Sens Commun: occident: atoum tam islam salut (gh)arab europ

tajali

en mode autiste
Que se soit atoum shalim ereb aroba tout ces mots designe le couchant enfer guerre pacification sacrifice mort salut

RACINE ARAB
le mot couchant : ereb arab europ عروبة : الجمعة
https://metaxu.org/tag/hebreu/

RACINE TM
Atoum
Il est ainsi à l’origine de l’apparition du soleil dont il est aussi une manifestation au moment de son coucher.

Dans le Livre des morts, à la fin des temps, il prend l’aspect d’un serpent ou d’une anguille.
Son nom signifie « tout » ou « rien ». Il personnifie ce qui est et qui n’est pas (ou plus).
Atoum symbolise aussi la souveraineté.

tam est le mot qui donnera le mot shalim en arameen

RACINE SLM
shalim est aussi le dieu du couchant :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Shalim
shalim/shalom donnera islam :

De l’arabe إسالم islām au latin salus
Il n’est pas pourtant pas bien difficile trouver dans le français et sa famille linguistique une racine possédant un univers sémantique se rapprochant de celui de la racine sémitique Š/SLM. C’est la tout racine indoeuropéenne solo-, sol(e)ṷo-* qui donne :
le sanscrit सर्व sarvā « tout, tout entier, universel » ;
l’avestique haurvō et le vieux persan haruva, « entier », puis le moyen perse har(w) et le persan هر] har] « tout, chaque » ;

le germanique all et tous ses correspondants ;
le grec gr. ὅλος et le latin ancien sollus, « totus, entier, intact ».

la racine Harout et marout qui serai en lien avec : Haurvatât et Ameretât:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amesha_Spenta

Haurvatāt : Intégrité, Santé.
Ameretāt : Non-Mort, Immortalité.


rig veda vedisme gatha zoroastrisme
mitra varuna (couchant ouest orient)
mort harout marout amrit soma homa ambroisie
 
Dernière édition:

tajali

en mode autiste
RACINE SLM
« Le rite sanglant pratiqué dans la vallée de Hinnom semble remonter aux origines de Jérusalem, qui tire son nom de Shalem, divinité elle aussi des Enfers.
La racine sh-l-m signifie en Canaan : achever, mort, dépouille, crépuscule ... Il a la même connotation à Ras Shamra/Ugarit dans la paire shhr/shlm.
Dans une inscription lihyanite , Shulman apparaît comme un dieu de la mort et des enfers associé à Abû-îlâf.
... Elle a un temple à Assur. Son parèdre et patron de Jérusalem, est Shalmânu, épithète de Ninurta, dieu nergalien de la guerre, signifiant « le Pacifique » ...
Ce caractère guerrier de Shalem est clairement affirmé dans les Psaumes où l’expression : cîr Yahweh sebâcôt = la cité de Yahweh des armées se réfère à Shalem.
Le concept de paix au Moyen-Orient ancien est synonyme de guerre et de soumission.
Shalem/Nergal se présente comme le Pacificateur par excellence, parce qu’il est le Guerrier par excellence.
Jérusalem est bien une des cités patronnées par Nergal / Ninurta, où il s’est décliné en Shalmânu et en Yahweh. »

En effet, il est intéressant que le grec Salomon, Salmoneus soit le père de Tyro,
la déesse fondatrice de Tyr, la cité phénicienne - les Phéniciens étaient des Cananéens.
Plus pertinent est qu'un dieu phénicien important était Salim (Salem), le dieu du soir, l'étoile du soir symbolisée par Vénus, et le soleil couchant, représentant la paix, d'où «shalom». Jérusalem, Absalom et Salomon partagent cette racine qui apparaît dans tout le Proche-Orient et qui est toujours un nom musulman populaire.

hébreu sullām, en arabe sullam, et en araméen swlmᵓ d’une part et l’akkadien simmiltu68, le syriaque sebbeltā et le neo-syriaque sīmeltā d’autre part.
Selon A. Jeffery69 le mot arabe serait un emprunt à l’araméen sulamaᵓ, ou peut-être un emprunt ancien à l’akkadien.
Il rapproche également le mythe assyrien de Nergal et Ereshkigal de l'échelle de Jacob.
Comme dans les ziggurats mésopotamiennes, celle d’Ur par exemple qui possède un ample escalier dressé vers le ciel,
il assure la communication entre la demeure céleste de la divinité et sa maison terrestre. »
La cité d’Our doit sa célébrité à sa ziggourat, il semble qu’il en fut de même pour la cité de Louz. La ziggourat ou Soulam de Louz
 

tajali

en mode autiste
En tirant le fil de la pelote, c’est tout un monde ancien qui se dessine, couvrant un très vaste territoire, géographique et sémantique,
allant de l’Europe à l’Inde en passant par Akkad et la Mésopotamie, et mijotant une magie de rapports subtils, brillants et sombres.

Le mot עָרַב (‘arab) est aussi un verbe qui signifie fondamentalement ‘se coucher’ (en parlant du soleil ou de la lune)i.
Ce mot hébreu s’apparente étymologiquement à l’ancien akkadien erēbu, ‘entrer, descendre’,
comme dans l’expression erēb shamshi, le ‘coucher de soleil’ii.

Le grand dictionnaire étymologique d’Ernest Klein relève les parentés du mot hébreu עָרַב (‘arab) avec l’arabe gharb, غرب (‘l’ouest, le lieu du coucher du soleil’), avec l’éthiopien ‘areba (‘il descendit’), et note aussi que le mot grec ‘Europe’ dérive de cette même base étymologique. Le mot grec ‘Érèbe’, qui personnifie l’Enfer dans la mythologie, vient aussi de la même base.

Nous avons donc l’équation étymologique suivante : Érèbe = Arabe = Europe
Érèbe est assurément un très ancien mot, et son origine profonde révèle d’autres surprises, comme on va voir.

Le dieu Érèbe (Ἔρεϐοϛ) est né du Chaos primordial, il est le frère et l’époux de Nyx, la Nuit,
avec qui il a engendré Éther (le Ciel) et Héméra (le Jour), mais aussi Éléos (la Pitiè),
Épiphron (la Prudence) et Charon, le Passeur des Enfers.

Hésiode raconte : « Puis du vide naquirent l’Érèbe et la Nuit noiraude.
De la Nuit naquirent l’Éther et le Jour, deux frère et sœur qu’elle avait conçus en s’unissant à l’Érèbe »iii.

Homère raconte pour sa part la descente d’Ulysse aux Enfers et sa rencontre avec les ombres :
« Après avoir adressé mes prières et mes vœux à la foule des morts,
je prends les victimes, les égorge dans la fosse, où coule un sang noir ;
soudain les âmes des mânes s’échappent de l’Érèbe ».iv

Ulysse observa attentivement les âmes des morts dans l’Érèbe :
« Je parlais ainsi ; mais Ajax ne me répondit point et s’enfuit dans l’Érèbe avec la foule des ombres.
Là, sans doute, malgré sa colère il m’aurait parlé si je l’avais pressé ;
mais tout mon désir alors était d’observer les âmes des autres mortsv ».

Un bon connaisseur des mythes grecs, Moreau de Jonnès explique :
« La « 3ème région des Enfers était l’Érèbe.
Ce terme a le sens de couchant dans la Genèse comme dans Homère
et dut s’appliquer à l’ensemble de la région infernale située en effet à l’Occident de l’Asie.

Selon la mythologie grecque, on appelait ainsi la partie de l’Hadès la plus proche du monde des vivants.
C’est là que les mânes attendaient leur tour pour passer devant le tribunal.
L’Érèbe, voisin du Caucase, fut probablement l’île de Temrouk,
où étaient déposés d’abord les cercueils contenant les morts embaumés
. »vi
 

tajali

en mode autiste
Le vieux mot grec érèbe (Ἔρεϐοϛ) désigne les ‘ténèbres’, ‘l’obscurité du monde souterrain’
selon le dictionnaire étymologique de Pierre Chantrainevii, qui observe que
ce mot a aussi été conservé en sanskrit, en arménien et en germanique.
L’équivalent d’érèbe en sanskrit est रजस्, rájas, ‘région obscure de l’air, vapeur, poussière’.
En arménien, c’est erek, ‘soir’, en gotique, riquiz et en norrois rekkr, ‘obscurité, crépuscule’.

Les dictionnaires de sanskrit donnent la gamme des sens de rájas : ‘atmosphère, nuée’ mais aussi ‘passion, instinct, désir’,
et ce mot permet de dénoter l’abstraction de la ‘Passion’, de l’essence active du pouvoir et du désir.


Si l’on creuse plus profondément encore l’origine du mot rájas on trouve qu’il vient du mot rajanī, ce qui veut dire littéralement ‘la colorée’,
du verbe rañj रञ्ज् ‘être coloré, se colorer’. Le mot rajanī dénote la couleur indigo, un bleu foncé puissant.
Mais le verbe racine rañj signifie aussi ‘rougir, flamber’, comme le soleil couchant, ou comme le sang du sacrifice, ce qui d’ailleurs se retrouve dans les mots grecs anciens ῥῆγοϛ et de ῥἐζω, qui en dérivent et qui portent l’idée de ‘faire un sacrifice’ et de ‘teindre’.
...

Le mot érèbe que l’on trouve donc en hébreu, en arabe, en grec, en akkadien, et dans bien d’autres langues, vient originairement du sanskrit. Originellement, il porte l’idée essentielle du ‘mélange’, et plus particulièrement du mélange symbolique de deux ‘couleurs’ (le bleu nuit et le rouge sang).

A partir de cette intuition originelle il fait irradier, en hébreu et en arabe, tout un ensemble de sèmes, alliant les idées de soir, d’Occident, de désert, de ciel et d’Enfer.
Par extension, en hébreu, il s’applique à dénoter l’Arabe, le tissu, l’échange marchand, les insectes nuisibles et l’oiseau de malheur, le corbeau.

Le mot عرب signifie ‘arabe’, mais étymologiquement le verbe-racine عَرَب, ‘araba, a pour sens ‘manger’,
ce qui semble n’avoir aucun rapport évident avec l’arabité.
Dans une autre vocalisation عَرِب, ‘ariba, le mot signifie ‘être gai, vif, agile’.
Dans une autre vocalisation encore, عَرُب ,‘arouba, on a le sens ‘être essentiellement arabe, être un arabe de bon aloi, s’assimiler aux arabes du désert, aller vivre dans le désert’xii.
Enfin, dans une vocalisation enrichie de quelques lettres supplétives (عُرُوباءَ, ‘ouroûbâ’a) le mot signifie ‘le 7ème ciel’.

Le verbe غرب gharaba signifie ‘s’en aller, partir, s’éloigner ; se coucher (soleil, lune)’ mais aussi ‘arriver de l’étranger’ ou ‘partir vers l’occident’.
C’est avec ce verbe qu’est formé le nom du Maroc, ma-ghrib, littéralement ‘le lieu du couchant’.
Toutes une série de verbes et de mots basés sur cette racine dénotent pêle-mêle les idées de couchant, d’obscurité, d’ouest, d’occident, d’occidental, de voyage, d’étranger, d’étrangeté, d’extraordinaire, d’émigration, de terme, de pointe, de fin.


De tout ceci, il ressort comme on l’a déjà dit que l’Érèbe, l’Europe, l’Arabe sont de même origine. L’Enfer, l’Ouest, l’Occident aussi.

Cette ‘même origine’, cette plus profonde racine, celle qui rend toutes ces acceptions possibles, c’est dans le sanskrit qu’on trouve encore sa trace, dans le mot rañj रञ्ज्, qui signifie le ‘mélange’ des couleurs, le mélange de la nuit et du jour, de l’ombre et de la lumière, de l’indigo et de la pourpre.

Cette idée fondamentale du ‘mélange’ se transcende, et se célèbre, tant dans la religion védique que dans l’ancienne religion hébraïque, par le ‘sacrifice du soir’.

Le sacrifice se fait à l’heure du ‘mélange’.
 

tajali

en mode autiste
Dasein 4enact on ennuie/habitus (boite/sphere) dome stimmung angoisse (krb ghm)
sortir des limites des cieux et terre

petit plaisir desaprendre

tout n'est qu'une question de conditionnement aimé la souffrance l'angoisse la mort : les chretiens l'on fait



Heidegger est Passionnant
Dasaen Dictature du on ...
Rapport a la mort certitude l ennuie le divertissement l echec la lassitude
Angoisse incertitude
Sortir de sa sphère ...
Condamne a être libre ...
Entrer en plein dans la réalité intégration
Utilité et signe

Abraham condition Exil voyageur errant vagabon


1 أَلْهَاكُمُ التَّكَاثُرُ
La course aux richesses vous distrait,
2 حَتَّى زُرْتُمُ الْمَقَابِرَ
jusqu'à ce que vous visitiez les tombes.

21v1اقْتَرَبَ لِلنَّاسِ حِسَابُهُمْ وَهُمْ فِي غَفْلَةٍ مُّعْرِضُونَ
[L'échéance] du règlement de leur compte approche pour les hommes, alors que dans leur insouciance ils s'en détournent.
2 مَا يَأْتِيهِم مِّن ذِكْرٍ مِّن رَّبِّهِم مُّحْدَثٍ إِلَّا اسْتَمَعُوهُ وَهُمْ يَلْعَبُونَ
Aucun rappel récente ne leur vient de leur Seigneur, sans qu'ils ne l'entendent en s'amusant,

 
Dernière édition:

tajali

en mode autiste
LYFE Blob et auto organisation

Un système doté de lyfe aurait les caractéristiques suivantes,
appelées les quatre piliers par les auteurs et inspirés de la thermodynamique1,2 :
homéostasie (capacité à limiter les changements internes lorsque les choses changent à l'extérieur) ;
apprentissage (capacité à enregistrer, traiter et réaliser des actions basées sur des informations).
dissipation (capacité à exploiter et à convertir des sources d'énergie) ;
autocatalyse (capacité à croître ou à se développer de manière exponentielle) ;

SIC

scarabée gratitude 5R petit plaisir petit action progression constance humble rigueur
eco-systeme efficacité structure fonction evolution enaction eco-phenomenologie stimmung shan-shui



enaction 4E
 
Que se soit atoum shalim ereb aroba tout ces mots designe le couchant enfer guerre pacification sacrifice mort salut

RACINE ARAB
le mot couchant : ereb arab europ عروبة : الجمعة
https://metaxu.org/tag/hebreu/

RACINE TM
Atoum
Il est ainsi à l’origine de l’apparition du soleil dont il est aussi une manifestation au moment de son coucher.

Dans le Livre des morts, à la fin des temps, il prend l’aspect d’un serpent ou d’une anguille.
Son nom signifie « tout » ou « rien ». Il personnifie ce qui est et qui n’est pas (ou plus).
Atoum symbolise aussi la souveraineté.

tam est le mot qui donnera le mot shalim en arameen

RACINE SLM
shalim est aussi le dieu du couchant :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Shalim
shalim/shalom donnera islam :

De l’arabe إسالم islām au latin salus
Il n’est pas pourtant pas bien difficile trouver dans le français et sa famille linguistique une racine possédant un univers sémantique se rapprochant de celui de la racine sémitique Š/SLM. C’est la tout racine indoeuropéenne solo-, sol(e)ṷo-* qui donne :
le sanscrit सर्व sarvā « tout, tout entier, universel » ;
l’avestique haurvō et le vieux persan haruva, « entier », puis le moyen perse har(w) et le persan هر] har] « tout, chaque » ;

le germanique all et tous ses correspondants ;
le grec gr. ὅλος et le latin ancien sollus, « totus, entier, intact ».

la racine Harout et marout qui serai en lien avec : Haurvatât et Ameretât:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amesha_Spenta

Haurvatāt : Intégrité, Santé.
Ameretāt : Non-Mort, Immortalité.


rig veda vedisme gatha zoroastrisme
mitra varuna (couchant ouest orient)
mort harout marout amrit soma homa ambroisie
Les religions ont les memes racines : il s' agit partout d' un culte a la lumiere https://hyperboreens-la-verite.over-blog.com/2021/02/des-noirs-et-des-hyperboreens.html
bien souvent en parlant des hyperboreens on assaie de les distinguer du reste du monde et d' en faire une race a part alors qu' ils sont lies aux noirs et aux iraniens , juifs et arabes:
l' egypte d' apres les memes grecs parlant des hyperboreens est ethiopienne ( pountite selon les egyptiens anciens) et le signe d' Amon / Atoum /Aton le soleil aile est un signe hyperboreen que Pythagore avait tatoue sur sa jambe et qui faisait de lui un hyperboreen
On est tous des venerateurs de la lumiere , on a ete divise par le racisme ne de la malediction de Noe envers Cham d' apres la tradition juive et talmudique qui a nourri le racisme des chretiens europeens et de l' islam a l' egard des noirs et des non chretiens
 
Que se soit atoum shalim ereb aroba tout ces mots designe le couchant enfer guerre pacification sacrifice mort salut

RACINE ARAB
le mot couchant : ereb arab europ عروبة : الجمعة
https://metaxu.org/tag/hebreu/

RACINE TM
Atoum
Il est ainsi à l’origine de l’apparition du soleil dont il est aussi une manifestation au moment de son coucher.

Dans le Livre des morts, à la fin des temps, il prend l’aspect d’un serpent ou d’une anguille.
Son nom signifie « tout » ou « rien ». Il personnifie ce qui est et qui n’est pas (ou plus).
Atoum symbolise aussi la souveraineté.

tam est le mot qui donnera le mot shalim en arameen

RACINE SLM
shalim est aussi le dieu du couchant :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Shalim
shalim/shalom donnera islam :

De l’arabe إسالم islām au latin salus
Il n’est pas pourtant pas bien difficile trouver dans le français et sa famille linguistique une racine possédant un univers sémantique se rapprochant de celui de la racine sémitique Š/SLM. C’est la tout racine indoeuropéenne solo-, sol(e)ṷo-* qui donne :
le sanscrit सर्व sarvā « tout, tout entier, universel » ;
l’avestique haurvō et le vieux persan haruva, « entier », puis le moyen perse har(w) et le persan هر] har] « tout, chaque » ;

le germanique all et tous ses correspondants ;
le grec gr. ὅλος et le latin ancien sollus, « totus, entier, intact ».

la racine Harout et marout qui serai en lien avec : Haurvatât et Ameretât:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amesha_Spenta

Haurvatāt : Intégrité, Santé.
Ameretāt : Non-Mort, Immortalité.


rig veda vedisme gatha zoroastrisme
mitra varuna (couchant ouest orient)
mort harout marout amrit soma homa ambroisie
Hauravatat est proche du nom des Croates , Horvatae qui donna Horvat/Hrwat/Hrwtska qui donna croate dont le drapeau figure un echiquier , sahovnica qui est une representation de la terre croate inspire de l' idee des echecs https://www.bladi.info/threads/origines-iraniennes-croates-echecs.535334/#post-17587256 representation de l' univers chez les hindous et iraniens et proche du mandalam des tamouls qui donna le mandala et proche de la representation de l' univers du ciel et des differentes representation de dieu dans l' hinduisme chaque case etant le domaine d' un dieu/ representation de dieu , Brahma etant au centre ( Brahma la source ) idee proche de la signification mystique du go chinois ou chaque case represente un positionnement geographique dans l' univers , un positionnement astrologique , Dieu etant au centre
Haurvatat a aussi inspire le terme croate qui a inspire le terme cravate https://www.bladi.info/threads/l-origine-iranienne-cravate.531799/
 

tajali

en mode autiste
le jour du vendredi a t'il une origine chretienne?
actuelement il nomme ce jour yawm joumou'a
à l'origine ce jour ce nommé yawm arouba
nous avons le meme phenomene avec le jour de achoura où ce jour etait connu par les arabes avant la venu de l'islam

dans le coran de ibn ubayy il n'y avait pas l'expression yawm aljoumou'a mais yawm al'arouba alkoubra :
It is highly significant that the Qur'an text of the famous Ibn Ubayy did not read yaum al-jum'ah at all, but yaum al-'arubah al kubra, "the day of the great 'Arubah, i.e., the common pre-Islamic name for Friday.27
https://www.answering-islam.org/Books/MW/friday.htm
https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-26 ... _13_3_2756
http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=19496

https://fr.wikipedia.org/wiki/Al-Jumua
Luxenberg a remarqué que le Lisan al ‘Arab, dictionnaire compilé au xiiie siècle rapporte que ce jour portait le nom, avant l’islam, de yawm ‘aruba (« jour du lever du soleil »), ce qui possède un parallèle exact chez les syriaques. Cette expression (qui a un équivalent dans une variante coranique), évoque le vendredi Saint, jour où se produisit, selon la tradition chrétienne, une éclipse9.
L’injonction de laisser les affaires, présente dans ce même verset, trouve un parallèle dans les injonctions de Jacques de Saroug (vie siècle). Un autre lien avec cet auteur se trouve dans le verset suivant, où il est conseillé d’invoquer Dieu souvent9.
Pour Bell, le verset 11 appartient à un autre contexte que les versets précédents.
Il devrait, peut-être, s’insérer après le verset 9. Il rejoint l’Homélie sur les saints mystères de Jacques de Saroug9.

https://saintebible.com/luke/23-44.htm
44Il était déjà environ la sixième heure,
et il y eut des ténèbres sur toute la terre,
jusqu'à la neuvième heure.
45Le soleil s'obscurcit,
et le voile du temple se déchira par le milieu.


au sujet des jour de la semaine
https://www.forum-religion.org/viewtopi ... 4#p1406354
https://metaxu.org/tag/hebreu/
http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=19496

araméen= a'robto référence à Venus.
https://books.google.fr/books?id=kODEIq ... le&f=false
أ وَّل : الأحد
أَهُوَن أو أَوْهَد : الإثنين
جُبَار : الثلاثاء
دُبَار : الأربعاء
مُؤْنِس : الخميس
عروبة : الجمعة
شِيَار : السّبت

trouvé sur un autre forum :
Selon le célèbre historien Al Birouni, les Arabes de la péninsule ne pratiquaient pas les sept jours de la semaine des civilisations égyptienne et de Mésopotamie, mais ils tiraient les noms de l'état de la lune et de ses phases.
Le mois des Arabes n'a pas été divisé en quatre semaines, mais en dix groupes de trois jours chacun, chacun portant son propre nom.
  • Ils ont nommé les trois premières nuits du mois lunaire "Ghorar" (les premiers et les plus nobles de chaque chose),
  • trois suivantes "Noufal" (ce qui est donné sans obligation),
  • trois nuits "tess'a" (sa dernière nuit est la neuvième),
  • trois nuits "achor" (sa première nuit est la dixième),
  • trois nuits "baydh" (les nuits blanchissent par le levé de la lune),
  • trois nuits "der'a" (débuts de nuits sombres),
  • trois autres "hanadas" ou "dahm" (nuits sombres),
  • trois nuits "da'ade'" (très sombres),
  • trois dernières nuits "mahak" (diminution de la lune).
Ultérieurement, suite aux contacts avec les villes voisines du nord liées à l'activité commerciale, les Arabes apprennent une autre formule pour calculer les jours, celle élaborée par les Babyloniens.
  • Dimanche, premier jour de la semaine babylonienne, s'appelle du nom du dieu soleil "Shamash". Le nom de "Sun day" en est une déclinaison.
  • Lundi, du nom du dieu Lune "Sîn".
  • Mardi, du nom du dieu "Nergal", le dieu de la mort et le monde souterrain, dont le symbole est "Mars".
  • Mercredi, du nom du dieu "Nabû", dieu describes (nabi : prophète), symbolisé par "Mercure".
  • Jeudi, le jour du Dieu "Mardouk", le grand dieu des Babyloniens, symbole "Jupiter".
  • Vendredi, du nom de "Ishtar" déesse de la fertilité, de l'amour et du sexe symbolisée par "Venus".
  • Samedi, du nom de "Neneb ou Nanorta", le dieu de l'après-midi, dieu du milieu de l'hiver et du repos en Mésopotamie méridionale, symbole "Saturne".
 

tajali

en mode autiste
Les Arabes ont adopté la formule des jours de la semaine, qui était répandue dans les villes voisines,
mais ils ont appelé ces jours autrement que les babyloniens.
Sauf pour les dimanche et vendredi (les premier et sixième jours de la semaine)
qui ont gardé l'appellation araméenne et hébraïque prévalant à l'époque,
les Arabes ont nommé les autres jours en s'inspirant de la nature et de leur quotidien.
  • Dimanche: "Awwal"
  • Lundi: "Ahouan"
  • Mardi: "Jabbar"
  • Mercredi: "Dobar"
  • Jeudi: "Mou'nis"
  • Vendredi: "'Arouba"
  • Samedi: "Shayyar".
Histoire du " 7° Jour / Jour de repos".
Selon l'historien Will Durant, les interdictions du "Sabbat" était une coutume des Babyloniens qui appelaient autrefois les jours du jeûne, de la supplication et du culte "shabto".
Les Babyloniens s'interdisaient certains travaux le septième jour "al sabt" (Samedi), dérivé du mot babylonien "sabt" qui signifie "sept". C'est la singularité des langues sémitiques telles que l'araméen, l'hébreu et l'arabe pour désigner le numéro sept et le samedi.
A cet égard, un ancien texte dit : "Les premier, septième, quinzième, vingt et unième et vingt-huitième jours du mois, le berger du peuple (le roi) s'abstient de manger de la viande grillée et du pain, ne change pas de vêtements, n'offre aucune offrande, ne monte aucun véhicule et ne donne aucun ordre. Le devin ne doit pas dire au peuple ce qu'il a vu, et il n'est pas permis au médecin de toucher le corps d'un être humain, et le soir (de ces jours mentionnés) le roi fait des offrandes aux dieux."

À la même époque (2e millénaire av. J.-C.), à l'instar des Babyloniens, les pharaons avaient appelé tous les jours de la semaine dans l’Égypte ancienne du nom des planètes et ils considéraient le septième jour (le samedi précisément) comme un jour de repos et de divertissement suivi du dimanche, le premier jour de la semaine.
Certains spécialistes atribuent la division du mois en quatre semaines, et la semaine en sept jours aux babyloniens. Mais la répartition des semaines telles que nous les connaissons aujourd’hui, est un système qui a été établi bien plus tard.

Les Araméens ont adopté l’idée de diviser le mois en quatre semaines et sept jours, en distinguant le septième jour "al sebt" (samedi) comme un jour de repos et d'adoration, et en nommant les jours de la semaine commençant par "al ahad" (dimanche) et finissant par "al sebt" (samedi), de noms de leur langue inspirés des chiffres. Et ils ont nommé "al joumou'a" (vendredi) qu'ils prononçaient "arouba" signifiant en arabe (hachd : foule ; tajamou'e : rassemblement), et "al sebt" (samedi) prononcé "sabta" qui dérive du mot babylonien "sibat" qui signifie sept.

De ces faits, établis par les Babyloniens et les Pharaons, ajustés et promus par les Araméens, les tribus juives en ont tiré le concept du "Saint Sabbat" lié au récit de la création en sept jours.

En raison de sa capacité d'expression, l'araméen était la reine des langues en Syrie, en Arabie du Nord et en Égypte pendant un millier d'années (du Ve siècle avant notre ère jusqu'à la conquête arabo-islamique du Levant et de l'Égypte au VIe siècle). Ainsi, les empires dominants à l'époque (persan, romain, byzantin) ont été influencé par l'ordre et la nomination araméenne des jours de la semaine. On disait :
  • (Had shiba), qui signifie le premier jour pour le dimanche ;
  • (Trin shiba) qui signifie le deuxième jour pour le lundi ;
  • (Tlet shiba) qui signifie le troisième jour pour le mardi ;
-ܒ(Arba'e shiba) qui signifie le quatrième jour pour le mercredi ;
-ܒ(Khammis shiba) qui signifie le cinquième jour pour le jeudi ;
-ܥ(Arouba) qui signifie rassemblement, foule pour le vendredi
-ܫ(Shabta) qui signifie le septième pour le samedi.

La langue arabe a fait référence aux noms et à l'ordre de la semaine araméenne, comme l'avait fait la langue hébraïque au tout début de la seconde moitié du premier millénaire avant notre ère. Avec le retrait de la langue araméenne de la circulation publique en faveur de la langue arabe, la semaine araméenne, basée sur l'héritage babylonien, est restée dans la langue hébraïque en raison de son association avec le texte biblique.
 

tajali

en mode autiste
Les jours de la semaine en hébreu sont:
  • יום ראשון - : se dit "Yom richon" et signifie le premier jour (dimanche) ;
  • יום שני - : se dit "Yom shini" et signifie le deuxième jour (lundi) ;
  • יום שלישי : se dit "Yom chlichi" et signifie le troisième jour (mardi) ;
  • יום רבעי : se dit "Yom rob'a" et signifie le quatrième jour (mercredi) ;
  • יום חמישי : se dit "Yom khamsi" et signifie le cinquième jour (jeudi) ;
  • יום ששי : se dit "Yom shishi" et signifie le sixième jour (vendredi) ;
  • יום שבת : se dit "Yom shabat" et signifie le jour d'abstention (samedi).
Ainsi, les jours de "joumou'a" et de "arouba" représentent le même jour, le jour de la foule, le jour du rassemblement. Ce jour-là, et pendant des centaines d’années avant l’avènement de l’islam, les gens se rassemblent une fois par semaine.

"Al Joumou'a" est le sixième jour de la semaine, la veille du "sabbat" consacré à l'abstinence et au repos, tradition connue des pharaons et des babyloniens et transmise aux Araméens et aux Hébreux, et transmise y compris aux peuples et tribus de la péninsule arabique. La veille de l'abstinence et du repos, les marchés qui incitent les gens à acheter et à vendre se préparent à recevoir le sabbat et ses foules inhabituelles.

Et le verset du Vendredi exhortant à délaisser la négoce pour la prière du dohr du Vendredi, me semble indiquer clairement que le vendredi était un jour exceptionnel de la semaine consacré aux achats et à l'achèvement des travaux nécessaires à la préparation du lendemain de l'abstinence. Plus encore, dans le verset suivant de la sourate citée, et en réponse au désir du fidèle de se livrer à une activité commerciale ce jour-là, le texte coranique permet aux fidèles qui ont accompli la prière de vaquer à leurs occupations commerciales.

Dans un contexte historique, les tribus de la péninsule arabique de la Jahiliyyah ne distinguaient pas le Vendredi des autres jours de la semaine, sauf qu'il vient juste avant le jour de repos, et qu'il était synonyme d'une activité socio-économique intense. C'est seulement pour cette raison que les gens se rassemblaient. Une fois l'Islam établi, et vers la fin de l'ère médinoise, la prière publique ne peut se faire que ce jour de rassemblement coutumier des arabes. C'était l'occasion de rassembler le plus de fidèles qui sont déjà présents au marché.

 

tajali

en mode autiste
d'où l'islam a pris l'idée d'une résurrection des corps et du jugement dernier ?
car il me semble que dans la thora et dans les évangiles cela n'est pas fait mention ... ?

auto regulation : shabbat sawm

marque de l'eternité shabbat baton aron man
shabbat et fete cycle saison :

printemps : pessah + 50 jour table de la loi de l'esprit à (shavouot)
automne : soucot (tente ) stock
https://www.forum-religion.org/viewtopi ... 6#p1411116
hivers rochshana yom kippour
maccabé hanouca destruction du temple (jeune)

luz lettre thet

 
d'où l'islam a pris l'idée d'une résurrection des corps et du jugement dernier ?
car il me semble que dans la thora et dans les évangiles cela n'est pas fait mention ... ?

auto regulation : shabbat sawm

marque de l'eternité shabbat baton aron man
shabbat et fete cycle saison :

printemps : pessah + 50 jour table de la loi de l'esprit à (shavouot)
automne : soucot (tente ) stock
https://www.forum-religion.org/viewtopi ... 6#p1411116
hivers rochshana yom kippour
maccabé hanouca destruction du temple (jeune)

luz lettre thet

Si mon ami la resurrection est inclus dans la thorah car pour les juifs non seulement les morts reviendront a la vie avec le messie sans oublier qu' il y a la reincarnation des saints , sans oublier qu' un verset de la bible juive dit que dieu mettra fin a la vie des hommes au bout de mille ans puis les ramenera sur terre puis au bout de mille ans encore les retirera tous et punira le diable
sans oublier que pour les juifs lorsque quelqu' un meurt il faut attendre 3 jours au cas ou il resusciterait et qu' il faudrait ace sujet l' embaumer
Sinon l' idee de resurrection des morts et de reincarnation vient des egyptiens anciens !!!!!!!!!!!
 

tajali

en mode autiste
Si mon ami la resurrection est inclus dans la thorah car pour les juifs non seulement les morts reviendront a la vie avec le messie sans oublier qu' il y a la reincarnation des saints , sans oublier qu' un verset de la bible juive dit que dieu mettra fin a la vie des hommes au bout de mille ans puis les ramenera sur terre puis au bout de mille ans encore les retirera tous et punira le diable
sans oublier que pour les juifs lorsque quelqu' un meurt il faut attendre 3 jours au cas ou il resusciterait et qu' il faudrait ace sujet l' embaumer
Sinon l' idee de resurrection des morts et de reincarnation vient des egyptiens anciens !!!!!!!!!!!

ce qui m'interesse c'est de suivre pas à pas comment cette idée à evolué depuis son origine à nos jours

non cela n'apparait pas dans la thora = pentateuque mais dans les livre plus tardive tel que ceux des prophetes et encore cela fait debat chez eux
et note que le contexte est different la resurection se produira lors de la venu du messie
chose qui n'est pas advenu avec jesus qui n'a fait que ressucité que quelque personne

et quand on lis les evangiles les auteurs semblent hesité entre resurection de la chair ou pas
oui l'origine semble bien venir des egyptien en passant par les grecs qui adapte a leur croyance ...
 

tajali

en mode autiste
chemin vers le discernement bayin bayna entre 2 tenebre et lumiere
tout n'est que narration fiction magie (balagha sihr) ... formule magique (gouv religion)

subtil : levant couchant racine sahar-slm hilal falaq


51v18 et aux dernières heures de la nuit ils imploraient le pardon [d'Allah] ;

54v34 إِنَّا أَرْسَلْنَا عَلَيْهِمْ حَاصِبًا إِلَّا آلَ لُوطٍ نَّجَّيْنَاهُم بِسَحَرٍ
Nous lachâmes sur eux un ouragan,

excepté la famille de Lot que Nous sauvâmes avant l'aube,

قُلْ أَعُوذُ بِرَبِّ الْفَلَقِ
Dis: «Je cherche protection auprès du Seigneur de l'aube naissante,

142 سَيَقُولُ السُّفَهَاءُ مِنَ النَّاسِ مَا وَلَّاهُمْ عَن قِبْلَتِهِمُ الَّتِي كَانُوا عَلَيْهَا قُل لِّلَّهِ الْمَشْرِقُ وَالْمَغْرِبُ يَهْدِي مَن يَشَاءُ إِلَى صِرَاطٍ مُّسْتَقِيمٍ
Les faibles d'esprit parmi les gens vont dire: «Qui les a détournés de la direction (Qibla) vers laquelle ils s'orientaient auparavant?»
- Dis: «C'est à Allah qu'appartiennent le Levant et le Couchant. Il guide qui Il veut vers un droit chemin».
...
177 لَّيْسَ الْبِرَّ أَن تُوَلُّوا وُجُوهَكُمْ قِبَلَ الْمَشْرِقِ وَالْمَغْرِبِ وَلَكِنَّ الْبِرَّ مَنْ
La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant....
...
258 أَلَمْ تَرَ إِلَى الَّذِي حَاجَّ إِبْرَاهِيمَ فِي رَبِّهِ أَنْ آتَاهُ اللَّهُ الْمُلْكَ إِذْ قَالَ إِبْرَاهِيمُ رَبِّيَ الَّذِي يُحْيِي وَيُمِيتُ قَالَ أَنَا أُحْيِي وَأُمِيتُ قَالَ إِبْرَاهِيمُ فَإِنَّ اللَّهَ يَأْتِي بِالشَّمْسِ مِنَ الْمَشْرِقِ فَأْتِ بِهَا مِنَ الْمَغْرِبِ فَبُهِتَ الَّذِي كَفَرَ وَاللَّهُ لَا يَهْدِي الْقَوْمَ الظَّالِمِينَ
N'as-tu pas su (l'histoire de) celui qui, parce qu'Allah l'avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur?
Abraham ayant dit: «J'ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort», «Moi aussi, dit l'autre, je donne la vie et la mort.»
Alors dit Abraham: «Puisqu'Allah fait venir le soleil du Levant, fais-le donc venir du Couchant.»
Le mécréant resta alors confondu. Allah ne guide pas les gens injustes.

expression sihr moubin
pharaon et les magicien / Haqq Batil / PAQUE

7v116 قَالَ أَلْقُوا فَلَمَّا أَلْقَوْا سَحَرُوا أَعْيُنَ النَّاسِ وَاسْتَرْهَبُوهُمْ وَجَاءُوا بِسِحْرٍ عَظِيمٍ
«Jetez» dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puissante magie.

20v66 قَالَ بَلْ أَلْقُوا فَإِذَا حِبَالُهُمْ وَعِصِيُّهُمْ يُخَيَّلُ إِلَيْهِ مِن سِحْرِهِمْ أَنَّهَا تَسْعَى
Il dit: «Jetez plutôt». Et voilà que leurs cordes et leurs bâtons lui parurent ramper par l'effet de leur magie.

10
8v8 لِيُحِقَّ الْحَقَّ وَيُبْطِلَ الْبَاطِلَ وَلَوْ كَرِهَ الْمُجْرِمُونَ
afin qu'Il fasse triompher la vérité et anéantir le faux,
en dépit de la répulsion qu'en avaient les criminels.

9
61v8 Ils veulent éteindre de leurs bouches la lumière d'Allah,
alors qu'Allah parachèvera Sa lumière
en dépit de l'aversion des mécréants.
 
Dernière édition:

tajali

en mode autiste
lumiere tenebre

 

Morad

Modérateur
Modérateur
Le sens commun de ce que tu as cité et à mettre aussi par rapport à leur situation géographique .. l' Occident là où le soleil va se coucher, la fin de quelque chose, la fin de la journée...
 
Haut