avais rempli ma part du contrat, l’évènement était un succès.

Nous revoilà pratiquement quatre années plus tard. Je travaille à l’étranger. Et, Miss Brutus est aussi expatriée. Deux villes, à moins d’une heure de train l’une de l’autre et deux chefs qui sont meilleurs amis. Voilà bientôt un an et demi que nous collaborons. Nous nous sommes revues plusieurs fois. Je l’ai même invitée chez moi, pensant laisser les enfantillages et vieilles rivalités derrière nous mais, Grand Dieu, qu’est-ce que j’étais naïve !

À chaque fois que je choisissais de passer l’éponge, Miss Brutus me tendait un nouveau piège, allant jusqu’à se rapprocher de mon chef ! Il était, dorénavant, comme un mentor pour elle. Il lui avait même écrit une lettre de recommandation pendant que moi je vomissais de la fausseté de ces relations. Elle et moi avions discuté à maintes reprises de l’enfer que nous faisaient vivre nos chefs respectifs. Elle en avait fait fi car il était nettement plus avantageux pour elle d’être dans les petits papiers de mon chef. Moi ? J’avais du mal à faire semblant d’apprécier sa chef. J’avais décidé de rester cordiale et de ne pas devenir hypocrite. Mais, dans mon domaine, on joue la partie ou on quitte la partie. Tel était mon dilemme. Avais-je envie d’entacher mes principes ? Combien de coups supplémentaires étais-je prête à encaisser et combien de temps allais-je tenir pieds et poings liés ? Telle était la question…​


A suivre…
Décidément peu importe le milieu et le domaine pro (ou pas d’ailleurs) les femmes peuvent être de vraies p*** ( 🐍)
Désolée de ne pas avoir ton éloquence 😂 mais je compatis !!
 
On a pas compris non plus avec @Nelya87 :joueur:

Mais d'après mes re-lectures : elle s'est retrouvée avec ses collègues. Elle n'a pas voulu inviter l'Indien pour le resto car il était trop tard.
J'ai compris que l'Australien les 4 buts d'hier soir ça l'a constipé. Le mec avait un plan pour voir le match avec ses potes et sa meuf à exigé qu'il vienne au repas???
En fait c'est l'australienne qui mérite des baffes...???
 
J'ai compris que l'Australien les 4 buts d'hier soir ça l'a constipé. Le mec avait un plan pour voir le match avec ses potes et sa meuf à exigé qu'il vienne au repas???
En fait c'est l'australienne qui mérite des baffes...???
Ça remonte aux fêtes de fin d'année précédentes :p y avait pas de match qui justifierait la froideur de l'australien.

Ceux qui méritent des baffes c'est Miss Brutus et l'australien car ce dernier est froid et hautain.

Après le premier dîner qui eut lieu en présence du couple Australien, de l'indien, de Miss Brutus et d'une 3ème collègue, Neuro a pu sympathiser avec eux et elle a programmé de les inviter à un autre dîner.

Mais comme elle doit en convenir avec sa propre équipe, les choses ont tardé, du coup, lors d'une promenade Neuro et son équipe ont décidé d'aller au restau fin de soirée mais entretemps elle n'a pas eu l'occasion de prévenir l'indien car il était tard...

Maintenant on attend la suite pour savoir comment elle se justifiera auprès de l'indien. Et on attend de savoir comment s'est déroulé ce deuxième dîner.

Voilà ce que j'ai compris :D
 

zigotino

FluCtuAt NeC MeRgitUr
VIB
@TheNeuroGirl Pourquoi tu parles en Anglais en mode JCVD ? C'est pas sympa pour les personnes qui ne sont pas anglophones et je trouve que ça fait ze3ma "one again". Je dis ça, je dis rien.

Le monde de l'entreprise, ce n'est pas Alice au pays des merveilles. Encore moins, celui des Bisounours.

Les gens ne sont pas là pour se faire des cadeaux, être bienveillants ou autre. Ils sont pour la plupart là pour réussir et s'il faut que ce soit en tordant la réalité, ils le feront. Naiveté quand tu me tiens. Dites vous qu'un collègue n'est pas un ami. Un ami, ce n'est pas la famille. La famille peut elle aussi être décevante car l'Homme est décevant par nature car faillible.

@amachou La trahison vient svt de celles ou ceux dont on ne soupçonne pas. Et puis, tu as l'air de diriger une équipe. Au sein de ton équipe, il y aura certainement ton futur remplaçant. Méfie toi des bons ou très bons. Ils ont tendance à le savoir. Si on leur dit, ils vont se sentir pousser des ailes. Si en plus, tu diriges en mode autoritaire et que tu seras tjrs un couscous, tu seras en risque. En tant que resp. tu es sur un siège éjectable. Plus tu montes, avec en plus le plafond de verre du bon vin et des petits fours, plus l'oxygène est rare. Un loup avec les loups. Un agneau avec les agneaux.

Et puis la naiveté, c de croire que c la compétence qui fait évoluer même au plus haut niveau. Pas forcément. Le pouvoir se prend, il ne se mérite pas. Même dans une démocratie et bcp font leur le principe dévoyé machiavélique "La fin justifie les moyens"

Les idéalistes finissent tjrs par être déçus. Mais ils devraient être déçus d'eux mêmes. D'être si déconnecté de la nature humaine et la complexité des rapports humains et le corollaire, la concurrence qui implique la duplicité et un soupçon (une louche) d'hypocrisie. L'hypocrisie, c la paix.

++
 
Dernière édition:
@TheNeuroGirl Pourquoi tu parles en Anglais en mode JCVD ? C'est pas sympa pour les personnes qui ne sont pas anglophones et je trouve que ça fait ze3ma "one again". Je dis ça, je dis rien.

Le monde de l'entreprise, ce n'est pas Alice au pays des merveilles. Encore moins, celui des Bisounours.

Les gens ne sont pas là pour se faire des cadeaux, être bienveillants ou autre. Ils sont pour la plupart là pour réussir et s'il faut que ce soit en tordant la réalité, ils le feront. Naiveté quand tu me tiens. Dites vous qu'un collègue n'est pas un ami. Un ami, ce n'est pas la famille. La famille peut elle aussi être décevante car l'Homme est décevant par nature car faillible.

@amachou La trahison vient svt de celles ou ceux dont on ne soupçonne pas. Et puis, tu as l'air de diriger une équipe. Au sein de ton équipe, il y aura certainement ton futur remplaçant. Méfie toi des bons ou très bons. Ils ont tendance à le savoir. Si on leur dit, ils vont se sentir pousser des ailes. Si en plus, tu diriges en mode autoritaire et que tu seras tjrs un couscous, tu seras en risque. En tant que resp. tu es sur un siège éjectable. Plus tu montes, avec en plus le plafond de verre du bon vin et des petits fours, plus l'oxygène est rare. Un loup avec les loups. Un agneau avec les agneaux.

Et puis la naiveté, c de croire que c la compétence qui fait évoluer même au plus haut niveau. Pas forcément. Le pouvoir se prend, il ne se mérite pas. Même dans une démocratie et bcp font leur le principe dévoyé machiavélique "La fin justifie les moyens"

Les idéalistes finissent tjrs par être déçus. Mais ils devraient être déçus d'eux mêmes. D'être si déconnecté de la nature humaine et la complexité des rapports humains et le corollaire, la concurrence qui implique la duplicité et un soupçon (une louche) d'hypocrisie. L'hypocrisie, c la paix.

++
T'as l'air de connaître Miss Brutus, l'indien et les Australiens, les chefs et les autres😂
 
Si tu savais ... les sharks, j'en vois régulièrement ;)

(^_^)
Je les captent aussi...mais souvent un peu tard...l'effet miroir, j'ai souvent l'impression qu'on me ressemble. Quand je les identifie, je les démonte😅

@TheNeuroGirl Pourquoi tu parles en Anglais en mode JCVD ? C'est pas sympa pour les personnes qui ne sont pas anglophones et je trouve que ça fait ze3ma "one again". Je dis ça, je dis rien.

Le monde de l'entreprise, ce n'est pas Alice au pays des merveilles. Encore moins, celui des Bisounours.

Les gens ne sont pas là pour se faire des cadeaux, être bienveillants ou autre. Ils sont pour la plupart là pour réussir et s'il faut que ce soit en tordant la réalité, ils le feront. Naiveté quand tu me tiens. Dites vous qu'un collègue n'est pas un ami. Un ami, ce n'est pas la famille. La famille peut elle aussi être décevante car l'Homme est décevant par nature car faillible.

@amachou La trahison vient svt de celles ou ceux dont on ne soupçonne pas. Et puis, tu as l'air de diriger une équipe. Au sein de ton équipe, il y aura certainement ton futur remplaçant. Méfie toi des bons ou très bons. Ils ont tendance à le savoir. Si on leur dit, ils vont se sentir pousser des ailes. Si en plus, tu diriges en mode autoritaire et que tu seras tjrs un couscous, tu seras en risque. En tant que resp. tu es sur un siège éjectable. Plus tu montes, avec en plus le plafond de verre du bon vin et des petits fours, plus l'oxygène est rare. Un loup avec les loups. Un agneau avec les agneaux.

Et puis la naiveté, c de croire que c la compétence qui fait évoluer même au plus haut niveau. Pas forcément. Le pouvoir se prend, il ne se mérite pas. Même dans une démocratie et bcp font leur le principe dévoyé machiavélique "La fin justifie les moyens"

Les idéalistes finissent tjrs par être déçus. Mais ils devraient être déçus d'eux mêmes. D'être si déconnecté de la nature humaine et la complexité des rapports humains et le corollaire, la concurrence qui implique la duplicité et un soupçon (une louche) d'hypocrisie. L'hypocrisie, c la paix.

++
Ton analyse est intéressante, représente justement une certaine réalité...je me méfie plus de certains agneaux que d'un loup😉
 

TheNeuroGirl

Le temps sépare plus qu’il ne répare.
VIB
Ça remonte aux fêtes de fin d'année précédentes :p y avait pas de match qui justifierait la froideur de l'australien.

Ceux qui méritent des baffes c'est Miss Brutus et l'australien car ce dernier est froid et hautain.

Après le premier dîner qui eut lieu en présence du couple Australien, de l'indien, de Miss Brutus et d'une 3ème collègue, Neuro a pu sympathiser avec eux et elle a programmé de les inviter à un autre dîner.

Mais comme elle doit en convenir avec sa propre équipe, les choses ont tardé, du coup, lors d'une promenade Neuro et son équipe ont décidé d'aller au restau fin de soirée mais entretemps elle n'a pas eu l'occasion de prévenir l'indien car il était tard...

Maintenant on attend la suite pour savoir comment elle se justifiera auprès de l'indien. Et on attend de savoir comment s'est déroulé ce deuxième dîner.

Voilà ce que j'ai compris :D

T’as tout juste sauf que je n’ai pas assisté au dîner de Brutus parce que je n’avais pas envie d’y aller 😂😂😂😂 L’Indien n’était pas invité par contre 😂

Le dîner avec ma Team était dans le cadre d’un congrès, d’où la promenade tardive :) T’as tout juste :) Et j’aime pas inviter les gens à des trucs complètement désorganisés. Si c’est moi qui organise, it has to be peeeeerrrrrfeeeeect 😂😂😂😂
 

TheNeuroGirl

Le temps sépare plus qu’il ne répare.
VIB
@TheNeuroGirl Pourquoi tu parles en Anglais en mode JCVD ? C'est pas sympa pour les personnes qui ne sont pas anglophones et je trouve que ça fait ze3ma "one again". Je dis ça, je dis rien.

Le monde de l'entreprise, ce n'est pas Alice au pays des merveilles. Encore moins, celui des Bisounours.

Les gens ne sont pas là pour se faire des cadeaux, être bienveillants ou autre. Ils sont pour la plupart là pour réussir et s'il faut que ce soit en tordant la réalité, ils le feront. Naiveté quand tu me tiens. Dites vous qu'un collègue n'est pas un ami. Un ami, ce n'est pas la famille. La famille peut elle aussi être décevante car l'Homme est décevant par nature car faillible.

@amachou La trahison vient svt de celles ou ceux dont on ne soupçonne pas. Et puis, tu as l'air de diriger une équipe. Au sein de ton équipe, il y aura certainement ton futur remplaçant. Méfie toi des bons ou très bons. Ils ont tendance à le savoir. Si on leur dit, ils vont se sentir pousser des ailes. Si en plus, tu diriges en mode autoritaire et que tu seras tjrs un couscous, tu seras en risque. En tant que resp. tu es sur un siège éjectable. Plus tu montes, avec en plus le plafond de verre du bon vin et des petits fours, plus l'oxygène est rare. Un loup avec les loups. Un agneau avec les agneaux.

Et puis la naiveté, c de croire que c la compétence qui fait évoluer même au plus haut niveau. Pas forcément. Le pouvoir se prend, il ne se mérite pas. Même dans une démocratie et bcp font leur le principe dévoyé machiavélique "La fin justifie les moyens"

Les idéalistes finissent tjrs par être déçus. Mais ils devraient être déçus d'eux mêmes. D'être si déconnecté de la nature humaine et la complexité des rapports humains et le corollaire, la concurrence qui implique la duplicité et un soupçon (une louche) d'hypocrisie. L'hypocrisie, c la paix.

++

L’anglais pour moi, c’est comme l’arabe pour vous. Je le parle au quotidien et ça vient tout seul. Si tu fais bien attention, hormis mon titre: 90% de mon récit est en français. J’ai des phrases anglaises qui m’échappent par-ci par-là dans des commentaires mais c’est tout.

Pour ce qui est de ton analyse de l’univers pro, hélas, tu as raison sur pas mal de points :/
 
@neurogirl à mis un râteau à l'indien.
Elle lui demande son 06 et lui dit qu'elle va l'inviter au restaurant...puis wallou signal lisse. Désolé j'appelle ça un râteau.
L'indien ne sait pas pourquoi il a pris un râteau
Il aurait du proposer une invitation en tête à tête.
Il aurait dû tenter sa chance sur la base du postulat: il vaut mieux être seul sur un bon coup.
Dans cette hypothèse si il avait pris un râteau il aurait su pourquoi = c'est mort affaire classée.
 
Ça remonte aux fêtes de fin d'année précédentes :p y avait pas de match qui justifierait la froideur de l'australien.

Ceux qui méritent des baffes c'est Miss Brutus et l'australien car ce dernier est froid et hautain.

Après le premier dîner qui eut lieu en présence du couple Australien, de l'indien, de Miss Brutus et d'une 3ème collègue, Neuro a pu sympathiser avec eux et elle a programmé de les inviter à un autre dîner.

Mais comme elle doit en convenir avec sa propre équipe, les choses ont tardé, du coup, lors d'une promenade Neuro et son équipe ont décidé d'aller au restau fin de soirée mais entretemps elle n'a pas eu l'occasion de prévenir l'indien car il était tard...

Maintenant on attend la suite pour savoir comment elle se justifiera auprès de l'indien. Et on attend de savoir comment s'est déroulé ce deuxième dîner.

Voilà ce que j'ai compris :D
Objection.
Si tu passes ton analyse au tapis de la police scientifique
L'australienne ( msouma 2) accepte l'invitation de son amie ( msouma 1) à condition que son mec soit aussi invité ?.
Le mec il compte pour du beurre? On lui demande pas son avis? en période de fêtes (circonstance agravante).
Elle aurait du répondre " désolé je préfère passer la soirée avec mon mec moi" en insistant sur "mon mec".
Je me met à la place de l'australien. Sa poufiasse qui lui annonce : "cheri tel soir on va manger chez la copine"..
Maintenant remplacé Australien par Marocain ci dessus peut être ça va te faire un insight????
 

TheNeuroGirl

Le temps sépare plus qu’il ne répare.
VIB
Partie IV

Le lendemain, c’était reparti pour une série de conférences, présentations, et interactions avec les représentants de grandes entreprises. Mon moment favori était, de loin, la pause déjeuner, dont je ne profitais quasiment jamais lorsque j’étais au laboratoire et qui, là, me permettait de photographier la beauté de la ville dans laquelle je me trouvais.

Le soir venu, une série d’évènements sociaux, propices aux rencontres professionnelles, se tenaient dans les salles de bal d’un très célèbre hôtel. Les thèmes de deux rencontres scientifiques m’intéressaient, particulièrement, mais ces dernières se produisaient au même moment. J’envisageais alors l’idée de me rendre à l’une, puis l’autre, et ainsi de suite pour m’assurer de ne rien manquer mais l’hôtel était immense et je m’inquiétais de tout rater en faisant la navette. Étrangement, le hasard fit bien les choses : les deux salles de bal qui m’intéressaient se trouvaient pratiquement côte à côte. Sans plus attendre, je me rendis à l’évènement qui m’intéressait le plus en compagnie de mon équipe. Les pontes de mon domaine étaient présents mais, ce soir-là, je n’avais pas envie d’aller vers eux. Je trouvais que mes travaux de recherche étaient encore trop à l’état embryonnaire pour les partager avec les plus grands de mon domaine et je n’avais pas non plus envie d’échanger pour simplement leur faire des révérences. Certains étaient de l’avis contraire et faisaient du networking 24h sur 24. Moi, je n’y parvenais pas. Je n’arrivais pas à faire semblant de m’intéressaient aux choses qui me lassaient et je détestais, par-dessus tout, les interactions superficielles. Je m’assis alors à une table et finis par être rejointe des autres membres de mon équipe.

À ma grande surprise, un visage à la fois étrangement familier qu’étranger m’interpella. J’en reconnus la physionomie du visage, derrière un crâne quelque peu dégarni et une barbe à fière allure qui me surprirent. Il s’agissait d’un étudiant que mon ancien laboratoire avait accueilli pour un stage de 6 mois. Il m’avait, apparemment, aperçue les jours précédents mais je ne l’avais pas vu. Nous échangeâmes à propos de nos carrières respectives et j’achevais de lui donner quelques conseils en vue de sa potentielle expatriation dans le pays où je me trouvais. Je me lassais bien vite du contexte mondain et notre échange terminé, j’entrepris de quitter la première salle pour me rendre vers la seconde.

J’allais en avertir mes collègues lorsque je finis par croiser l’Indien. Nous échangeâmes quelques propos et je lui indiquais que sa chef le cherchait quelques minutes plus tôt. Il fit une moue à la fois drôle et intrigante et me dit « Je ne veux surtout pas la voir ! ». Je lui demandai pourquoi, ce à quoi il me répondit que la veille, elle l’avait piégé ainsi que l’Australien. Elle leur avait proposé d’aller voir une soi-disant cloche historique dans la ville pour, en réalité, les amener dans un night-club. Ils n’avaient pas trop l’air d’être du genre à se donner en spectacle mais je trouvais l’histoire marrante. Leur chef avait une sacrée réputation dans mon domaine et je n'y voyais-là qu’un énième tour pour se donner l’air d’être branchée et sympathique alors qu’elle n’était rien de moins qu’un petit tyran. Quoi qu’il en fût, l’Indien me mit au parfum : en fin de soirée, elle était parvenue à entraîner l’Australien sur la piste de danse et il l’avait faite danser. Cette image me fit rire aux éclats, ce à quoi il répondit qu’il ne souhaitait même pas se remémorer cette scène grotesque.​
 

TheNeuroGirl

Le temps sépare plus qu’il ne répare.
VIB
Partie V

Je me rendis vers mes collègues et nos chemins se séparèrent. Bien évidemment, nous travaillions dans le même domaine et quittant la salle pour me rendre vers la seconde salle de bal, je croisai à nouveau l’Indien, cette fois-ci en compagnie de l’Australien. L’évènement était nul, ou alors il touchait à sa fin. Je quittai à nouveau la salle pour rentrer mais fus surprise de voir d’autres membres de mon équipe dans le couloir. Nous papotions quelques minutes et fûmes rejoints par l’Indien et l’Australien. J’avais envie de m’en aller mais je n’osais pas être malpolie, il était trop tôt et ils venaient de nous rejoindre. De plus, ils étaient de proches collaborateurs et après leur avoir posé un premier lapin, je ne voulais pas leur donner l’impression de ne pas les apprécier, bien que ce que je ressentais à leur égard était conflictuel. Les propos de Miss Brutus à leur sujet et l’impression qu’ils m’avaient laissée ne collaient pas. D’un côté côté, il y avait trop de loups dans mon domaine et je me devais de rester sur mes gardes. D’un autre côté, une pensée, peut-être absurde, venait de me traverser l’esprit.

L’Australien avait l’air d’être plutôt coincé ou introverti. Je me demandais s’il était réellement comme elle l’avait décrit. L’Indien, quant à lui, semblait brillant et d’un naturel plutôt confiant. Il donnait l’impression d’avoir un chemin professionnel plutôt bien tracé pour un apprenti scientifique. Il était intéressant mais, de par son statut d’étudiant, il ne me servirait quasiment à rien sur mon échiquier. Oui, « la partie on y joue où on la quitte ». Cette pensée fit à nouveau écho dans ma tête. Mon regard se tourna vers l’Australien qui était quasiment du même grade que moi mais qui avait une année d’expérience de plus. Ni une, ni deux, je me souvins du coup, que dis-je, des innombrables crasses que Miss Brutus m’avait faites. Elle s’était même débrouillée de se mettre mon chef dans la poche. Je me sentis comme frappée par la foudre lorsque cette première pensée stratégique me traversa l’esprit. Habituellement, mes stratégies ne concernaient que la Science. Je ne m’encombrais jamais l’esprit de mondanités. Mais, cette fois-ci, je ne pus m’empêcher de me dire qu’un moyen de remettre les compteurs à zéro était de devenir « amie » avec l’Australien ! L’Indien, lui, était pratiquement acquis. Si j’y parvenais, je renverserais la balance en ma faveur en infiltrant son cercle à elle. Non seulement, j’aurais accès à d’autres informations mais en plus, je la mettrais, tôt ou tard, hors d’elle-même et elle méritait largement plus que ce que je lui réservais.

Je ne connaissais pas l’Australien. Il était difficile de dire si j’allais y parvenir ou si j’allais royalement me planter. Pire, étais-je suffisamment douée, socialement parlant, pour réussir ce coup de maître ou allait-il voir clair dans mon jeu ? Telle était la question…

À suivre...
 

TheNeuroGirl

Le temps sépare plus qu’il ne répare.
VIB
@neurogirl à mis un râteau à l'indien.
Elle lui demande son 06 et lui dit qu'elle va l'inviter au restaurant...puis wallou signal lisse. Désolé j'appelle ça un râteau.
L'indien ne sait pas pourquoi il a pris un râteau
Il aurait du proposer une invitation en tête à tête.
Il aurait dû tenter sa chance sur la base du postulat: il vaut mieux être seul sur un bon coup.
Dans cette hypothèse si il avait pris un râteau il aurait su pourquoi = c'est mort affaire classée.

Expliqué nous ce que tu as fait du 06 de l'indien ?

Promis t’auras des détails sur son 06 dans la suite de l’histoire, je veux pas spoiler le reste non plus 😂😂😂

Objection.
Si tu passes ton analyse au tapis de la police scientifique
L'australienne ( msouma 2) accepte l'invitation de son amie ( msouma 1) à condition que son mec soit aussi invité ?.
Le mec il compte pour du beurre? On lui demande pas son avis? en période de fêtes (circonstance agravante).
Elle aurait du répondre " désolé je préfère passer la soirée avec mon mec moi" en insistant sur "mon mec".
Je me met à la place de l'australien. Sa poufiasse qui lui annonce : "cheri tel soir on va manger chez la copine"..
Maintenant remplacé Australien par Marocain ci dessus peut être ça va te faire un insight????


Ça veut dire quoi msouma? 😂😂😂
J’ai zappé un certain nombre de détails parce que trop longs mais, effectivement, l’Australienne a fait passer son chéri d’abord. Elle a bien expliqué à Brutus qu’elle pouvait pas le laisser seul et elle lui a dit qu’elle ferait aussi en fonction de lui. Peut-être que j’aurais dû insister là-dessus 🤣 C’est donc que l’Australien a accepté d’aller à ce dîner même s’il faisait la tronche 😂 Mais, sans pour autant prendre partie, je pense qu’il n’a aussi pas été super cool avec Brutus 🤣

Et y’a pas photo, si tu remplaces Australien par Marocain, l’histoire prend une saveur totalement différente 😂😂😂
 
Haut